Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 16:02
Il y a 66 ans [4]
Et sans machines

Et sans machines

Il y a 66 ans [4]
Il y a 66 ans [4]

Les élèves apprenaient…

Un chemin de fer régional

« A l’âge de dix-sept ans, me dit mon grand-père, j’avais déjà vu des trains trois ou quatre fois, car c’était une des distractions des garçons d’Echallens que de se rendre à pied à la gare de Cossonay, le dimanche après-midi, pour voir passer les convois du Jura-Simplon. Mais je n’étais encore jamais monté dans un wagon, et j’en brûlais d’envie.

« Un jour – c’était en 1873 – j’appris que la construction du chemin de fer de Lausanne à Echallens était passablement avancée, et que des trains circulaient déjà entre la capitale et le village de Cheseaux. Je n’y tins plus. Le premier dimanche, je me rendis à Cheseaux avec trois camarades, et nous prîmes tous les quatre des billets pour Lausanne.

« Ah ! Pierrot, quelle partie de plaisir ! Il me semble que j’y suis encore… Ce train n’était pourtant pas bien confortable. Comme il faisait très froid – on était en hiver – les employés avaient glissé sous nos pieds de longues bouillottes d’étain remplies d’eau chaude, qui ne nous réchauffaient guère. Nous étions passablement secoués, mais cela nous faisait rire. Nous l’aurions été d’ailleurs bien d’avantage si les constructeurs de la ligne avaient exécuté leur premier projet : ne poser qu’un seul rail, pour diminuer les frais ! La locomotive et les wagons auraient eu deux roues sur le rail unique et deux sur la chaussée. Un train de ce genre circulait, disait-on, près de Paris.

« La vitesse nous impressionna : songe que nous faisions au moins du vingt-cinq à l’heure ! Les arbres couraient comme des fous des deux côtés du train, et cela nous tirait des éclats de rire. A Montétan, cependant, le train ralentit, et un homme muni d’un drapeau rouge se mit à marcher devant la locomotive, entre les rails. Il agitait de temps en temps son drapeau pour écarter un piéton ou une voiture. Ainsi le voulaient les autorités, qui avaient une peur bleue des accidents. Nous rentrâmes à sept heures, par le dernier train, je me souviens qu’à la lumière des chandelles, nous avons chanté tout le long du trajet. »

Si mon grand-père revenait, il ne reconnaîtrait plus son petit train cahotant et enfumé. Depuis 1936, la ligne est électrifiée. D’élégantes automotrices à la carrosserie verte et crème ont remplacé les vieilles locomotives à vapeur. Ces machines puissantes sont beaucoup plus rapides que les anciennes locomotives ; la durée des parcours a été réduite de moitié, le nombre des trains a pu être multiplié. En 1874, il n’y avait que quatre trains par jour d’Echallens à Lausanne, et la course durait plus d’une heure. Aujourd’hui, on peut se rendre de l’une à l’autre de ces localités en trente minutes, et presque à toute heure de la journée.

Avant l’électrification, on ne voyait guère dans le train que des gens qui se rendaient à Lausanne pour un achat dans un grand magasin, pour une visite à des parents ou des amis. Maintenant, un grand nombre d’écoliers, d’étudiants, de demoiselles de magasin, d’employés de bureau, d’ouvriers, provenant d’une vingtaine de villages, prennent le train chaque jour pour aller à leur ouvrage. Le train des emplettes est devenu le train du travail.

Aujourd’hui il a bien changé ce petit train régional et son nom n’a plus rien à voir avec son surnom qui était « La Brouette d’Échallens ». Le Lausanne-Échallens-Bercher, tel est son nom ou LEB.

.

Suivez le lien et vous aurez non seulement l’historique et son évolution, mais aussi une illustration de ce qu’ils voulaient faire comme à Paris.

Partager cet article

Repost 0

commentaires