Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 17:10

 

WinstonChurchill.jpg

 

   Dans une note qu’il adresse à son secrétaire des Affaires étrangères, le 3 décembre 1944, Sir Winston Churchill juge la politique de la Suisse pendant la seconde guerre mondiale. Nous la reproduisons d’après Jon Kimche, Un général suisse contre Hitler. L’espionnage au service de la paix, Paris, éd. Fayard, coll. « Les grands études contemporaines » 1962, 217 pages. Le document suivant est extrait de la p. 17.


   Je note ceci pour les archives. De tous les pays neutres, c’est la Suisse qui mérite le plus d’être citée. Elle fut la seule force internationale à servir de lien aux nations horriblement séparées et à la nôtre en particulier. Quelle importance cela peut-il avoir qu’elle ait été capable de nous donner les avantages que nous recherchions sur le plan commercial ou qu’elle ait donné trop aux Allemands pour se sauver elle-même ? Elle a agi en Etat démocratique luttant pour sa liberté au milieu de ses montagnes et fut, en esprit, malgré la différence de race, largement de notre côté.

   J’ai été étonné de la sauvagerie d’U.J. (Staline) à son égard et, malgré mon respect pour cet homme grand et bon, je n’ai pas été influencé du tout par son attitude. Il les a traités de swine et il n’as pas l’habitude d’employer un tel langage sans y croire. Je suis persuadé que nous devons tenir aux côtés de la Suisse et expliquer à U.J. pourquoi nous agissons ainsi. Le moment pour envoyer un tel message devra être soigneusement choisi…

 

On est plutôt bien vu de Churchill et mal aimé de Staline.

 

GTell, Documents d’Histoire Suisse par Michel Salamin dans la collection recueils de textes d’histoire Suisse.

Partager cet article

Repost 0

commentaires