Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 16:51

Une parenthèse dans mes petites histoires sur la Suisse pour vous parler d’une chose dérangeante à mes yeux.

 

Dernièrement sur la chaîne thématique TCM, qui consacre la majeure partie de son temps à diffuser des films américains qui ont marqué l’histoire du cinéma hollywoodien des plus belles années des grands studios, j’ai pu regarder l’hommage de la chaîne à John Ford. Les plus célèbres films du réalisateur ont été diffusé et comme nous ne pouvons pas dissocier John Ford de John Wayne et de la troupe fétiche qu’il utilisa durant plus de trois décennies, ça été un régal de revoir tous ces films avec tous ces personnages si familiers. Je suis de la génération où l’on s’attachait facilement à un héros et John Wayne était l’un de ceux-ci.

 

Ford a traité tous les sujets qui lui tenaient à cœur et c’est là le génie du réalisateur, avoir fait des films qui n’étaient pas toujours politiquement correcte sans que la censure ne distingue qu’un divertissement général. Pour Ford qui ne voulait pas être à la merci des producteurs des studios, il faisait en sorte que les rushes livrés aux studios ne permettaient qu’un montage, celui de John Ford. De toute sa carrière Ford est celui qui a un ratio des rushes le plus bas (2,5), ce qui interdisait le montage final à l’encontre de sa volonté, au contraire de certains réalisateurs qui pour toutes les scènes faisaient dix ou trente prises qui pouvaient faire plusieurs versions d’un film qui ne ressemblait en rien à l’idée de départ.


Donc la volonté de Ford de faire des films à son idée, avec les acteurs qui lui plaisaient, ce révéla gagnant. Et pour nous public, retrouver toujours le même acteur en héros (John Wayne) et les mêmes acteurs secondaires dans des rôles plus ou moins important selon l’histoire racontée.


 Et lors de la célébration à John Ford la chaîne diffusa le célèbre film, L’Homme qui tua Liberty Valance avec John Wayne, James Stewart et Lee Marvin. Trois acteurs à la voix et au jeu caractéristique que je me réjouissais de revoir. Hélas, trois fois hélas, dès les premiers mots des héros, je fus déçu de ce qu’entendaient mes oreilles. La version remastérisée de 2010 un vrai désastre au niveau des voix. John Wayne, James Stewart et Lee Marvin avaient perdu leurs voix françaises d’origine. Catastrophe et dégout pour cette version qui gâche l’œuvre tel quelle a été présentée ce soir-là. Qui a fait ce massacre et pourquoi ? Forcément cette version n’est pas gênante pour la génération actuelle qui ne connait pas ces acteurs et leur voix français de l’époque.


Mais c’est un outrage et un manque de respect pour les doublures voix qui apportaient pour nous francophones l’élément le plus significatif à chaque personnage des films américains. Pour Le film en question et beaucoup d’autres, John Wayne était doublé par Monsieur Raymond Loyer, James Stewart par Roger Tréville et pour Lee Marvin par Claude Bertrand. Hommage soit rendu aux doublures françaises qui rendent les films américains regardables et appréciés de nous. Sans cela, nous serions tous à regarder autre chose.

 

Un échantillon des voix françaises.    Un deuxième.link

 

Pour finir et pour la nostalgie voici l’une des chansons interprété par Lee Marvin avec sa vois si reconnaissable en anglais ou en français.


 

 

GTell

Partager cet article

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article

commentaires