Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 16:54

armoiries_bercher_moyen.JPG

BERCHER

 

Les Bourlatsapi

 

Surnom des habitants de Bercher, village terminus de la ligne du LEB train aux couleurs vaudoises bien connu. Les Bourlatsapi ou en français les Brûle-Chapeaux fait référence à des événements lointain qui remonte au Moyen-âge. L’instabilité de l’époque est générale, au tournant de l’an mille avait été comme partout, le moment de doute suite aux guerres et invasions sur tout le territoire de l’Europe.

Les couvents se multiplient partout avec un nouvel art religieux qui puise parfois dans la culture arabo-musulmane qui est implanté sur le continent. Si les conquêtes par des rois et grands seigneurs est chose connue et inscrit dans l’histoire avec un grand H, il existe toujours des petites histoires vécues par des gens simples qui marquent pourtant pour longtemps l’histoire locale, jusqu’à nos jours. Bien que parfois en cour de route on oublie les faits qui furent assez forts au moment de la réalisation de tels événements, tel est le cas pour l’origine des Bourlatsapi de Bercher. Il est probable que tous savent à Bercher et dans le Gros-de-Vaud le petit nom des habitants de Bercher, sans pourtant donner une explication juste du pourquoi.

Même aujourd’hui il est difficile de trouver une juste interprétation de ce qui c’est passé entre les habitants de Bercher et ceux d’un village voisin, Vuarrens.

Dans [Histoire d’un village vaudois, Bercher], écrit par Richard Paquier en 1972, on peut lire à propos des Bourlatsapi à la page 18 : « Cet épisode d’histoire locale nous montre combien l’ordre public et la sécurité étaient précaires en ce temps-là. On a raconté (mais ce n’est pas un fait d’histoire dûment établi) que les gens de Bercher s’emparèrent de tous les chapeaux qu’ils trouvèrent à Vuarrens et en firent un feu de joie, ou de rage ! De là provient le surnom patois de Bourlatsapi qui est resté aux gens de Bercher : les brûle-chapeaux. Ce chapeau figure comme un trophée sur les armoiries que le village s’est données de nos jours. »

Les troubles sont avérés entre les deux villages, puisqu’il fallut un arbitrage pour mettre fin à la « guerre de Vuarrens » ; la paix fut conclue à Lausanne, à l’évêché, en juillet 1229.

 

GTell, Madame la Greffe Municipal à Bercher, Richard Paquier.

Partager cet article

Repost 0

commentaires