750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Archives

Articles Récents

Liens

28 novembre 2017 2 28 /11 /novembre /2017 17:34

Sainte-Hélène, mars 1819

L’Ile n’est plus qu’une prison que chacun voudrait fuir : les uns parlent d’ennuis de santé, d’autres invoquent des soucis de famille, l’éducation des enfants, le Grand Maréchal Bertrand répète qu’il a besoin des eaux de Vichy. Le comte de Las Cases refuse de revenir à Longwood. L’Empereur se fâche et tempête. Il crie qu’il sait bien que chacun pense à son testament, puis, il paraît se calmer un peu et il ajoute : « Ceux qui veulent rentrer à Paris pourraient bien s’adresser à Joseph Fouché qui est bien plus riche que moi. »

Prison de Sainte-Hélène

Prison de Sainte-Hélène

Ainsi parlait l’Empereur, j’apprenais des choses qui s’étaient passées avant mon arrivée à Paris. Les disputes de Longwood se calmaient momentanément, mais je savais bien que c’était provisoire : l’air de Longwood devenait chaque jour plus lourd et plus irrespirable, même Mme Bertrand, presque toujours souffrante, fait tout pour que ses quatre enfants échappent à ce purgatoire. Puis, l’Empereur, épuisé par ces disputes, se replongeait dans ses livres et dans ses souvenirs.

Sainte-Hélène, avril 1819

La géographie de ton pays, Noverraz, m’a toujours fasciné ; vous êtes à la fois la forteresse et le carrefour de l’Europe dont l’unique porte Sud s’appelait le Mont Joux, les « Alpes Pennines » des Anciens, et, pour moi, le Grand-Saint-Bernard. Votre Mont Joux a vu passer les armées celtes, Octodurus est entré dans l’Histoire en l’an 57 avant Jésus Christ quand Jules César fit passer les Verargues Imperator y vainquit les Salaces et édifia la statue de Jupiter. Dans « De Bello Gallico », Jules César au livre III, cite la bataille d’Octodure où Servius Galba et sa XIIe légion défient les Véragres.

Maximilien Hercule, l’Empereur, franchit le Mont Jovis en 258, et c’est peut-être à lui que l’on doit le martyre de Saint-Maurice et de ses héroïques légionnaires… Je ne me lasserai jamais de relire les livres d’Histoire !

Sais-tu, Noverraz, que Charlemagne, autour de l’an 800, franchit à son tour le col, fit des dons magnifiques à Saint-Maurice d’Agaunes, longea le lac par Vevey et Lausanne et regagna sa capitale en passant par le Jura. Pour me couronner à Paris, le pape d’aujourd’hui a choisi le passage du Mont Joux pour se rendre à Rome où en 881, S.S. Jean VIII le couronna Empereur d’Occident. Oui, Noverraz, je connaissais ce col bien avant de penser à le franchir. Je l’ai dit au Chanoine Mürith qui m’accompagnait.

Sais-tu, Noverraz, que dans les écoles, à Valence et plus tard à Brienne, on se moquait de mon accent ?... Sais-tu comment on m’appelait dans les camps ? « Napoglioné paille au nez ! », alors, tu comprends que, plus tard, dans mes habits impériaux, c’est une tempête d’orgueil qui m’ait porté vers le pape.

C’est alors que je me suis retourné et que j’ai dit : « Joseph, si notre père nous voyait ! »

Tu sais, ma sympathie allait surtout à Lucien et à Jérôme, Joseph n’était qu’un ingrat : il n’était rien en 1796. Deux ans plus tard, je le fais ambassadeur ; en 1803, à Amiens, il dispose du sort de l’Europe ; je le fais prince en 1804 et roi en 1806. Et ton compatriote, Noverraz, mon oncle Faesch, il est fait cardinal.

Les frères et soeurs de Bonaparte

Les frères et soeurs de Bonaparte

A propos d’école, il y avait un certain Louis-Edmond de Philippeaux qui avait souvent de meilleures notes que moi et qui ne ratait jamais une occasion de se moquer ou de m’être désagréable, et bien, ce Philippeaux, j’allais le retrouver quinze ans plus tard à Saint-Jean-D’acre où il était conseiller de Farhi, le Premier Ministre, avec l’Anglais Sidney Smith, ce fameux Smith que, en 1798, il avait fait évader du Temple.

Il revient aux siens, à Caroline, à Joseph, à Jérôme… « Ne crois-tu pas, mon bon Noverraz, qu’ils devraient se rendre en Suisse ? Ils pourraient s’installer à Berne, à Fribourg, à Zurich, je suis sûr qu’ils seraient bien accueillis avec leurs millions… Je verrais bien Joseph en landammann !  Les Bonaparte doivent s’allier avec de grandes familles… les Colonna, les Orsini, les Watteville en Suisse… ! »

(Déjà la promesse d’une sécurité absolue pour les millions dans le paradis fiscal suisse !)

A suivre

Partager cet article
Repost0

commentaires