Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 16:25

Suite de la cinquième partie.


À 1630 déjà, nous débarquons à Payerne et nous nous mettons à couvert en attendant la nuit pour gagner Cottens, en passant par Grandsivaz. Les chevaux devaient aller à Avenches et nous disposions d’un camion pour le transport des mitrailleuses et autres charges de nos sommiers. La marche dans la neige fraîche de Payerne à Cottens fut très pénible car chacun avait son paquetage complet. Mais, à 2240, nous prenions nos cantonnements, tout heureux d’un peu de repos. La nuit fut cependant courte car nous devions tenir le village de Prez-vers-Noréaz avant l’aube. Harcelés par un ennemi très entreprenant, durant toute la matinée, nous avions reçu vers midi l’ordre de nous replier sur Avenches pour y prendre des cantonnements d’alarme. Le repos fut de courte durée car à 0400, le bat. 16 était alarmé pour se porter à Laupen en passant par Donatyre, Courtion, Cournillens, Courtepin, Gros-Gurmels. Toutefois, dans ce dernier village, tout le bataillon fut pris dans une souricière qui le mit hors de combat pour 30 minutes ! Mettant à profit ce délai, nous avions alors préparé une attaque qui, débouchant à 1000, délogea assez rapidement l’ennemi. Une interruption de manœuvres survint à 1300. Elle était la bienvenue et permettait à la IV/16 d’aller prendre des cantonnements é Cressier-sur-Morat jusqu’au lendemain à 2000, moment où devaient reprendre les manœuvres. Isolée à l’aile gauche du front du Rgt. 7, la IV/16 dut, au cours de la nuit, faire mouvement sur Guin. C’est dans ce dernier village qu’elle passa la nuit suivante. Enfin, à l’aube, elle déclencha une attaque en direction de Bonn-Bad où l’ennemi avait réussi à franchir la Sarine. C’est au cours de cette attaque que la fin des manœuvres fut ordonnée.

 

Débuter par le grand défilé de Lausanne, ces manœuvres devaient se terminer également par un grand défilé en ville de Fribourg. Le reste de la journée du 9 février fut donc utilisée à des rétablissements et à la préparation de ce défilé. Comme celui-ci se faisait sans que l’homme porte son sac, le 10 février à 0715, une colonne de camions attendait le bat à la sortie du pont de Zahringen où nous chargeâmes tous les paquetages. De là, tout le rgt, se rassembla sur le parc de sport des Charmettes pour une grande répétition de chant dirigée par le cap-aumônier Pierre KAELIN.

Comme à Lausanne, ce grand défilé était ouvert par les troupes de la Brigade légère 1, au trot, que suivaient celles du rgt, de Fribourg. Le défilé était inspecté par le Cdt, de Division 1 qui se tenait aux Grands-Places, entouré du Grand-Conseil in corpore, du Conseil d’Etat et des autorités communales et religieuses. Le collège St-Michel au complet, les classes supérieures et primaires que compte Fribourg étaient heureusement là car par le grand enthousiasme que manifestait toute cette jeunesse, un public très dense acclama aussi ses soldats et effaçait la mauvaise impression laissée par le défilé précédent.

 

  Au sortir de ce défilé, le rgt, 7 fut rassemblé sur la Place Notre-Dame pour une manifestation qui restera mémorable. Elle débuta par un chant d’ensemble de tout le rgt, « Pays de mes aïeux », que suivit un discours de notre évêque Mgr Marius BESSON. Ce grand patriote, qui pendant les mobilisations côtoya très souvent nos troupes pour leur prouver son fidèle attachement à l’armée, nous félicita pour notre tenue et notre discipline, nous encouragea pour les mois à venir où l’atmosphère internationale était encore bien sombre et nous assura, enfin, de ses ferventes prières pour la protection de la Suisse. Ses paroles firent grande impression non seulement sur nos soldats, mais aussi sur une foule dense qui assistait à cette cérémonie. Puis, ce fut le dépôt d’une couronne devant le monument érigé aux soldats de ce même régiment morts au service de la patrie pendant les MOB, de 1914-1918. Enfin, tout le rgt, casque à la main, chanta le « Chant de la Bérézina » accompagné par les fanfares des bataillons.

 

N--386-La-section.jpg

 

 

que de neige!

 

 

N--394-en-patrouille.jpg

 

à suivre...

 

GTell Henri Noël

Partager cet article

Repost 0

commentaires