Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 17:27

1970-1971

Notre diplomatie mise à rude épreuve

Un second événement dramatique prit place au début de décembre 1970 : l’enlèvement de l’ambassadeur de Suisse au Brésil, M. Giovanni Bucher, par des opposants au régime militaire. Après un suspense qui dura jusqu’à fin janvier, M. Bucher fut libéré après que le gouvernement brésilien eut relâché 70 prisonniers politiques, dont le Suisse Jean-Marc von der Weid.

Vous parlez brésilien: https://vimeo.com/90376516

Que disions-nous dans nos journaux : http://doc.rero.ch/record/105139/files/1970-12-08.pdf

Sur un plan plus pacifique heureusement, notre pays a également dû faire jouer sa diplomatie et se lancer à l’eau ! En octobre 1970, les conseillers fédéraux Graber et Brugger se rendirent à Bruxelles pour présenter à la Communauté économique européenne une déclaration relative aux rapports que notre économie souhaite entretenir avec les six pays du Marché commun, tout en préservant notre neutralité politique.

Il ne fait pas de doute que les arrangements qui interviendront ne se feront pas sans concessions de notre part. L’opinion publique suisse devra s’ouvrir à ces problèmes, nouveaux pour elle. C’est pourquoi le conseiller fédéral Graber, chef du Département politique, a désiré renseigner plus largement la population en faisant appel à des spécialistes de l’information.

Enfin, un quatrième événement s’est produit, dont il faut rechercher les causes à l’étranger : il s’agit de la réévaluation de 7% du franc suisse, le 10 mai 1971. La parité de notre monnaie était restée identique pendant 34 ans, soit depuis septembre 1936, date à laquelle le franc suisse avait été dévalué de 30%. La réévaluation de mai 1971 s’est inscrite dans la crise monétaire provoquée en Europe par un afflux de dollars des Etats-Unis. Elle a pour conséquence principale une hausse du prix de nos produits d’exportation sur les marchés étrangers, ainsi qu’un renchérissement de notre tourisme.

Les quatre événements rappelés ci-dessus, si différents les uns des autres, démontrent une fois de plus que l’image conventionnelle de la Suisse (îlot de sécurité, de confort et de stabilité au centre du monde) est largement contredite par la réalité. Il faut en prendre notre parti : nous ne sommes plus seuls au monde !

À suivre : Votations fédérales

Partager cet article

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article

commentaires