Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 17:05

Histoires insolites pour le 700e

L’histoire ci-dessous est racontée dans une plaquette éditée en 1991 à Château-d’Oex pour les 700 ans de la Confédération.

Dans le local des archives, on conservait sous triple serrure, les titres de la commune, non seulement ses titres de propriétés, mais encore et surtout les titres qui consacraient ses vieilles franchises. L’une des pièces les plus importantes était le traité de combourgeoisie qui, en 1403, unit Château-d’Oex à Berne, traité auquel les gens de Château-d’Oex devaient songer avec mélancolie : de combourgeois ils étaient devenus sujets.

Nous disons sous triple serrure. C’est insuffisant. Veut-on savoir combien il fallait de clefs pour ouvrir les archives communales ? Une note de 1780 nous l’apprend :

1. Monsieur l’ancien banderet (de banneret, soit porte-drapeau, enseigne) Jean-David Favrod-Coune a la clef de la boutique, celle du coffre de bois où sont les papiers, et celle du cadenas d’en bas.

2. Monsieur le châtelain Descoullayes a celle de la porte de bois.

3. Monsieur le curial Gronicod a celle de la porte de fer.

4. Monsieur le moderne banderet Henchoz, deux du coffre de fer.

5. Le curial Raynaud en a deux, celle du cadenas dessus à double et celle du gros cadenas dessus du coffre de fer.

6. Le sieur Métral Isoz, celle du coffre de bois qui renferme le coffre de fer, aussi à double.

Cela revient à dire que lorsqu’on voulait faire une recherche quelconque dans les archives, il fallait convoquer ces six augures et leurs clefs. Si l’un manquait à l’appel, les autres ne pouvaient rien faire. S’il en était ainsi dans tous les comités d’aujourd’hui ! Et si l’on avait toujours suivi ce système, nos archives seraient sans doute plus riches qu’elles ne le sont aujourd’hui !

Coffre-fort Renaissance, Allemagne 1600

Coffre-fort Renaissance, Allemagne 1600

Partager cet article

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article

commentaires