Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 16:11

1970-1971

Encore des faits divers et autres informations.

Des quelque 1,4 million d’habitants de la Suisse romande, nombreux furent ceux qui suivirent avec attention les divergences de vues entre les gouvernements vaudois et fribourgeois concernant les autoroutes. En effet, pour pouvoir relier plus rapidement la Suisse romande à la Suisse alémanique, on a émis l’idée de concentrer argent et efforts sur le secteur d’autoroute Berne-Fribourg-Vevey, ce qui aurait retardé les travaux sur le secteur Berne-Yverdon-Lausanne, nettement plus long. Si l’idée souriait aux automobilistes genevois, aux Vaudois du Léman, aux Valaisans et aux Fribourgeois, elle fit froncer les sourcils de ceux du Nord vaudois et de Neuchâtel. En définitive, le Conseil fédéral a tranché en maintenant le statu quo.

Etat du réseau d'autoroute au 1er juillet 1971

Etat du réseau d'autoroute au 1er juillet 1971

À noter qu’un Romand, M. Roger Desponds, qui était directeur du 1er arrondissement des CFF à Lausanne, a été nommé directeur général de nos chemins de fer, à Berne.

Après les 24 morts de la Fraidieu en été 1969, http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2012/07/15/aout-1969-le-naufrage-de-la-fraidieu-fait-24-victimes la région lémanique a vécu un nouveau drame du lac en été 1970 : une barque, la Sainte-Odile a fait naufrage par un coup de tabac, au large du port d’Yvoire : il y eut 7 noyés. http://www.sisl.ch/archives/2006/bulletin28/yvoire.pdf

Depuis 1945 à la tête du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, Mgr François Charrière, âgé de 77 ans, a cédé la crosse et la mitre à Mgr Pierre Mamie.

Deux personnalités romandes ont disparu : l’industriel Charles Veillon, 71 ans, fondateur de prix littéraires internationaux, et le colonel divisionnaire Marcel Montfort, 79 ans, qui commanda la 2e division puis la 1re de 1947 à 1955, après avoir, comme colonel-brigadier, commandé les brigades frontière 1 et montagne 10.

La Romandie n’a pas voulu son grand festival « pop » : après Engollon, Colombier, Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds, Lausanne a dit non, imitée en Valais par Salquenen.

Fribourg

Il aura fallu près de cinq ans depuis le dépôt de la motion du député Gaston Michel tendant à l’introduction du suffrage féminin dans le canton, pour que la femme fribourgeoise devienne enfin l’égale de l’homme sur le plan de la vie civique. Cette innovation ne manquera pas d’avoir certaines incidences lors des prochaines élections fédérales et cantonales d’octobre et novembre 1971. Tous les partis politiques ont fait un effort accru pour intéresser la femme à la vie civique.

Mais ce ne fut point-là leur seule préoccupation. Vu l’absence d’élections, cette période s’annonçait calme. Mais plusieurs événements déjouèrent ces pronostics. En effet, aux trois initiatives radicales sont venus s’ajouter le référendum contre le projet d’agrandissement de l’Institut agricole de Grangeneuve (le peuple a finalement refusé le crédit de 22 millions demandé par 23 656 non contre 21 663 oui), puis deux initiatives, celle émanant du Parti socialiste et tendant à la révision de la loi fiscale, et celle du Parti démocrate-chrétien, pour la révision de la loi sur l’assurance-maladie.

Quant au Grand Conseil, présidé pour la première fois par un agrarien, M. Gabriel Kolly, d’Essert, s’il a continué à chercher querelle au gouvernement dans les affaires tortueuses dites du bureau des autoroutes, des ponts et chaussées et du service des contributions, il sut pourtant manifester son unanimité et son appui au Conseil d’Etat « face à Berne ».

A plus d’une reprise, en effet, Fribourg a eu le sentiment que l’autorité fédérale se jouait de lui. Rappelons simplement le combat entre la Nationale 1 et la Nationale 12, les démarches pour que soit attribué à Grangeneuve, et non à Moudon, le centre de recherche pour le fromage de gruyère, les protestations contre les conclusions du rapport de l’Institut ORL de Zurich concernant l’aménagement du territoire. Et l’on pourrait ajouter les mesures linéaires anti-surchauffes, ainsi que la problématique centrale de chèques postaux pour laquelle Fribourg s’était mis sur les rangs.

À suivre : Encore des infos romandes. été 1970, été 1971

Partager cet article

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article

commentaires