Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 15:36

L’accès au Gothard par l’Argovie est unique en son genre. Peu après Lucerne, la Reuss rejoint une vallée en forme d’arc et conflue avec la petite Emme. C’est de cet arc, séparé seulement par un seuil, que partent cinq vallées à l’ouest de la Reuss. Elles sont, toutes cinq, orientées vers le Jura. Les chaînes de collines entre ces vallées peuvent être comparées aux doigts d’une main. Le glacier de la Reuss a aplani le seuil pendant les périodes glaciaires et a élargi les vallées. Trois lacs témoignent de cette activité. L’un des trois, celui de Hallwil, s’étend principalement sur territoire argovien. A cause de leurs moraines terminales et latérales, et de leurs blocs erratiques, les six vallées représentent un des paysages les plus impressionnants de Suisse qui aient été modelés par des glaciers. La région du glacier de la Reuss est encadrée, à l’ouest, par le Napf et les collines situées devant ce massif, à l’est par la crête de l’Albis.

Les cinq vallées orientées vers le Jura.

Les cinq vallées orientées vers le Jura.

Les six vallées qui partent du pied du Jura et qui sont orientées vers le sud, offrent un choix riche de liaisons vers le Gothard. L’énumération serait incomplète si l’on ne citait pas les communications transversales. C’est ainsi que la ligne de chemin de fer du Gothard passe d’abord par Olten et Zofingen, longe la vallée de la Wigger, traverse dans celle de la Suhr pour aboutir finalement à Lucerne. D’ailleurs, l’autoroute N2 Bâle-Lucerne-Chiasso suit le même itinéraire. Des lignes de chemin de fer locales conduisent d0Aarau dans les vallées de la Suhr et de la Wigger. Partant de Wildegg, la ligne des CFF du Seetal longe les routes, traverse les villages jusqu’à Lucerne. Construite par un groupe financier anglais, inaugurée en 1883, elle fut baptisée Lake Valley of Switzerland Railway Company. Un réseau de routes et de lignes de chemin de fer conduit d’Aarau et de Brougg à Lucerne et à Arth-Goldau, en traversant les vallées de la Bünz et de la Reuss.

L’importance de ces nombreuses dessertes en direction du Gothard est due à la facilité avec laquelle il est possible de franchir le Jura, dont l’altitude est faible et la topographie très structurée.

La large percée de l’Aare, formée par le confluent avec la Reuss et la Limmat, donne sur le Rhin, au pied sud du flanc escarpé de la Forêt-Noire. Elle est desservie par une seule ligne de chemin de fer locale qui relie Turgi, Koblenz (du latin confluens) et Waldshut, petite ville allemande. Bâle est la principale destination au pied nord du Jura. Même les Romains empruntaient déjà entre Vindonissa et Kaiseraugst une route qui franchissait les 570 m d’altitude du Bözberg. (Un petit tronçon de cette route, taillée dans le rocher, est conservé et mérite d’être vu.)

C’est par cette route que les Romains pouvaient atteindre le Fricktal et le Rhin. La route actuelle, la ligne du chemin de fer – par le tunnel du Bözberg – et l’autoroute N3 Coire-Zurich-Bâle suivent ce même itinéraire.

A l’ouest du Bözberg, quelques petits cols franchissent le Jura. Mention soit faite de la Staffelegg, qui part d’Aarau. Le début de sa construction remonte à l’année 1804 – les travaux ayant été engagés par le canton fraîchement constitué. La route devait garantir une bonne liaison avec le Fricktal, en parallèle de la route de la Salhöchi. D’ailleurs, la route et le tunnel du Hauenstein ainsi que le tunnel de la N2 à travers le Bechen sont des axes rattachés à certaines vallées d’Argovie qui conduisent vers le Gothard.

Le trafic de transit de Bâle au Gothard évite le détour par Lucerne. Le tracé mène par le Hauenstein et Aarau d’une part, le Bözberg et Brugg d’autre part, traverse le Freiamt et aboutit directement à Arth-Goldau.

Partager cet article

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article

commentaires