750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Archives

Articles Récents

Liens

26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 16:42

Août 1818

Pierron a préparé en secret un gâteau en sucre filé qui représentait l’Arc de Triomphe. C’est une surprise pour les 49 ans de l’Empereur. Les Chinois qui travaillent ici préparent aussi une surprise : ils ont sculpté les pièces d’un jeu d’échecs en ébène en leur donnant la silhouette de l’Empereur.

Mme de Montholon se plaint, elle s’est fait délivrer un certificat médical et veut repartir pour l’Europe.

Nota : Un petit mot sur le nombre total de personnes qui entourent Napoléon à Sainte-Hélène, ils sont environ une quarantaine.

Sainte-Hélène, août 1818

L’Empereur parle beaucoup de l’Amérique et des Iles ! « Sans les Anglais et ce Toussaint-Louverture, j’aurais pu faire de grandes choses à St-Domingue !... »

Sais-tu qu’il avait l’audace de m’appeler mon cousin ! J’ai fait enfermer ce cousin noir au Fort de Joux, près des frontières suisses. Nota bene – jusqu’à sa mort dans une cellule, seul et miséreux. Le pauvre !

Et puis, en Louisiane, il y avait Laffitte ! Laffitte avec ses corsaires qui faisait la loi à l’embouchure du Mississipi.

Qui sait si, en ce moment même, l’un de ces navires ne croise pas, narguant la flotte anglaise au large de cette île maudite ?... En trois mois, de Nouvelle-Orléans, j’aurais fait Napoléonville ! Je n’aurais jamais dû accepter les quinze millions de dollars de Thomas Jefferson mais, en 1803, je ne pensais qu’à l’Europe et pourtant, il y avait autant d’espace et peut-être plus d’avenir dans les plaines immenses entre Mississipi et Montagnes Rocheuses, la Louisiane… (Napoleonville en Louisiane)

Vue de la Vallée du Rhône depuis Sion.

Vue de la Vallée du Rhône depuis Sion.

…Sais-tu, Noverraz, si j’avais choisi de me retirer dans les montagnes du Valais, j’aurais défié l’Europe. Le Gothard est la plus formidable des forteresses. Aux Alliés, j’aurais barré la route de Saint-Maurice et du Simplon, seulement, à Sion, on ne m’aimait guère.

Nota bene – Il semble que Napoléon se répète ou que Noverraz réécrit les mêmes histoires courtes qu’il entendait. C’est plus probable que Napoléon, ayant beaucoup de rancœurs, raconte à Noverraz, chaque fois qu’il le voit, des récits touchants de près ou de loin au pays d’origine du Vaudois.

Partager cet article

Repost0

commentaires