Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 17:38

Bâle dans l’alliance des Confédérés

Depuis le début du quinzième siècle, la ville de Bâle s’était rendue indépendante de l’empereur, de l’Empire et de l’évêque. Elle resta neutre pendant la guerre de Souabe (1499). Cette attitude lui valut l’animosité et les persécutions du parti de l’Empire dans sa cité et des villes autrichiennes avoisinantes. En raison de sa situation limitrophe très exposée, elle décida d'entrer dans l’alliance des Confédérés, non sans hésitations de part et d’autre, d’ailleurs. Le pacte fut scellé solennellement le 13 juillet 1501 sur la Place du Marché. La ville consolida par la suite ses anciennes et multiples relations avec les membres de la Confédération ; elle dut à la neutralité observée par les Suisses depuis la bataille de Marignan en 1515 de progresser pacifiquement pendant des siècles.

Prestation de serment lors de l'entrée de Bâle dans la Confédération, le 13 juillet 1501

Prestation de serment lors de l'entrée de Bâle dans la Confédération, le 13 juillet 1501

Bâle et les réfugiés

Le progrès des études classiques avait préparé le terrain à la Réformation qui fut introduite à Bâle en 1529 par Jean Oecolampade et qui, en achevant de destituer l’évêque de ses droits, établit définitivement la souveraineté des corporations. Ville réformée, Bâle s’employa dès le début à atténuer les antagonismes entre les confessions au sein de la Confédération et devint un lieu de refuge pour les émigrants de France, de Hollande et d’Italie persécutés pour leur croyance. Ces étrangers apportèrent, avec leurs mœurs plus fines, leurs initiatives et leurs talents, un esprit nouveau dans la vie intellectuelle et économique de la ville à un moment – c’est-à-dire vers la fin du XVIe siècle et durant tout le XVIIe siècle – où elle était menacée d’engourdissement. C’est à ces réfugiés que Bâle fut redevable de nombreuses entreprises dans le domaine commercial et industriel, telles que la passementerie, le tissage du velours et de la soie, la filature, la teinturerie et le commerce de la soie, qui contribuèrent beaucoup à accroître la prospérité et la richesse de la ville. Le degré de développement de son commerce et de son industrie lui valurent d’être le premier centre financier du Haut-Rhin jusqu’au milieu du XIXe siècle.

Rubans de soie de Bâle du XVIIIe siècle

Rubans de soie de Bâle du XVIIIe siècle

Partager cet article

Repost 0

commentaires