750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Archives

Articles Récents

Liens

19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 17:15

Sainte-Hélène, décembre 1817

L’Empereur est de plus en plus déprimé : la surveillance des sentinelles, l’exiguïté de la demeure, le manque d’action pèsent sur ce « monstre de travail », comme le qualifiait Meneval. Il s’étend de plus en plus sur son lit de camp. L’homme qui eut entre ses mains tous les pouvoirs, gouvernant une Europe qu’il a conquise, donnant à la France un code et un édifice social, en est réduit à une méditation solitaire. Son visage est tiré, son teint jaunâtre.

Je vais faire venir une autre bibliothèque : je dois relire César, Tite-Live et Salluste. Il me faut Racine, Corneille, Voltaire et Pascal. Sais-tu que quand j’étais en garnison à Valence, ma solde n’était que de 93 livres et 4 deniers par mois, et je me privais de vin pour acheter des livres à la librairie MARC AUREL. A l’école de Brienne, j’ai pu acheter des ouvrages de mathématiques et d’histoire… J’aurais voulu de Hambourg à Gibraltar, créer une Europe ordonnée et paisible… Et vous me voyez aujourd’hui condamné à regarder l’océan et les nuages… J’aurais voulu qu’on parle de moi comme « Le Général de la Paix… ! » Comme il a dû apprécier le geste des Lyonnais !

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Sainte-Hélène, décembre 1817

Le vent, l’humidité, les nuages pèsent sur Longwood. On s’ennuie sur ces quelques arpents de terre, sous la surveillance tatillonne des sbires de Hudson Lowe. En ai-je entendu de petites méchancetés, des tiraillements ; on se dispute pour des questions de bienséance ou pour un rôti trop cuit. Pour tenter de ramener un minimum d’harmonie, l’Empereur use d’un moyen infaillible : parler argent ! La perspective d’un testament généreux fait taire les querelles. Cependant, le sujet qui revient le plus fréquemment, c’est la bataille de Waterloo : jusqu’à la fin, Napoléon a refait cette bataille.

« Mes plans étaient bons, je l’avais gagnée ! Il fallait couper Blücher de Wellington pour les anéantir…. Mon plan était parfait !...

Duc de Wellington

Duc de Wellington

Waterloo voit son triomphe, le duc de Wellington devient inséparable de Napoléon, sa fascination pour l'Empereur est immense.

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Commandé par Napoléon, Antonio Canova se lança le défi romain d'une statue héroïque extrait d'un seul morceau de marbre en taille directe: Napoléon en Mars Pacificateur de 3,45 m de haut,  bloc de carrare monolithe  à l'exception du bras gauche qui est rapporté le vêtement cachant la liaison.

La statue fut achetée par le gouvernement Anglais en 1816  et le Prince Régent, le futur George IV, l'offrit au duc de Wellington pour services rendus.

A suivre

Partager cet article

Repost0

commentaires