750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Archives

Articles Récents

Liens

30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 16:56

Puisque la revue PLAISIR est destinée à la critique des restaurants, et pas n’importe lesquels, ceux qui se dénomment « restaurant gastronomique », tel qu’on le concevait en 1964, voici des points de vues des rédacteurs, sur certaines adresses, connues ou pas.  

 

Voici une première critique.

Par Jane Rosier

 

Auberge communale de Savigny

      Qui dit auberge se représente un petit restaurant campagnard, avec salle à boire et tables luisantes où il fait bon manger une portion de fromage et boire un coup de blanc. En certains endroits, on voit encore le fourneau à charbon ou à bois, la nappe à carreaux, les murs auxquels sont accrochés les portraits du général Guisan et de certains conseillers fédéraux. La lumière y est diffuse, le café sent le cigare éteint. Les soirées d’hiver, on s’y trouve à l’aise. Autrefois, ce devait être « comme ça » à l’Auberge communale de Savigny, à quelques kilomètres de Lausanne. Mais cet établissement a fait robe neuve : ravissants rideaux rouges imprimés, meubles clairs, nappages du plus beau glaçage, table sur laquelle des bouteilles de vin se tempèrent. Service impeccable assuré par un « garçon » très aimable, pas obséquieux, attentif aux moindres désirs du client. Cette transformation, je la note, j’en tiens compte, je l’approuve – puisque le progrès l’exige – et pourtant, je regrette la rusticité et le charme désuet des « pintes » de nos campagnes.

      Cela admis, on mange très bien à l’Auberge communale de M. Farag. La carte des mets, bien fournie, offre un menu à Fr. 10.- comportant en premier plat, à choix : cervelle en beignet, terrine du chef ou demi-douzaine d’escargots. En deuxième plat : côte de porc, demi-poulet et entrecôte (celle-ci avec un supplément de Fr. 1.-). Pour ma part, j’ai choisi la terrine, excellente, et l’entrecôte double Café de Paris – qualité remarquable – deux plats arrosés d’une demi-bouteille de Bordeaux (Fr. 7.-) et d’une demi-bouteille de Fleurie (Fr. 6-50). Je signale d’ailleurs à l’attention du connaisseur une carte des vins assez imposante : Bordeaux et Bourgognes dès Fr. 22.-, Brouilly et Fleurie à Fr. 10.50. L’addition pour deux personnes : Fr. 45.-, service compris. Cela n’est pas précisément bon marché, mais le propriétaire ayant fait des frais, comme on dit, il faut bien récupérer.

J. R.

Publicité d’époque avec les prix du moment.

Publicité d’époque avec les prix du moment.

Partager cet article

Repost0

commentaires