Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 18:06

1970-1971

Une nouvelle fois, durant cette période, notre pays a été mêlé de très près à de graves événements internationaux. Après le tragique attentat contre le Coronado de Swissair en février 1970, dont on n’a pas pu identifier les auteurs, la Suisse a été entraînée bien malgré elle, par le biais des détournements d’avions, dans l’imbroglio politique du Moyen-Orient.

C’est ainsi que le soir du dimanche 6 septembre 1970, on apprenait avec stupeur que trois avions de ligne venaient d’être détournés au-dessus de l’Europe par des commandos du FPLP (Front populaire pour la libération de la Palestine). Il s’agissait d’un DC 8 de Swissair et de deux appareils appartenant à des compagnies américaines, un Boeing 707 et un tout nouveau Jumbo-Jet. Ce dernier fut dynamité à peine posé sur l’aérodrome du Caire, tandis que ses quelque 175 passagers et membres d’équipage étaient laissés libres.

Les trois Avions de ligne

Les trois Avions de ligne

Quant aux deux autres avions, ils se posèrent en plein désert jordanien, sur une piste de fortune, à Zarka. Deux ou trois jours plus tard, un appareil britannique également détourné en plein vol venait se poser à Zarka. Au total, les Palestiniens détenaient plus de 300 voyageurs, dans des conditions sanitaires tout à fait précaires.

Au lendemain de ces péripéties dangereuses, les ravisseurs palestiniens faisaient savoir qu’ils considéraient ces voyageurs comme des otages, et ils lançaient aux pays européens concernés un ultimatum de 72 heures pour qu’ils libèrent les Palestiniens incarcérés en Europe à la suite d’actes de piraterie antérieurs. En attendant, les trois appareils retenus sur la piste de Zarka étaient dynamités ! (Ces évènements sont connus sous le nom de Dawson Field)

Face à un ultimatum de cette nature, et compte tenu du fait qu’il s’agissait de fanatiques dont on pouvait craindre le pire, les pays européens n’avaient plus qu’à céder au chantage. On reprocha à la Suisse d’avoir cédé un peu rapidement, au bout de quelques heures seulement, ce qui aurait eu pour effet de renforcer les prétentions des ravisseurs.

Tout de même, à mi-septembre, ceux-ci libérèrent environ 250 personnes, femmes et enfants surtout : à fin septembre, les 50 ou 60 derniers otages pouvaient à leur tour regagner leurs pays, après leur mémorable séjour forcé dans le désert.

Après quoi, la Suisse libéra comme promis les trois Palestiniens qui avaient été condamnés à douze ans de prison pour l’attaque à la mitraillette d’un Boeing israélien stationné à Kloten.

Conséquence de cette série de détournements d’avions : les autorités firent appel à l’armée pour assurer la sécurité des aéroports. De nombreux soldats ont donc passé Noël 1970 sous l’uniforme, tant à Kloten qu’à Cointrin.

Pour un complément d’information sur les événements au Moyen-Orient à cette époque, une émission de radio La Première, d’une durée de 57 minutes est proposé aux curieux qui veulent se plonger dans l’ambiance. http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/4651182-une-mosaique-eclatee-1-5-25-02-2013.html

A suivre, Notre diplomatie mise à rude épreuve

Partager cet article

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article

commentaires