Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 16:47

coupe-schematique.jpg

 

Situation et description du lieu [mars 1979]

 

Dès son soulèvement de la chaîne de Pouillerel, le flanc sud-est de l’anticlinal s’est opposé à l’écoulement des eaux de la vallée du Locle.

 

Le Col-des-Roches, échancrure profonde, doit ses origines à un décrochement transversal d’une partie de cette chaîne. En effet, les deux parois rocheuses, entre lesquelles se trouve le hameau du Col-des-Roches, sont situées de part et d’autre du plan de décrochement. Si tel n’était pas le cas, elles seraient l’image inverse l’une de l’autre, tandis qu’elles présentent des plissements totalement différents. C’est certainement grâce à ce décrochement que les eaux de la vallée du Locle ont trouvé un écoulement souterrain.

De cet écoulement souterrain, la perte des eaux de la vallée du Locle s’ouvre derrière la partie centrale de l’immeuble Col-des-Roches 23 [a]. elle débute par une salle descendante [b] longue de 25 m., large de 7 à 9 m. haute de 5 à 10 m. Au milieu du plafond se trouve une cheminée [c] dont 12 m. ont pu actuellement être explorés. En plus de l’entrée principale, trois galeries [d] venant de l’extérieur débouchent dans cette salle.

 

Le plancher de la grotte a été fortement modifié par la main de l’homme et est aujourd’hui percé de 4 puits [e] reliés entre eux par des aqueducs et escaliers. Deux de ces puits ont été aménagés dans des failles naturelles et les deux autres entièrement creusés par l’homme. Le puits le plus profond [e4] mesure une vingtaine de mètres. À la base de ce dernier, une galerie descendante [f] et actuellement noyée conduit dans la partie inexplorée de la grotte. Les points [g] et [h] marqués par des lignes pointillées démontrent respectivement les niveaux de l’eau et de la boue avant les travaux. Au fond de la salle principale, une galerie longue de 27 m., récemment découverte, présente un grand intérêt autant au point de vue du fonctionnement de la perte et de son remplissage partiel qu’à celui de l’histoire des moulins.

 

La dénivellation de la partie actuellement connue de la grotte est d’environ 48 m.

 

La résurgence des eaux absorbées par la perte du Col-des-Roches se trouve, selon toute vraisemblance, à peu de distance dans le vallon de la Rançonnière. Cependant, les eaux souterraines sont capricieuses et il se pourrait qu’il y ait une relation entre la perte du Col-des-Roches et la grotte de la Toffière (dite Grotte du Roi de Prusse) dans les bassins du Doubs.

 

GTell, La Confrérie des Meuniers du Col-des-Roches

Partager cet article

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article

commentaires