Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 16:16

Le chemin mène à l’autre extrémité du forum, où se trouvait la basilique, qui servait de tribunal et de bourse de commerce. Le terrain primitif descendait de l’emplacement du théâtre à celui de la basilique ; pour niveler la surface du forum, on érigea un haut mur de brique et de pierre, qui servit d’assise à la partie arrière de la basilique. Ce qui reste du mur atteint une hauteur de 10 m. Du côté extérieur de ce mur, une tour ronde renfermait le trésor de la cité à l’étage inférieur et, au-dessus, la salle du sénat municipal, ou curie. Quelques restes calcinés de la basilique ont été récemment dégagés de la salle du trésor, tandis qu’une partie de la curie a été reconstituée pour mettre en évidence les sièges semi-circulaires des décurions, ou conseillers municipaux, qui se réunissaient là pour administrer la colonie. A l’angle nord du mur de la basilique, on distingue encore une gouttière en pierre destinée au drainage des eaux de pluie de la grande place, ainsi que les fondations de l’escalier de la basilique. Un passage sous cet escalier mène aux caves de cet édifice ; il est fermé par un portail moderne en fer.

Le site archéologique d’Augusta Raurica [2]

A quelques mètres au nord de la basilique, une pièce d’habitation romaine a été partiellement excavée et restaurée afin de montrer le fonctionnement du chauffage central. Le sol reposait sur des pilotis de tuiles d’environ un mètre de hauteur et l’air chaud provenant d’un fourneau à bois circulait sous le sol de pierre et dans les tubulures établies à l’intérieur des murs. Un tel système de chauffage central représentait le minimum de confort pour les Romains installés au nord des Alpes, mal habitués par le climat méditerranéen à supporter le froid de nos régions.

 

Repasser maintenant par le théâtre et gravir l’escalier qui lui fait face ; sur le terre-plein, on remarque un bloc de maçonnerie carré : c’est la base d’un temple de conception classique, avec une colonnade sur la façade antérieure, une pièce unique pour la statue du dieu et un toit à fronton. Sa construction remonte à l’an 150 apr. J.-C. environ, c’est-à-dire à l’époque où le théâtre fut reconstruit ; ce temple prit la place d’un sanctuaire datant des débuts de la colonie. Il était entouré d’une enceinte sacrée à laquelle était adossé un portique à colonnade. Du podium, la vue s’étend sur le théâtre d’un côté et sur la vallée de l’autre.

Statuette de la déesse Victoire

Statuette de la déesse Victoire

Cette magnifique statuette de bronze provient d’une maison privée de la colonie d’Augusta Raurica. La déesse de la Victoire trône sur une sphère symbolisant la Terre – Lune et étoiles sont en incrustations d’argent – et soulève au-dessus de sa tête un disque orné de la tête de Jupiter. L’ensemble est une glorification de la victoire de la puissance romaine sur l’univers, victoire favorisée par le dieu des dieux.

A l’angle du petit terre-plein sur lequel s’élevait le temple, on voit que ce terre-plein a été agrandi par la construction d’un haut mur de soutènement en pierre et en brique ; contre ce mur s’adossaient les entrepôts municipaux. Ce mur a été dégagé sur toute la hauteur, et l’on peut examiner les consoles de grès qui soutenaient les piliers des entrepôts en bois.

Au pied de ce mur, on peut également admirer une section d’aqueduc, découverte dans la région de Liestal. On se représente généralement les aqueducs comme des conduites portées par des arches et s’étirant à travers le paysage. En fait, les Romains préféraient poser des canalisations souterraines, à l’abri de l’homme et des intempéries. L’aqueduc souterrain exposé ici est assez grand pour qu’un homme puisse passer et faire les réparations nécessaires. Le solide travail de maçonnerie témoigne de l’excellente qualité de la main-d’œuvre et du génie civil romains. L’aqueduc qui amenait l’eau potable dans les maisons et les bâtiments publics d’Augusta Raurica s’allongeait sous terre sur une longueur de 9 km, des sources du bas du Jura jusqu’au sud de la cité. A cet endroit, un aqueduc aérien, aujourd’hui disparu, prenait le relais. L’eau qui arrivait à la cité était alors filtrée dans de grands bassins et passait ensuite dans les tuyaux de plomb qui alimentaient chaque maison de la cité, ainsi que les fontaines publiques et les thermes. Il existait également un système complet d’évacuation des eaux usées, qui se déversaient dans le Rhin.

.

[Regardez que les Romains, n’ont pas tiré l’eau du Rhin, juste à côté de la cité, pour l’alimentation quotidienne et pour les bains, mais bien une eau de source prise très loin.]

Stèle mortuaire en grès rouge

Stèle mortuaire en grès rouge

Noter le souci de réalisme dans les traits des visages et le drapé des vêtements – robe longue pour la femme, tunique courte et manteau agrafé sur l’épaule par une fibule pour l’homme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires