Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 18:58

Comment faisaient les banques pour « faire » 60 à 70$ avec 1$ déposé chez eux ? L’échafaudage était branlant, on en voit aujourd’hui l’effondrement. J

 

J’aimerai bien connaître la marche à suivre et moi aussi gagner 60$ en investissant 1$

 

Cela voudrait-il dire qu’au dessus d’un possible doublé de sa mise de fond en 1 an, ce qui est déjà énorme, tout serai argent virtuel et expliquerait la chute des bourses ?

 

Bon si vous avez du cash, profitez d’acheter des EUROS (réservé au suisses) ;-)

 

Si vous êtes banquier et ayez du cash devenez enfin riche ou très riche, certaines actions ne valent plus grand-chose.

 

Si vous êtes SDF et sans job vous êtes gagnant… pas d’augmentation de loyer, ni du pain, ni de l’huile, ni du mazout, ni de l’électricité, ni de votre assurance maladie, ni du chauffage, ni de l’essence, ni des biscuits, ni de la bière, ni du café, ni des crédits, ni des voitures et enfin vous n’aurez pas d’augmentation de salaire. Ouf ! Vous voilà rassuré.

 

Parlons de vos bonus, ou gratification qui est donné en fin d’année. Si depuis dix ans que vous bossez et trimez dans la boîte, la « gratte » a toujours mit du beurre dans les épinards et en plus le 13ème faisait que vous passiez de bonnes fins d’années. Si en cette fin de l’an noir pour l’économie, votre patron vous dit, « Cette année, pas de gratification, je n’ai plus les moyens ! » Ben sachez qu’il n’a pas le droit de faire ainsi. Si la première gratification était à bien plaire, la suivante, les suivantes, sans que votre patron ne vous ait à chaque fois dit « à bien plaire », elle vous est due. En droit Suisse, l’habitude devient un droit. Même si la gratification n'était que de 150 francs il vous l'a doit.

gtell

Repost 0
Published by G.Tell - dans Actualité
commenter cet article
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 12:13

Anecdotes tirées du « Conservateur Suisse » 1815

 

Sur quelques-uns de nos lacs on avait, il n’y a pas longtemps des barques armées ; et l’on donnait le nom d’amiral au chef de cette escadrille. Un ancien militaire décoré de ce titre était l’objet perpétuel des railleries de ses camarades, qui ne cessaient de lui parler de sa flotte, de son pavillon, et qui le priaient de décider si l’on doit dire des combats navals ou des combats navaux. Un jour une barque chargée de sel fit naufrage sur ce même lac, et les mauvais plaisants de lui demander pourquoi il avait laissé arriver cet accident. C’est, leur dit-il gravement, pour que vous ne m’appeliez plus un amiral d’eau douce.


Une galère du Léman

 

Pour un peu de sérieux, suivez le lien ci-dessous, très instructif.

 

http://images.google.ch/imgres?imgurl=http://oliviergonet.com/Lemancopie/galeres2_fichiers/Galere1.jpg&imgrefurl=http://oliviergonet.com/Lemancopie/galeres2.htm&h=425&w=324&sz=65&hl=fr&start=17&usg=__lOiF1aA4XEKLeXLAClkXnE9n2GE=&tbnid=U-c6gv8FGGePBM:&tbnh=126&tbnw=96&prev=/images%3Fq%3Dgal%25C3%25A8re%26gbv%3D2%26hl%3Dfr

gtell
Repost 0
Published by G.Tell - dans humour
commenter cet article
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 13:33

Amusez-vous à boursicoter !



Voilà que la BCV nous conseille de jouer à la bourse, de placer « fictivement » son argent dans des actions et autres truc que l’on sait aujourd’hui pourris. Cet entrefilet est paru avant le crash boursier que l’on connaît, ce qui démontre encore une fois que nos banquiers n’ont rien vu venir, comme toujours, et  que c’est au peuple d’en faire les frais.

Pour ceux qui n’auraient pas « joué » à faire semblant avec la BCV et qu’ils auraient placé leur argent dans la bourse, le résultat est le même, ils ont tout perdu ou du moins une grosse partie de leur investissement,  ils ont aujourd’hui le regard noir envers les banquiers.  

gtell

Repost 0
Published by G.Tell - dans humour
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 20:24
Alors où peut-on trouver du stock?

gtell
Repost 0
Published by G.Tell - dans humour
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 12:33

Un « seigneur » à l’Arena


Arena Genève lundi à 18 h 30

 
les Genevois et ceux qui peuvent y aller ont de la chance, demain, que du bonheur avec lui, par exemple avec cette chanson...Everybody Know

la traduction de Everybody Know, Tout le monde sait

Tout le monde le sait


Tout le monde sait que les dès sont pipés
Tout le monde roule avec ses doigts croisés
Tout le monde sait que la guerre est finie
Que tous les bons ont capitulé
Tout le monde sait qu'il n'y a pas d'justice
Les pauvres restent pauvres

Et les riches s'enrichissent
Les jeux sont faits
Et tout le monde le sait

Tout le monde sait que le bateau coule
Tout le monde sait le capitaine a menti
Tout le monde emporté par la houle
De désespoir sombre dans l'oubli
Tout le monde parle à son porte-monnaie
Et veut des gâteaux avec leur thé
Et un beau bouquet
Et tout le monde le sait

Tout le monde sait que tu m'aimes
Tout le monde sait que c'est très sérieux
Tout le monde sait que tu es fidèle
Mis à part une nuit ou deux
Tout le monde sait que tu es discrète
Mais il te faut des tête à têtes
Sur ton oreiller
Et tout le monde le sait

Tout le monde le sait
Tout le monde le sait
Les jeux sont faits
Et tout le monde le sait (bis)

Tout le monde ramasse ses pommes
Tout le monde s'accroche à son bout de champ
Tout le monde sait que les Droits de l'Homme
Passent bien après les droits d'l'argent
Tout le monde sait que des hommes meurent encore
Pour extraire des diamants et de l'or
Pour tes bagues et bracelets,
Et tout le monde le sait

Tout le monde sait que la peste gagne
Ca vient très vite, tout le monde le sait
Tout le monde sait que l'homme nu et la femme
Ne sont plus qu'une oeuvre d'art du passé
Tout le monde sait, la pièce est finie
Il va avoir un compteur sur ton lit
Pour révéler
Ce que tout le monde sait

Tout le monde sait que tu as fait la guerre
Tout le monde sait que tu as pris des coups
Et depuis la croix du Calvaire
Jusqu'à la plage de Malibu
Tout le monde sait que tout se meurt
Regarde enfin ce Sacré Coeur
Qui se défait
Et tout le monde le sait



 

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 11:58

 

L’Hornuss, voilà un sport physique et méconnu.

Typiquement Bernois, l’hornuss pourrait être l’ancêtre du baseball américain ou du cricket anglais.

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 12:39

Ruée sur les coffres et les gestionnaires

 

A Paris, en raison de la perte de confiance dans les banques, les ventes de coffres-forts ont bondi de 30 à 40% en septembre, selon « Le Figaro magasine ». « En Suisse, les demandes de particuliers ont clairement augmenté », explique René Marti, responsable de la vente de coffres-forts Kaba. De son côté, l’Association suisse des gérants de fortune constate une hausse importante de la demande de conseil indépendant, surtout de la part de la clientèle des grandes banques. D’autre part, on apprend des ventes record de matelas, on nous précise que des gérants de fortunes-banquiers de la région du nord-est ont propulsé les ventes à des sommets jamais vu, « Un banquier de … a acheté à lui seul 7 matelas ! » nous dit un jeune vendeur mal payé de cette charmante ville.

 

20 minutes

 
gtell

Repost 0
Published by G.Tell - dans humour
commenter cet article
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 16:48

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle…

Repost 0
Published by G.Tell - dans Actualité
commenter cet article
21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 19:33

A force d’écrire sur l’Histoire Suisse et sur les suisses et suissesses, force est de constater que cela n’intéresse que trop peu de personnes. « Diversifiez-vous ! » me dit-on. Oui, pourquoi pas et comme cela a déjà été fait avec mes « Actufou ou Foutuactu » où je détournais quelques articles de la presse gratuite, je devais aussi constater un ou deux commentaires sur ceux-ci, ce qui montre que l’absurde et la drôlerie intéressent plus que d’obscures histoires du passé.

Je vais collecter quelques « gratuits » et fouiller images et articles afin de vous amuser.

Surtout qu’actuellement, avec la crise, il y a de quoi nous faire rire et pleurer… et avec le temps, ces événements-là, entreront dans l’Histoire, même Paris Hilton hélas.

 

GTell

 

   

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 13:21

Le traité de Lunéville cédait à la République française le Frickthal et tout ce qui avait appartenu à l’Autriche, sur la rive gauche du Rhin, entre Zurzach et Bâle, la République française se réservant de céder ce pays à la République helvétique.

 

Le consulat et l’empire ou histoire de Napoléon Bonaparte, de 1799 à 1815, par A. C. Thibaudeau – 1834

 

http://kultur.medusis.com/napoco/docs/1802_04_0029.html

 

La lettre de Napoléon Bonaparte aux Etats du Fricktal

Paris le onze fructidor an dix


Monsieur le Président des États du Frickthal,

J’ai reçu votre lettre en date du neuf août. J’ai vu avec une vive satisfaction que les peuples du Frickthal sont contents de leur sort et qu’ils seront heureux dans leur nouvelle position. Faites leur connaître qu’ils ne me seront jamais indifférents et que la France, en intervenant pour changer leur situation, a, par là, contracté l'obligation de prendre intérêt à ce qui peut les regarder.


Bonaparte

Notice sur le Frickthal.

 

Tous les habitants du Frickthal sont de la communion catholique, et relèvent pour le spirituel du diocèse de Bâle : les vingt-quatre paroisses, y comprise celle de Luggeren dans le comté de Baden, forment un chapitre rural, qui a son doyen, son Camérier, quelques jurés, et un secrétaire. Il y à Rhinfelden un chapitre collégial, composé d’un Prévôt, de six Chanoines et de quatre Chapelains. On y trouve encore une commanderie de l’ordre de Malte. Après l’inondation de 1745, on découvrit dans cette même ville, près de la porte d’en haut, les ruines d’une chapelle, dont les armoiries assez bien conservées prouvent qu’il y avait là très anciennement une maison de l’ordre des Templiers. A Olsberg est un Chapitre de chanoinesses nobles, fondé vers l’an 1170, selon les uns, par un seigneur du pays nommé Cadalor, et selon d’autres par les comtes de Rheinfelden, de Forbourg et de Thierstein, pour y placer leurs filles. Ses armes sont un Christ sur la montagne des Oliviers, et sont conformes à l’étymologie même du mot Olsberg. Le chapitre est composé d’une abbesse, de six chanoinesses et de quelques expectantes : l’abbesse seule fait vœu de célibat ; les autres peuvent sortir et se marier. L’abbaye est dans une superbe situation ; elle fut pillée en 1513 par les paysans des environs, et elle a perdu dès lors une partie de ses revenus. Rheinfelden et Lauffenbourg ont chacun un couvent de Capucins, qui depuis Joseph II ne doivent point recevoir de novices : le premier, fondé en 1655, n’a que dix pères, et possède une bibliothèque très chétive, depuis qu’un commissaire Impérial en a fait transporter à Vienne les meilleurs ouvrages. Le second, fondé en 1657, est réduit à 7 religieux. Les ecclésiastiques du Fricktal sont la plupart séculiers ; ils font leurs études à Fribourg ou à Dillingen ; leurs revenus consistent principalement en dîmes, et suffisent assez médiocrement à leur entretien : la régularité de leurs mœurs les rend fort respectables.

L’éducation publique est encore fort arriérée. Marie-Thérèse avait établit, en 1770, quelques écoles primaires, dont on a ressenti l’influence, puisqu’il en est sorti des enfants moins ignorants que leurs pères… c’est-à-dire, qui savent lire, écrire et chiffrer ; elles étaient sous l’inspection d’un commissaire d’éducation siégeant à Rheinfelden, qui examinait les prétendants aux places d’instituteurs, et qui devait faire annuellement la visite de toutes les écoles du pays : les revenus des maîtres sont des plus modiques, et se payent en partie par les biens d’Eglise et en partie par les Communes.

Le caractère des habitants du Frickthal ressemble beaucoup à celui des Suisses leurs voisins : ils sont en général religieux, actifs, laborieux, patients, fidèles et braves ; mais ils sont moins gais que les paysans des contrées limitrophes, sans doute à cause de la longue suite de malheurs, dont les diverses guerres et surtout la dernière les ont accablés. On leur rend la justice d’avoir été de tout temps fort attachés à leur souverain. Ils ont quelque aptitude pour les arts et les sciences, qu’une meilleure éducation pourra développer. On trouve à Lauffenbourg un habile mécanicien, nommé Baltisweiler, et un littérateur avantageusement connu, dans la personne du maître de forêts Zaeringer. Les habitants du Frickthal sont bons soldats, et leurs milices se sont distinguées en plusieurs occasions : ils ont une façon de vivre fort simple, et se nourrissent en grande partie de pommes de terre et de fruits secs : leurs maisons, plus élégantes au dehors que commodes en dedans, pourraient être plus propres. Sous le régime Autrichien, les impôts étaient peu onéreux, puisque le village le plus taillé du pays, composé d’environ 100 familles, ne payait annuellement que 200 florins d’Empire, outre les dîmes ecclésiastiques.

Le Frickthal a toujours soutenu de grands rapports avec le Corps Helvétique, soit par sa situation qui l’enclave dans la Suisse, soit par le droit que le traité de 1474 donnait aux cantons de mettre garnison dans 4 villes forestières de Rheinfelden, Seckingen, Lauffenbourg et Valdshutt, lorsqu’il y avait guerre sur le Rhin : droit dont ils ont profité souvent, et qui, en couvrant la frontière Suisse, assurait la neutralité du Frickthal : en 1689, il fut question à Vienne de le vendre aux cantons ; mais des considérations politiques empêchèrent ce marché : maintenant il est réuni au canton d’Argovie ; c’est sans doute un arrondissement précieux, plutôt par sa localité géographique et le caractère de ses bons et loyaux habitants, que par l’étendue ou la richesse de ce pays, puisqu’il est très petit et pour longtemps ruiné par la dernière guerre.

Dans la commune de Kaiser-Augst, on trouve beaucoup d’antiquités parmi les débris des temples et de l’amphithéâtre de l’ancienne Auguste des Rauraques, qui s’étendait sur les deux bords de l’Ergolts : on y a déterré des médailles, des lacrymatoires, des camés, de petites statues, etc. Quelques vieux châteaux couvrent de leurs masures la pente ou le sommet de collines escarpées ; tels que celui de Alt Hombourg près de Wegenstetten, manoir primitif de la puissante maison des comtes de ce nom, dont les deux branches sont si connues dans les vieilles chroniques de la Suisse ; celui de Alt-Thierstein entre Weittnau et Oberkirch, d’où est sortie cette famille fameuse de Thierstein, dont les vastes domaines ont ensuite augmenté les cantons de Bâle et de Soleure, etc.

L’histoire du Frickthal dans le moyen âge n’est point sans intérêt ; nous pourrons y revenir dans la suite, et nous finissons cette notice par un trait presque ignoré, tiré du chapitre V de la Chronique de l’Abbaye de St. Gall, par Eckerard le jeune. Il apprend à connaître un habitant du Frickthal, qui fut le libérateur et le sauveur de cette contrée vers l’an 990, époque où les féroces Hongrois désolaient tous les pays d’alentour : il y avait alors (dit le Religieux, dont nous traduisons le mauvais latin) dans le pays de Erisgau, un homme nommé Hirminger, moins recommandable par sa puissance que par sa fermeté et par son courage : comme Mathias, il était père de six fils, aussi vaillants que les Macchabées. Ce brave homme s’arma contre la partie de l’armée Hongroise qui avait passé le fleuve pour se jeter sur nos terres :  comme les Barbares se disposaient à construire un pont sur le Rhin pour s’emparer de Seckingen, et qu’ils se reposaient sur leurs compagnons restés de l’autre côté du fleuve, sans se tenir sur leurs gardes, Hirminger avec ses fils et quelques troupes rassemblées à la hâte, attaque sur trois points, au milieu de la nuit, les Hongrois plongés dans le sommeil et dans la débauche : à l’exception de ceux qui purent se sauver à la nage, il les tue et les noie presque tous : les paysans ayant, par son ordre, mis des brandons allumés dans des pots sur les collines voisines, les élevèrent au premier signal, et aidèrent par leur lumière à distinguer les ennemis des troupes amies. Les Hongrois de l’autre côté du fleuve, spectateurs de la défaite des leurs, accourent sur le rivage, poussent des cris affreux, et lancent des traits inutiles. Hirminger avec les siens ayant rassemblé les dépouilles des vaincus, les porte en triomphe dans l’église de Seckingen : il distribue ses troupes dans les forts des environs ; et comme il savait qu’il n’y avait sur le Rhin d’autres bateaux que ceux employés à la défense de cette ville, il conseille aux habitants de les joindre ensemble, pour y placer leurs soldats, et pour attaquer de nouveau, sous sa conduite, un ennemi dont il connaissait la manière de combattre, etc.

1802

P.B.

 

Helvétienne 1815

Gtell



Repost 0