750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Archives

Articles Récents

Liens

21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 18:05

 

L’étroite interdépendance avec le monde qui caractérise la Suisse donne également sa marque à la politique monétaire. Aussi le pays a-t-il ressenti en permanence la nécessité de conserver un franc sain et convertible. Il a également un intérêt naturel à des cours de change stables qui facilitent l’insertion économique dans le monde et favorisent une division du travail génératrice de prospérité. Le franc est depuis toujours une devise forte.

 

La Banque nationale suisse, institut d’émission du pays, ouverte en 1907, a pour tâche de faciliter les opérations de paiement et de mener une politique monétaire et une politique du crédit qui servent les intérêts généraux du pays. Elle est une des rares banques centrales du monde dont les actions soient actuellement encore négociées journellement aux bourses suisses. Fait unique, elle a deux sièges centraux, l’un à Berne, la capitale fédérale, où sont centralisées les fonctions plus spécifiquement administratives, et l’autre à Zurich, où sont fixés les deux départements les plus importants du point de vue des transactions, ainsi que le PDG de cet institut, le président du Directoire de la Banque nationale. La Confédération, qui n’est pas actionnaire de la banque centrale, exerce son influence avant tout au travers de la nomination des trois membres du Directoire – qui est la direction suprême de la banque – ainsi que de 25 des 40 membres de son conseil d’administration, qui porte ici le nom de Conseil de Banque.

 

La banque d’émission ne peut créer de monnaie qu’en contrepartie de l’achat d’or ou de devises-or, ou par l’octroi de crédits à court terme. Les billets en circulation doivent être couverts à 40% par la réserve d’or. [en 1974] Vu l’incertitude de la situation monétaire internationale, la Banque nationale suisse est déliée depuis 1936 de l’obligation, consignée dans ses statuts, de rembourser en or les billets de banque. Elle reste en revanche tenue en principe de pratiquer une politique lui permettant de maintenir le cours du franc à sa parité-or, compte tenu de fluctuations à l’intérieur d’une marge fixée par le Conseil fédéral. Depuis la réévaluation du franc en mai 1971, cette parité s’établit à 4'596 fr, le kilo d’or fin ; après les deux dévaluations du dollar de fin 1971 et de février 1973, cela correspond à un cours moyen théorique de 3,38 fr, par dollar. Mais vu la suspension de la convertibilité-or du dollar et la persistance de la crise monétaire internationale, la Banque nationale, d’accord avec le Conseil fédéral, a suspendu le 23 janvier 1973 ses opérations de soutien de la devise américaine. Depuis lors, la fixation du cours de cette monnaie sur le marché suisse des devises est laissée au libre jeu de l’offre et de la demande, lequel a ramené le cours en francs suisses du dollar bien au-dessous de la parité théorique. Du fait de ce retrait du marché des devises, la banque d’émission a dès lors de nouveau un meilleur contrôle sur la masse monétaire intérieure dont la régulation lui avait échappé pour un temps, à la suite des afflux massifs de fonds étrangers.

 

Les réserves de devises, qui s’élèvent à près de 25 milliards de francs, représentent la contrepartie de quelque huit mois d’importations, soit un taux de couverture remarquablement élevé. Si les réserves d’or constituaient auparavant plus de 85% du total des réserves de devises, ce taux est depuis descendu de 50%, suite aux opérations de soutien du dollar effectuées entre le moment de la suspension de la convertibilité-or de la devise américaine et celui où il a été décidé de laisser flotter le cours du franc. Mais les 11,9 milliards de francs d’or en réserve n’en couvrent pas moins toujours à 75% environ les billets de banque en circulation. [Le 18 avril 1999 fin de la couverture-or en votation, entré en vigueur le 1er janvier 2000]

 

Source Crédit Suisse

 

GTell

Partager cet article
Repost0

commentaires