Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 10:57

 

   La disette de 1816-1817*, le chômage et l’accroissement de la population poussent de nombreux Suisses à s’expatrier. En 1817, le Fribourgeois Nicolas-Sébastien Gachet négocie l’établissement d’une colonie au Brésil, Novo Friborgo. Près de 2000 émigrants suisses s’y rendent. Le 11 mai 1818, Gachet souscrit aux conditions que lui impose Jean VI, le roi du Brésil. L’émigration peut commencer. Les trois documents suivants sont extraits d’une brochure intitulée 1821. Colonie suisse, au Brésil. (Je publie ces trois documents en trois fois.)

 

*  http://fr.wikipedia.org/wiki/Ann%C3%A9e_sans_%C3%A9t%C3%A9

 

 

 

Les conditions souscrites par Nicolas-Sébastien Gachet (11 mai 1818)

 

   Article 1. – Sa Majesté, ayant bien voulu accepter les offres du canton de Fribourg, relatives à une colonisation de Suisses au Brésil, accorde é ses ressortissants et à tous ceux des autres cantons, la faculté de venir se fixer dans les Etats de l’Amérique, et, par un effet de Sa royale munificence, Elle daigne accorder le payement des frais concernant l’établissement d’un nombre de familles de colons, hommes, femmes et enfants, jusqu’à la concurrence de cent familles, tous de la religion catholique, apostolique et romaine.

   Article 2. – En conséquence de cette faveur, Sa Majesté veut bien payer le passage de ces colons jusque dans le port de Rio Janeiro, et leur procurer des facilités et des vivres pour se rendre dans le district de Canta Gallo, leur destination, distant vingt-quatre lieues de la capitale.

   Article 3. – Les colons à leur arrivée logeront dans des maisons provisoires que sa Majesté a ordonné de faire bâtir en attendant que les Suisses aient construit leurs villes et villages.

   Article 4. – Chaque famille, selon le nombre de personnes dont elle sera composée, recevra en toute propriété par concession et sans redevance quelconque, une quantité déterminée de terre ; plus, des bestiaux, soit bœufs, chevaux ou mulets de trait, des vaches, brebis, chèvres et cochons ; et pour planter et ensemencer, il leur sera distribué du blé, des haricots, des fèves, du riz, des pommes de terre, du maïs, des graines de mamone* pour faire de l’huile à brûler, des semences de lin et de chanvre, et enfin ils recevront des vivres en natures ou en argent, pendant les deux premières années de leur établissement selon le tableau ci-joint sous le No 1.

   Article 7. – La colonie devra se pourvoir en Europe d’un bon chirurgien, médecin, d’un bon pharmacien, et même d’un maréchal expert vétérinaire, auxquels Sa Majesté daignera accorder une gratification annuelle à chacun d’eux.

   Article 8. – La colonie devra se pourvoir aussi de deux ou quatre ecclésiastiques pour desservir le culte divin.

   Article 13. – Tous les Suisses qui voudront s’y établir, en vertu de la présente convention, seront par le fait, dès leur arrivée, naturalisés Portugais ; ils seront soumis aux lois et usages des Etats de Sa Majesté et jouiront sans exception de tous les avantages et privilèges accordés ou à accorder à Ses sujets des deux hémisphères.

   Articles 24. – Enfin, Sa Majesté, pour dernière preuve de Sa Bienveillance royale, déclare que, s’il se trouvait dans le nombre des Suisses qu’Elle aurait fait venir à ses frais, quelques-uns qui désirassent retourner dans leur mère patrie, Elle n’y mettra aucun empêchement ; mais qu’ils ne pourront disposer à leur volonté que de la moitié de leurs bien-fonds et immeubles pendant les vingt premières années de l’établissement de la colonie, l’autre moitié devant appartenir à la commune dont ils feraient partie, dans la vue d’augmenter ses revenus.

   J’accepte les conditions exprimées dans la présente capitulation, et je promets de l’exécuter ponctuellement.

 

* mamone, je n'ai pas trouvé ce que c'est comme plante ou graine qui donne de l'huile à brûler.

 

GTell, Documents d'Histoire Suisse.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean Claude 10/02/2014 08:48


Tres bon negociateur ce monsieur Gachet. Les conditions etaient fort bonnes.

G.Tell 10/02/2014 17:42



En effet, mais dans la réalité, un aventurier, et c'est bien le Roi Jean VI qui cherchait des colons...