Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 18:04

 

L-assaut-des-Tuileries.jpg

L'assaut des Tuileries le 10 août 1792.

tableau de Duplessis Bertaux. (Palais de Versailles)

 

L’héroïque défense de la Garde Suisse à Paris.

 

   A partir de 1789, la Révolution française domina la politique européenne. « En Suisse, écrit Johannes Dierauer (historien), l’impression produite par la Révolution française fut, dès le début, d’autant plus vive que la France exerçait depuis des siècles une influence dominante, fortement établie, et que ces graves événements y touchaient des intérêts sans nombre, publics et privés. Les nouvelles théories politiques se répandirent irrésistiblement de ce côté du Jura dans les pays suisses et exercèrent aussitôt une action dissolvante sur l’état de choses existant et sur les notions traditionnelles. » Jusqu’à la chute de la royauté, les intérêts de la monarchie et ceux des gouvernements des cantons furent solidaires. Mais tandis qu’en France commençait le règne des assemblées parlementaires - ou plutôt des clubs qui les dominaient-, les cantons s’efforçaient encore de lutter contre la diffusion des idées révolutionnaires qui menaçaient les oligarchies.

 

   Un centre de propagande existait à Paris depuis 1790 : la Société des Patriotes suisses ou Club helvétique. Des Fribourgeois, des Vaudois et des Genevois, bannis de leurs cantons, lors des soulèvements contre les patriciats, y jouèrent le rôle principal. Ils répandirent des libelles en Suisse et firent de la propagande dans les régiments capitulés au service de France afin de préparer la révolution dans les cantons. En 1790, le régiment suisse de Château-vieux prit part à une révolte militaire qui éclata à Nancy. Le club ne fut pas supprimé, malgré les requêtes des oligarques, mais disparut l’année suivante, faute d’argent.

 

   L’année 1792 vit se produire des événements considérables : la déclaration de guerre de la France à l’Empire et la chute de la royauté. La « guerre aux rois » menaçait le territoire suisse et surtout celui de Bâle ; les Français étaient déjà entrés dans le Porrentruy, qui faisait partie de l’évêché de Bâle. La Diète fit donc occuper Bâle. Au même moment, Genève, menacée par la France, demanda à être mise au bénéfice de la neutralité suisse ; la Diète se rendit à son vœu.

 

   Nos miliciens qui montaient la garde sur le Rhin n’eurent pas un service bien dangereux. Il n’en fut pas de même des Gardes suisses qui tombèrent en héros, le 10 août 1792, fidèles à leur serment, sur les marches d’un trône dont ils furent les derniers soutiens.

 

À suivre…

 

GTell, Histoire de la Suisse, L. Suter et G. Castella

Partager cet article

Repost 0

commentaires