Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 15:20
Ils ont fêté la Mobilisation de 14

Colonel Alfred Audéoud

Celui qui faisait contrepoids au Général Wille, jugé trop proche du Kaiser, trop germanophile, fort discuté partout en Suisse, ne pouvait avoir qu’un homme totalement différent pour l’équilibre nécessaire au pays. Le colonel Alfred Audéoud était cet homme-là, juste, sévère mais aussi paternaliste, et sûrement francophile.

Je reprends ce qu’en dit la République et Canton de Genève sur leur site : le colonel Alfred Audéoud. Né en 1857, il fit ses études de droit avant d'entrer dans l'armée.

Lieutenant en 1876, il était chef d'état-major de la deuxième division et instructeur en chef de la première en 1896. En 1899, il succédait au colonel de la Rive comme directeur des écoles centrales à Thoune.

En 1908, il devint commandant de la première division, puis commandant de la quatrième en 1912. La même année, il était placé à la tête du premier corps d'armée. Dans la guerre russo-japonaise de 1904-1905, il fut délégué pour suivre les opérations de l'armée russe en Mandchourie.

Le colonel Audéoud fut professeur à la section des sciences militaires de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Il mourut en 1917, à l'âge de 64 ans.

Pour rappel, le grade de Colonel Divisionnaire est équivalent à celui de Général. Notre pays n’a pas de général en temps de paix, exception notoire du colonel en charge du poste sur la ligne de démarcation entre les deux Corées qui sont toujours en guerre, ceci pour parler d’égal à égal avec les autres généraux.

Ils ont fêté la Mobilisation de 14

J’ai trouvé cette photo du Colonel Audéoud en compagnie du Général français Lecomte, comandant le 33e C.A. [qu’il commanda du 17 décembre 1916 - 8 novembre 1920], sur un forum français « militarisé » où celui qui met cette photo, s’interroge de la présence d’un colonel suisse en France, pendant le conflit. La photo est datée du 6 mai 1917 (6.5.17), et les hommes sont à la Côte 160, (N.E. d’Audignicourt.), située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

A la date écrite sur le côté droit de la photo, ils devaient être en plein dans l’offensive de la Bataille du Chemin des Dames. [Pour la petite histoire, à cette date est abattu un avion allemand par le premier pilot américain de couleur, le lieutenant Eugen J. Bulliard.]

Où était le 33e corps d'armée (France)

En 1917

17 mars - 20 mai : poursuite des troupes allemandes, à la suite de leur repli. Prise de Nampcel ; franchissement de l'Ailette, progression dans la forêt de Coucy. Stabilisation sur la ligne Quincy-Basse, Coucy-la-Ville, Barisis-aux-Bois, étendue le 30 mars jusqu'à l'Oise.

16 - 30 avril : engagé dans la bataille du Chemin des Dames, combats violents.

20 mai - 5 juin : retrait du front ; repos vers Oulchy-le-Château.

5 juin - 3 août : occupation d'un secteur vers Courtecon et l'Épine de Chevregny.

Ils ont fêté la Mobilisation de 14

Cette autre photo où le colonel Audéoud est sur un funiculaire. Cette photo éditée sur un site par le petit-neveu du colonel, lui aussi s’interroge ; mais où donc est ce lieu, où a été prise cette photo ?

Partager cet article

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article

commentaires