750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Archives

Articles Récents

Liens

3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 17:26

23 décembre 1815

Nous avons guetté toute la journée l’arrivée d’un navire. A bord du « Doris », il y aura le courrier, une provision de livres réclamés par l’Empereur, et de nombreux chevaux. Les frères Archambault se sont dépêchés de débaptiser un alezan que les Anglais appelaient « Bonaparte » et qu’ils appelleront « Numide ». On pourra, me disent-ils, les atteler à l’ancienne calèche du gouverneur, sortir la voiture impériale. On va les dresser, et dorénavant, nous irons chercher chaque matin, le Grand Maréchal à Hutte Gate.

Je dois dire que Sir Cockburn fait tout ce qu’il peut : comme Monseigneur le réclamait, il a mis à sa disposition douze marins du « Northumberland » et plusieurs dizaines de domestiques chinois qui seront attachés soit à la cuisine, soit aux écuries, soit au jardin. Ils ne parlent pas un mot d’anglais ou de français, nous devons tout leur faire comprendre par signes, mais ça semble les amuser beaucoup.

Napoléon en jardinier à Saint-Hélène.

Napoléon en jardinier à Saint-Hélène.

J’ai appris à l’un d’eux à faire l’argenterie. Il semble ravi et frotte du matin au soir. Un autre est chargé de chasser les rats. Il fait appel à ses camarades pour organiser une sorte de battue. Ils poursuivent les rats dans le parloir, les corridors et les cuisines, et quand la chasse a été bonne, ils font rôtir les rats et s’en régalent.

Quand un bateau jette l’ancre, Cipriani, pour renouveler l’ordinaire, essaie de mettre la main sur des denrées qui, malheureusement, ont fermenté en route. Par contre, nous ne manquons jamais de vin ou de rhum.

L’eau potable a longtemps été un problème : nous avons tous bu une eau un peu saumâtre, jusqu’à ce que l’Empereur, en se promenant dans la vallée des géraniums, entende un petit glouglou : c’était la Fontaine Torbette où chaque matin, un Chinois allait dorénavant remplir un seau et une urne d’argent pour l’Empereur.

La fontaine était déjà présente et connue des habitants de l’île, Napoléon n’a rien « découvert », si ce n’est le lieu où cette source était et inconnue de lui. Il aurait demandé à l’un ou l’autre habitant du coin, on lui aurait désigné l’endroit.

A suivre

Partager cet article
Repost0

commentaires