Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 18:41

 

Harry Lime (Orson Welles), trafiquant de pénicilline frelatée fait miroiter l’argent facile à son ami, l’écrivain Holly Martins (Joseph Cotten) lors d’un rendez-vous sur la grande roue du parc Prater. Martins trouve immorale et dangereux de faire cela et essaie de dissuader son ami de continuer dans cette voie. Lime, pour illustrer qu’il est parfois nécessaire de faire des choses obscures et illégale pour que des grandes choses se réalisent, dit : « pendant 30 ans en Italie sous les Borgias, ils ont eu la guerre, la terreur, des meurtres et des massacres, mais il y a aussi eu Michel-Ange, Léonard de Vinci et la Renaissance. En Suisse ils ont eu 500 années d’amour fraternel, de démocratie et de paix, et qu’est-ce que cela a produit ? Le coucou ! ».

 

Peu flatteur pour la Suisse ! d’autant plus que le coucou n’est pas Suisse.

 

 

 

GTell

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 18:34

-38--Vallee-de-la-Broye-a-Lucens.jpg

Photo 38. VALLÉE DE LA BROYE, à Lucens (Vaud), La rivière coule sur un lit d'alluvions, 1. Lucens, 2. Ligne de Palézieux-Payerne-Morat-Lyss, 3. Villars-Bramard, 4. Lussy (Fribourg), 5.Henniez, 6. Payerne, 7. Granges, 8. Surpierre, 9. Villeneuve, 10. route de Moudon.

Repost 0
Published by G.Tell - dans La modernité
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 17:35

-37--Vallee-de-la-Broye.jpg

Photo 37. VALLÉE DE LA BROYE (Nord-Est au Sud-Ouest), fond plat et large, bords légèrement relevés par le plateau ondulé qui s'étend de chaque côté. 1. Fétigny, 2. Route de Payerne, 3. Granges, 4. vallée de la Lemba, 5. Enclave de Surpierre, 6. Lucens, 7. Ligne de la Broye (Palézieux-Morat-Lyss), 8. Route de Trey-Châtonnaye-Romont, 9. Marnand, 10. Route en lacets conduisant à Villarzel, 11. Villars-Bramard.

Repost 0
Published by G.Tell - dans La modernité
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 19:47

-36--Estavayer-Le-Lac.jpg

Photo 36. ESTAVAYER-LE-LAC, le lac de Neuchâtel et le district de la Broye, vue de l'Ouest à l'Est, 1. Château, siège de la préfecture, 2. Institut du Sacré-Coeur, 3. Ligne Fribourg-Estavayer-Yverdon, 4. Route de Lully-Murist (tour de la Molière), 5. Route de Montet-Ménières, 6. Route de Grandcour (Vaud), 7. Montbrelloz, 8. Sévaz, 9. Bussy, dissimulé sur le revers du coteau (chaîne de petites collines se prolongeant jusqu'au Vully), 10. Payerne, 11. Corcelles (Vaud).

Repost 0
Published by G.Tell - dans La modernité
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 18:29

-35--Rue--Sud-Est-.jpg

Photo. 35. RUE (Sud-Est), 1. Route D'Ursy, 2. Promasens, 3. Oron-la-Ville, 4. Palézieux, 5. Chapelle, 6. Oron-Gare, 7. Blessens, 8. Ligne Fribourg-Lausanne, 9. Vallée de la Mionna, 10. Remaufens, 11. Mt-Vuarat, 12. Châtel-St-Denis.

Repost 0
Published by G.Tell - dans La modernité
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 17:18

-34--Rue.jpg

Photo 34. Sur la rive droite de la Broye glânoise, RUE (Nord-Est), Vieille cité, 1. Vauderens X entrée du tunnel de la ligne Lausanne-Fribourg, 2. Vuisternens-devant-Romont, 3. La Joux, 4. Derrière le repli de terrain, Prez-vers-Siviriez, 5. Siviriez, 6. Ursy, 7. Esmonts, 8. Le Saulgy, 9. Romont.

Repost 0
Published by G.Tell - dans La modernité
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 17:22

-33--Romont.jpg

Photo 33. ROMONT, chef-lieu de la Glâne, Versant Ouest du Gibloux, coupé de forêts et de champs, descendant en pente douce vers la Broye, 1. Villars-Bramard, environ 2 km au Sud-Est de la Broye, X Route de Lucens, 2. Dompierre, 3. Prévonloup (côté vaudois), 4. Billens, derrière le mamelon boisé, 5. Romont, tour à Boyer, à droite, 6. Mézières, 7. Berlens, Au fond: 8. La ligne du Gibloux, 9. Hochmatt, 10. Dent de Broc, 11. Brenleire, 12. Folliéran

Repost 0
Published by G.Tell - dans La modernité
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 17:05

-32--Versant-Ouest-du-Gibloux.jpg

Photo 32. Versant Ouest du Gibloux, 1. Billens, 2. Romont, 3. Berlens, 4. Le Châtelard, 5. Route de Bulle.

Repost 0
Published by G.Tell - dans La modernité
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 12:47

Mon avis.

 


A l’origine il s’agissait de la conservation de la farine de moutarde, selon « Patrimoine Culinaire Suisse », site qui explique bien des choses sur l’origine de nos mets préférés ou détestés.

Oublions la moutarde de Bénichon et parlons de la moutarde telle qu’elle est utilisée et aimée dans son usage habituel.

La moutarde accompagne la viande plutôt rouge, une entrecôte saignante où l’on ajoutera une portion de moutarde à chaque bouchée dans le but d’élever le goût, de rehausser la saveur et arrondir la bouchée. Dès les débuts de l’usage de la moutarde, il était question de cacher un goût fade d’un aliment en augmentant la saveur ou même en la couvrant totalement pour faire « passer ». Reste que l’usage de moutarde accompagnant une pièce de bœuf existe toujours. La moutarde va être douce, mi-forte, forte, extra-forte, à l’ancienne et peut-être mille déclinaisons possible pour vendre un produit qui est tout de même qu’un condiment.

Donc nous avons le choix d’une moutarde de divers force, de douce à extra-forte, avec ou sans herbes aromatiques, fine ou à grains.

En Suisse, sous influence de la grande Allemagne et de l’industrialisation rapide de ce produit si souvent utilisé, nous avons pendant longtemps ingurgité la moutarde d’une certaine marque ; mi-forte, forte et extra forte. On la trouvait accompagnant nos saucisses et cervelas lors de pique-niques et fêtes populaires en plein air. Fort de cette habitude, nous ignorions facilement les moutardes françaises qui méritaient pourtant qu’elle fût connue. Seul les gastronomes avec l’usage des divers moutardes dans leurs salades, les viandes grillées et en sauces avec à chaque fois une sensibilité gustative différente. Cette diversité était « Française », alors que notre moutarde sur notre cervelas était sous influence allemande.

Les industriels font donc un produit qui sera vendu au plus grand nombre dans une façon standard avec régularité, donc moyen pour le plus grand nombre de consommateurs.

Voilà pourquoi aujourd’hui la moutarde de Bénichon est façonnée selon le goût moyen et semble sans effet sur le nerf trijumeau.

 

La moutarde de Bénichon achetée hier est dans cet ordre des choses, moyenne pour ne pas dire plus. Elle conviendra donc à la moyenne suisse et l’Appenzellois pourra y trouver une « confiture » particulière pour accompagner la tresse du dimanche.

 

Pour moi elle manque de piquant. Il faut étaler sur sa tranche de cuchaule beurrée une couche épaisse pour avoir un peu de goût en bouche. Jamais à aucun moment le nerf trijumeau n’est sollicité. Malheureusement c’est bien cela que je recherche (souvenir d’enfance) que la moutarde de Bénichou titille la langue et le palais et comme à Dijon, qu’elle monte au nez.

 

J’ai donc 400 g de moutarde à consommer.

 

GTell

 

PS : N’oublions pas qu’à l’origine, la moutarde de Bénichon et la cuchaule étaient consommé en attendant que les invités du repas de la Bénichon soient tous là pour commencer la fête.

 

Repost 0
Published by G.Tell - dans Carnet gourmand
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 16:49

Le géant orange (pour ne pas faire de publicité) a en vente dans ses rayons depuis quelques jours, de la Moutarde de Bénichon !

C’est bien la première fois que je vois cet article chez eux. Par pot de 400 g et l’étiquette « Swiss Quality », produite par Fromagerie Moléson SA à Orsonnens.

 

Je me suis empressé d’acheter cette moutarde et de la tester dès demain matin au petit-déjeuner. Je vous dirai ce qu’elle vaut en goût, moi qui cherchais de la moutarde de Bénichon piquante, je doute qu’elle soit à mon goût. Mais le standard aujourd’hui veut que l’on fasse un goût moyen qui sera apprécié de tous. Alors je donnerai mon verdict dès demain soir ici même.

 

Ha ! J’ai aussi acheté une cuchaule du même magasin, bien que je connaisse déjà ce que vaut ce produit (rien de bon) pour l’avoir testé il y a bien longtemps et déclaré qu’un produit industriel ne peut rivaliser avec un produit artisanal ou familiale. Mais je n’ai pas le choix, à Sion, là où j’habite, ce produit est exotique.

 

À demain pour le compte rendu et verdict.

 

GTell

Repost 0
Published by G.Tell - dans Carnet gourmand
commenter cet article