Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 16:13

Tennis

Un Australien chasse l’autre. Alors qu’en 1969, Rod Laver avait écrasé de sa classe unique tous ses adversaires, c’est le tout aussi célèbre Ken Rosewall qui, sans toutefois dominer complètement, a marqué l’année avec sa compatriote Margaret Court. Cette dernière a réussi un fantastique « grand chelem », le second de l’histoire du tennis féminin après celui réalisé en 1953 par l’Américaine Maureen Connolly.

photo avant match Laver-Rosewall 5 juin 1969 RG

photo avant match Laver-Rosewall 5 juin 1969 RG

C’est essentiellement d’avoir été finaliste à Wimbledon (il fut battu en finale par son compatriote John Newcombe) et vainqueur à Forest Hills, qui a valu au « petit maître de Sydney » d’avoir été considéré, à 36 ans, comme le meilleur joueur du monde pour 1970.

L’exploit de l’année a été réussi par Margaret Court. À 28 ans, elle a réalisé son rêve, le « grand chelem », en gagnant à Sydney (contre Kerry Melville), à Roland Garros (Helga Niessen), à Wimbledon (Billie-Jean King) et à Forest Hills (Rosemary Casals). L’athlétique Margaret, dont l’atout principal est une volée percutante, est ainsi entrée dans la légende du tennis. Par deux fois, en 1962 et en 1969, elle avait échoué dans sa tentative de remporter les quatre plus importants tournois de l’année.

Partager cet article

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article

commentaires