Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 20:56


OÙ EST PASSÉ MON ARTICLE?

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 23:00

 

 

 

 

 

« Le Temps, c’est de l’argent » titre très évocateur pour un petit fascicule destiné à l’enseignement aux masses, de l’usage du Système métrique introduit le 1er janvier 1877.

En cette année 1877, on pouvait aussi se procurer ;

 

 

 

I.

 

 

 Capital de Francs 1000

 

 

Pour chaque jour de l’année

A 3 ½, 4, 4 ½, 4 ¾, 5 et 6 pour cent.

Pour calculer les intérêts pro rat

Avec

Une table pour calculer les termes.

 

 

 

 

 

II.

 

 

BARÊME COMMERCIAL ou TABLEAUX DU CALCUL des INTÉRÊTS depuis

 

1 franc jusqu’à 1 Million de francs

 

 

Au taux de 3 ½, 3 9/4, 4, 4 ¼, 4 ½, 4 ¾, 5 et 6 %

Avec deux tableaux pour le calcul du nombre des jours.

 

Prix Fr. 1.60

 

 

 

Je vous propose de lire l’avant-propos, qui est en vérité le seul texte ; en effet, aux pages suivantes, ce n’est que tableaux de chiffres de conversions d’une mesure à une autre. J’extrairai quelques exemples de chaque ancienne mesure en nouvelles afin de comprendre la situation que devait vivre le suisse moyen à la fin du XIXe siècle quand il devait peser, mesurer ou payer un certain prix pour un certain poids.

 

 

 

AVANT-PROPOS.

Depuis bien des années je publie de petits ouvrages de réductions, tels que tables d’intérêts, l’habile compteur, etc. Ces ouvrages m’ont fait vieillir, hélas sans m’enrichir. Cependant l’accueil fait à mes précédentes tabelles, m’engage à employer le peu d’heures de loisir que m’accordent mes occupations de bureau, pour composer les importantes tabelles qui suivent.

   Je ne pouvais rester en arrière en présence de l’important changement des poids et mesures suisses en poids et mesures métriques. Ma première édition de Décembre passé ne comprenait que les réductions des mesures de longueur, de pesanteur, de liquide, de matières sèches, et était destinée principalement aux marchands.

   Considérant la nécessité de donner plus d’extension à cet ouvrage, je me mis courageusement en campagne, et je puis maintenant offrir à mes lecteurs une collection de tabelles indispensables à ceux qui savent que : Le temps, c’est de l’argent.

 

 

Réduction des Braches (½ Aune) en Mètres. Et vice-versa.

 

 

10 braches = 6 mètres

 

 

10 Pots = 1 Boisseau (quarteron) = 15 Litres

 

 

Prix par Pied 1 centime = 3 centimes par mètre

 

 

50 centimes par pot = 33 centimes par litre

55 centimes par boisseau = 4 centimes par litre

300 centimes par boisseau = 20 centimes par litre

500 centimes par sac = 333 centimes par hectolitre

2950 centimes par sac = 1967 centimes par hectolitre

Prix par ½ once, 1 centime = 1 centime par décagramme

 

 

 

 

 http://perso.orange.fr/pierre.gay/PagesFra/SysMetFR

http://histoire.du.metre.free.fr/fr/index.htm

 

 

Prix par ½ once, 50 centimes = 33 centimes par décagramme

 

 

Prix par Pied 10 centimes = 33 centimes par mètre

 

 

Prix par Pied 15 centimes = 50 centimes par mètre

 

 

Prix par Pied 127 centimes = 423 centimes par mètre

 

 

Prix par Pied 180 centimes = 600 centimes par mètre

 

 

Prix par Pied 250 centimes = 833 centimes par mètre

 

 

Tableau de réductions des prix les plus usités relatifs aux surfaces (Pied carré).

 

 

Prix par pied carré 1 centime = 11 centimes par mètre carré

 

 

Prix par pied carré 37 centimes = 411 centimes par mètre carré

 

 

Prix par pied carré 250 centimes = 2778 centimes par mètre carré

 

 

Tableau de réductions des prix les plus usirés relatifs aux surfaces (Arpents)

 

 

Prix par arpent 100 francs = prix par hectare 277 francs et 78 centimes = prix par are 2 francs et 78 centimes

 

 

Prix par arpent 2000 francs = prix par hectare 5555 francs et 55 centimes = prix par are 55 francs et 55 centimes

 

 

Prix par arpent 5000 francs = prix par hectare 13888 francs et 88 centimes = prix par are 138 francs et 89 centimes

 

 

Prix par arpent 10000 francs = prix par hectare 27777 et 77 centimes = prix par are 277 francs 78 centimes

 

 

Tableau de réductions des prix les plus usités relatifs aux solides (pied)

 

 

Prix par pied cube 1 centime = prix par mètre cube 37 centimes

 

 

Prix par pied cube 100 centimes = prix par mètre cube 3703 centimes

 

 

Prix par pied cube 250 centimes = prix par mètre cube 9259 centimes

 

 

Tableau de réductions des prix les plus usités relatifs à la Toise

 

 

Pour toise de 216 pieds cubes, prix 1 franc = 17 centimes pour 1 mètre cube = 1 stère

 

 

Pour toise de 216 pieds cubes, prix 69 francs = 11 francs et 83 centimes pour 1 mètre cube = 1 stère

 

 

Prix de 1 stère = 10 francs = prix de la toise aux bûches de 2 ½ pieds, 24 francs 30 centimes

 

 

Tableau de réductions des prix les plus usités relatifs au mesures de grains et mesures de pesanteur.

 

 

1 centime par pot = 1 centime par litre

10 Boisseaux = 1 >Sac = 150 Litres = 11/2 Hectolitre.

 

 

1 Litre = 2/3 Pot (Immi)

 

 

15 Litres = 1 Boisseau (quarteron)

 

 

100 Litres = 1 Hectolitre = 2/3 Sac

 

 

5 pots (Immi) = 7 ½ litres

 

 

5 boisseaux = 75 litres

 

 

5 sacs = 7 ½ hectolitres

 

 

31 sacs = 46 ½ hectolitres

 

 

13 litres = 8 2/3 pots

 

 

30 litres = 2 boisseaux

 

 

6 hectolitres = 4 sacs

 

 

15 hectolitres = 10 sacs

 

 

250 hectolitres = 166 2/3 sacs

 

 

Réduction des poids anciens en grammes et vice-versa

 

 

1 Loth = ½ Once

 

 

½ Once = 15 5/8 Grammes

 

 

2 Onces = 1/8 Livre = 62 ½ Grammes

 

 

4 Onces = ¼ Livre = 125 Grammes

 

 

8 Onces = ½ Livre = 250 Grammes

 

 

16 Onces = 1 Livre = 500 Grammes

 

 

1 Livre = ½ Kilogramme

 

 

1 gr. = 0,032 Once

 

 

10 gr. = 1 Décagramme = 8/25 Once

 

 

100 gr. = 1 Hectogramme = 1/5 Livre

 

 

1000 gr. = 1 Kilogramme = 2 Livres

 

 

9 onces = 281 ¼ grammes

 

 

14 onces = 437 ½ grammes

 

 

5 livres = 2 ½ kilogrammes

 

 

40 livres = 20 kilogrammes

 

 

35 grammes = 1,120 onces

 

 

250 grammes = 8,000 onces

 

 

28 kilogrammes = 56 livres

 

 

Réduction des Pots en Litres et vice-versa

 

 

1 Pot = 1 ½ Litre

 

 

3 Litres = 2 Pots

 

 

14 pots = 21 litres

 

 

74 pots = 111 litres

 

 

6000 pots = 9000 litres

 

 

1 décilitre = 1/15 pot

 

 

½ litre = 1/3 pot

 

 

19 litres = 12 2/3 pots

 

 

950 litres = 633 1/3 pots

 

 

Tableau de réductions des prix les plus usités relatifs aux mesures de longueur (Brache)

 

 

Prix par Brache 10 centimes = 17 centimes par mètre

 

 

Prix par Brache 100 centimes = 167 centimes par mètre

 

 

Prix par Brache 120 centimes = 200 centimes par mètre

 

 

Prix par Brache 1250 centimes = 2083 centimes par mètre

 

 

Prix par Brache 2000 centimes = 3333 centimes par mètre

 

 

Tableau de réductions des prix les plus usités relatifs aux mesures de longueur (Pieds)

31 mètres = 51 2/3 braches

 

 

150 braches = 90 mètres

 

 

1000 mètres = 1666 2/3 braches

 

 

J’ai cherché dans d’anciens dictionnaires français et cherché sur Internet le mot BRACHE, qui semble être le nom d’une ½ Aune. Rappel, 1 aune = 1,14300 mètres.

 

 

Réduction des Pieds en Mètres et vice-versa.

 

 

1 Pied = 30 centimètres = 3/10 du mètre. ● 1 Mètre = 100 centimètres = 1000 Millimètres = 3 1/3 Pieds.

 

 

Pieds Pouces Lignes

 

 

1 pouce = 3 centimètres

 

 

9 pouces = 27 centimètres

 

 

3 pieds = 90 centimètres

 

 

6 pieds = 1 mètre 80 centimètres

 

 

56 pieds = 16 mètres 80 centimètres

 

 

2500 pieds = 750 mètres

 

 

1 centimètre = 3 lignes

 

 

80 centimètres = 2 pieds 6 pouces 7 lignes

 

 

1 mètre = 3 pieds 3 pouces 3 lignes

 

 

19 mètres = 63 pieds  3 pouces 3 lignes

 

 

2000 mètres = 6666 pieds 6 pouces 7 lignes

 

 

Réduction des Lieues en Kilomètres et vice-versa.

 

 

1 kilomètre = 1000 mètres = 3333 1/3 Pieds

 

 

1 lieue = 16 000 Pieds = 4800 mètres = 4 4/5 kilomètres

 

 

1 kilomètre = 12 ½ minutes

 

 

5 kilomètres = 1 lieue 2 ½ minutes

 

 

¼ lieue = 1 km 1/5

 

 

1 lieue = 4 km 4/5

 

 

5 lieues = 24 km

 

 

76 lieues = 364 km 4/5

 

 

10 000 lieues = 48 000 km

 

 

13 km = 2 lieues 42 minutes ½

 

 

40 km = 8 lieues 20 minutes

 

 

3000 km = 625 lieues

 

 

7000 km = 1458 lieues 20 minutes

 

 

Réduction des pieds-carrés en mètres-carrés et vice-versa.

 

 

1 pouce carré = 9 centimètres carrés

 

 

1 pieds carré = 9/100 mètre carré

 

 

1 centimètre carré = 11 1/9 lignes carrés

 

 

90 centimètres carrés = 10 pouces carrés

 

 

1 mètre carré = 11 1/9 pieds carrés

 

 

8 pieds carrés = 72 décimètres carrés

 

 

23 pieds carrés = 2 mètres carrés 07 décimètres carrés

 

 

2000 pieds = 180 mètres carrés

 

 

30 mètres carrés = 333 1/3 pieds carrés

 

 

2500 mètres carrés = 27777 7/9 pieds carrés

 

 

Réduction des Arpents en Hectares et Ares et vice-versa

 

 

1 Arpent =  40 000 pieds carrés = 36 Ares

 

 

1 Are = 100 mètres carrés = 1111 1/9 pieds carrés

 

 

100 Ares = 1 Hectare = 10 000 mètres carrés = 111,111 1/9 pieds carrés = 2 7/9 Arpents

 

 

1 Are = 100 mètres carrés = 1111 1/9 Pieds carrés = 1/36 d’Arpents

 

 

1 Hectare = 100 Are = 10 000 mètres carrés = 111,111 1/9 Pieds carrés = 2 7/9 Arpents

 

 

1 Arpent = 36 Ares

 

 

3 Arpents = 1 Hectare 8 Ares

 

 

99 Arpents = 35 Hectares 64 Ares

 

 

9 Ares = 10 000 pieds carrés

 

 

14 Hectares = 38 8/9 Arpents

 

 

100 Hectares = 277 7/9 Arpents

 

 

Réduction des pieds cubes en mètres cubes et vic-versa

 

 

1 Ligne cube = 27 Millimètres cubes

 

 

1 Pouce cube = 27 Centimètres cubes

 

 

1 Pied cube = 27 Décimètres cubes = 1/27 de Mètre cube

 

 

1 Mètre cube = 37,037 Pieds cubes

 

 

1 Décimètre cube = 1/27 de pied cube = 37 1/27 Pouces cubes

 

 

1 centimètre cube = 1/27 Pouce cube = 37 1/27 Lignes cubes

 

 

13 pieds cubes = 351 décimètres cubes

 

 

38 pieds cubes = 1 mètre cube 026 décimètres cubes

 

 

35 mètres cubes = 1296 pieds cubes 296 pouces cubes

 

 

700 mètres cubes = 27777 pieds cubes 777 pouces cubes

 

 

Réduction de la Toise cube en Mètres cubes (Stères)

 

 

1 Toise cube = 6 pieds X 6 pieds X 6 pieds = 216 Pieds cubes = 5, 832 Stères

 

 

1 Stère = 0,1715 Toise cube ou 7 Stères = 1 1/5 Toise cube

 

 

1 toise cube = 5 stères 832 décimètres cubes

 

 

18 toises cubes = 104 stères 976 décimètres cubes

 

 

Une Toise de 2 mètres de long, deux mètres de large, et deux mètres de haut, contiendrait 296 8/27 pieds cubes =  8 stères

 

 

Réduction des Moules en Stères et vice-versa

 

 

1 Moule dont les bûches ont 3 pieds = 108 pieds cubes = 2,916 Stères

 

 

1 Stère = 0,3429 Moule dont les bûches ont 3 pieds

 

 

5 moules = 14 stères 580 décimètres cubes

 

 

34 moules = 99 stères 144 décimètres cubes

 

 

20 stères = 6 moules 8580 1/10000

 

 

500 stères = 171 moules 45 1/100

 

 

Réduction des mesures de grains en litres et vice-versa

 

 

1 Pot (Immi) = 1 ½ Litre

1 Brache = 60 centimètres = 3/5 du mètre. ● 1 mètre = 1 2/3 Brache.

 

 

 Prix 90 Cts.

 (CHIFFRE DÉCIMAL)

 Tables d’intérêts

 

 

 Au

 

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 00:00

Voici un récit chapitre par chapitre qui  sera entièrement montré ici.

 

 

 

 

Madame De Staël

 

Au

 

Château de Coppet

 

Pierre Kohler

 

Éditions SPES, Lausanne 1943

 

 

 

 

ef

 

 

 

 

Chapitre premier

 

 

Le château avant la châtelaine

 

 

 

 

  Les origines de Coppet sont relativement récentes. La petite ville n’est pas fondée, comme d’autres de la même région, sur le ciment romain. Son histoire commence avec la construction du château et du bourg fortifié. Ce castellum est mentionné pour la première fois, dans les chartes, en 1300, donc au début de cette période qui forme la transition entre le moyen âge et les siècles modernes. Période où la féodalité, tout en maintenant en apparence l’armature ramifiée de son système, commence à s’affaisser devant la puissance croissante des communautés libres, comme la neige des sommets s’amollit au soleil levant. La seigneurie de Coppet va conserver pendant des siècles, à travers les changements politiques et sociaux, un des caractères du moyen âge féodal où les prêtres et les chevaliers, les dignitaires de tout ordre, se déplaçaient avec tant d’aisance et ne connaissaient guère d’Etat intermédiaire entre le domaine natale et l’univers. Coppet est voué au cosmopolitisme, à l’universalité. Dès le début, ses maîtres lui vinrent du dehors.  

 

   La région est savoyarde. La tradition attribuait la construction du château de Coppet au fameux comte Pierre de Savoie. On prête aux riches. En réalité, c’est sous la suzeraineté de ses descendants immédiats que le fief de Coppet se constitue, fixant sur le rivage du lac le siège de la seigneurie du village voisin de Commugny. Au XIVe siècle, les sires de Coppet sont des Dauphinois, les Allamand. Mais le comte de Savoie, le comte de Gruyère, le sire de Grandson, interviennent dans leurs difficiles successions et se disputent leurs droits sur cette belle terre. Othon de Grandson, le brillant chevalier et le premier poète vaudois, épouse la dernière des Allamand. Celui qui mérita d’être appelé par Chaucer la fleur des poètes de France, n’adressa pas sans doute à cette châtelaine de Coppet ses virelais et ses ballades. Les rites du lyrisme courtois exigeaient qu’il servît une maîtresse idéale, une belle inflexible. On aimerait croire qu’il a cependant rimé pour la « souveraine » qui l’avait fait seigneur de Coppet, ce gracieux souhait de bonne année :

 

 

                           Joye, santé, paix et bonheur,

 

                                   Bon an, bonne nuit et bon jour,

 

                                    Bonne aventure et bonne estrainte,

 

                                    Ma belle dame souveraine,

 

                                    En toute parfaite plaisance,

 

                                    Vous doint (donne) Dieu qui en a puissance

 

                                    Et vous octroit, ma douce dame,

 

                                    Aise de corps et salut d’âme.

 

 

   Victime d’une sombre intrigue, accusé d’avoir trempé dans l’empoisonnement du « comte rouge » Amédée de Savoie, Othon de Grandson, tendre poète mais dur seigneur, peu aimé de ses vassaux vaudois, fut ruiné, poursuivi, innocenté, repris par le soupçon et les haines tenaces, et finalement tué par Gérard d’Estavayer en un duel judiciaire aux péripéties atroces. C’était en 1397.

 

   Après ce tragique héros qui fut un charmant poète, derechef la maison de Gruyère et la maison de Savoie mettent les mains sur Coppet, se partagent, se reprennent la seigneurie, prédestinée à servir d’appât aux grandes familles et de parure aux noms illustres. Le premier duc de Savoie, Amédée VIII, redevient seul maître de la châtellenie ; il inféode ses droits à son maréchal, le marquis de Saluces. Coppet passe bientôt à d’autres nobles savoyards, les Viry, en faveur desquels le duc érige Coppet et les fiefs voisins en baronnie. Lorsque les Suisses, au moment des guerres de Bourgogne, envahirent le Pays de Vaud, Coppet fut une des places qu’ils occupèrent quelque temps.

 

   Le Téméraire est battu. L’heure approche où la Savoie , cédant à la force des bourgeois de Berne, va se détourner de la terre fertile et modérée qui mûrit ses vins et ses blés au soleil du Léman et diriger son appétit de régner vers des rivages plus ardents.

 

   En 1536, Coppet se rend au général bernois conquérant. Malgré son opposition à la Réforme , M. de Viry conserve la baronnie de Coppet. Au milieu du XVIe siècle, il la vend au seigneur de Rolle. Écrasé de dettes, celui-ci remet Coppet à son protecteur le comte Michel de Gruyère. Mais ce siècle est dur aux grands féodaux. Le comte Michel a mené trop large vie ; il est ruiné lui aussi ; son comté, cette superbe et délicieuse Gruyère posée comme une parure fleurie à l’épaule de la Suisse alpestre, est saisie, liquidée, telle une simple maison de commerce. Coppet échoit en partage à un groupe de bourgeois de Mulhouse et de Bâle.

 

   Une ère nouvelle commence, où le pouvoir démocratique des bourgeois compose avec les traditions seigneuriales pour produire un dernier genre de féodalité.

 

   Propriétaires malgré eux, les créanciers du comte de Gruyère revendent Coppet à un seigneur français, conseiller du roi de Navarre et chef actif des réformés de France. Cet Antoine de Clervant meurt en 1588, endetté. La seigneurie de Berne rachète Coppet. Mais au lieu de l’incorporer au domaine de l’Etat, les magistrats bernois revendent notre baronnie à un autre protestant français, le fameux Lesdiguières. Vingt ans après, au moment d’imiter l’abjuration de son feu maître Henri IV, le maréchal duc de Lesdiguières remet la terre de Coppet à son confident Daniel de Bellujon, dont la veuve le vendra, au milieu du XVIIe siècle, pour le prix de 50 000 écus, au comte de Dohna, gouverneur d’Orange. Cet étranger reçut la bourgeoisie de Berne. Tandis que M. de Dohna, baron de Coppet, s’occupait, en voyages et négociations, des intérêts de la maison de Nassau, sa femme élevait une nombreuse famille au château de Coppet. Ses trois fils avaient besoin d’un précepteur. Pierre Bayle remplit cet office de 1672 à 1674. Ce jeune précurseur de Voltaire représente à Coppet les droits de l’intelligence, au milieu des intérêts de la propriété, et dessine comme un trait d’union littéraire entre l’infortuné poète Othon de Grandson et la châtelaine qui fera retentir le château des improvisations passionnées de Corinne.  

 

   Un des élèves de Bayle aliéna Coppet, en 1713, à M. Sigismond d’Erlach, qui le revendit au bout de deux ans à un financier suisse établi à Lyon, Jean-Jacques Hogguer. C’est le siècle des barons de banque et de comptoir. La veuve de J.-J. Hogguer donna la baronnie, en 1752, à sa sœur Marie-Elisabeth Locher, qui fut, pendant quinze ans, baronne de Coppet. En 1767, la terre et les droits seigneuriaux passent de nouveau à des mains étrangères. Gaspard de Smeth, de Francfort, négociant à Livourne, devient seigneur de Coppet ; ses armes et celles de sa femme Ursule Kunkler, se voient encore aujourd’hui au fronton de la cour centrale. Mais il meurt bientôt, et son neveu J.-R. von der Lahr, de Francfort, lui succède à Coppet en 1772. Il revend la baronnie en 1780 à P.-G. de Thélusson, de Genève, ce qui n’empêchera pas le fils von der Lahr, en 1812, d’intenter à Mme de Staël un procès en résiliation de vente, qui causera à la châtelaine, dans ces années si douloureuses pour elle, un surcroît d’inquiétudes.

 

   Le 3 mai 1784, M. de Thélusson revendit Coppet à son compatriote et ancien associé Jacques Necker, qui avait été et redevint bientôt ministre des finances du roi de France. Le prix d’achat fut de 500 000 livres de France ; le trésor bernois y gagna un lod ou droit de mutation de plus du tiers de cette somme.

 

   Sinner de Ballaigues, en son Voyage dans la Suisse occidentale, nous explique comment le gouvernement encourageait ces ventes de terres, si avantageuses pour le trésor de Berne :

 

   « C’est ainsi, ajoute-t-il, que l’on voit s’éteindre peu à peu cette noblesse du Pays de Vaud, tandis que des familles nouvelles s’enrichissent par le commerce, et que des étrangers se parent de titres achetés. Je me souviens que, passant un jour dans un des plus beaux châteaux de ce pays, aujourd’hui entre les mains d’un de ces étrangers parvenus, et voulant en voir les appartements, le domestique qui me conduisait me dit : voici le comptoir de M. le baron. »

 

   Cela ne se passait probablement ni à Coppet, ni à Prangins, ni à Aubonne. Cependant les belles propriétés du bord du Petit Lac tentaient tout particulièrement les financiers enrichis ou les étrangers. Ils se trouvaient là sur la meilleure voie de communication du pays, entre Genève et Lausanne, entre Tronchin et Tissot, entre public assuré par un gouvernement ferme et des mœurs pacifiques.

 

   Dans sa forme actuelle, le château de Coppet ne remonte pas au-delà du XVIIIe siècle. Au XVIIe siècle encore, l’ancien château formait une masse rectangulaire, un ensemble de bâtiments disposés autour d’une cour centrale ; un donjon carré à l’angle nord, des tours arrondies aux trois autres coins en accentuaient le caractère féodal. Le ruisseau qui court vers le lac alimentait le fossé qui entourait le château et que franchisait un pont-levis. Sous le comte de Dohna, le château fort ruineux et ses croulantes tours furent adaptés aux conditions d’une époque moins batailleuses. Les murs d’enceinte furent rasés, les fossés comblés ; une seule des tours conservée ; incorporée à l’édifice nouveau dont elle termine l’aile au sud-ouest, elle garde jalousement, sous le couvert de ses murs épais et de sa porte de fer, les archives du château et les précieux papiers de Mme de Staël. L’édifice actuel avec ses trois corps de logis, formant une cour séparée du parc par une grille, est dû, semble-t-il, au baron de Smeth, qui le timbra de ses armes, vers 1770.

 

   M. Necker ne put toutefois prendre possession de sa résidence nouvelle, en 1784, sans y faire exécuter d’importantes réparations. Pour sa femme, d’une santé si précaire, pour sa fille unique accoutumée aux riches hôtels parisiens, au luxe des palais royaux, le nouveau seigneur de Coppet améliora surtout l’aménagement intérieur du château. Certaines modifications y furent apportées plus tard. Mais, dans l’ensemble, les pieux héritiers des la châtelaine de Coppet dont l’éclat efface le souvenir de tous ceux qui l’ont précédée et suivie dans ces murs, n’ont pas changé le cadre, un peu lourd et sans couleur, que Mme de Staël anima de son activité passionnée et de sa radieuse parole.

 

 

 

 

 

 

fabe

 

 http://www.swisscastles.ch/vaud/coppet/covisiteguidee2.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 00:00
 
Depuis la première capitulation militaire de 1521 et jusqu’en 1792, date à laquelle le dernier agent diplomatique français quitta la ville, Soleure entretint des relations privilégiées avec la France , lui fournissant régulièrement des troupes*. La France et ses ambassadeurs influencèrent profondément le goût du patriciat soleurois, tant dans le domaine architectural, comme peuvent en témoigner aujourd’hui encore de nombreux édifices, que dans celui de l’art culinaire avec des plats où transparaît un esprit raffiné. *Comme les autres cantons par ailleurs.
 
so.gif 
 
Recette soleuroise
Coquelet farci aux petits oignons et champignons.
Pour 6 personnes
 
3        coquelets de 600 gr. Environ, avec les foies
100 gr                Viande hachée de veau
100 gr                Viande hachée de porc
80 gr                 pain au lait coupé en petits cubes
50 gr                 lard fumé haché
50 gr                      lard fumé en tranches pour barder
3 dl    vin blanc sec
2 dl    fond de volaille
50 gr beurre manié (beurre mélangé à de la farine)
100 gr petits oignons blanchis
100 gr          petits champignons frais
De la ciboulette ciselée
Temps de préparation : 1 heure 15 minutes
 Préparation.
100 gr          beurre
 
 
Mélanger les deux viandes hachées, les foies hachés et le pain en ajoutant 1 dl de vin blanc et l’assaisonnement.
Assaisonner les coquelets, les remplir avec la farce et les barder.
Dorer rapidement dans une partie du beurre. (Pour ne pas brûler le beurre, ajouter un peu d’huile)
Les rôtir au four environ 30 minutes.
Déglacer au vin blanc. Mouiller au fond de volaille. Lier au beurre manié. Vérifier l’assaisonnement en faisant ressortit la marjolaine.
Retirer les coquelets et dans la casserole faire suer les petits oignons et les champignons.
Sel, poivre, marjolaine
 
 
Monter la sauce avec le reste de beurre en flocons. (le beurre bien froid)
Servir les coquelets coupés en deux avec la garniture autour.
Napper le tout de sauce. Saupoudrer de ciboulette.
Une jardinière de petits légumes devrait suffire pour accompagner ce plat.
Repost 0
Published by G.Tell - dans Carnet gourmand
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 22:35

Automobile

 

Martin Fischer Cette marque ne vécut que de 1909 à 1914. Elle fut fondée à Zurich par Martin Fischer, qui avait fait ses premières armes dans la conception automobile à la Turicum et qui fut considéré comme l’un des plus inventifs et des plus éclectiques de son pays. Il inventa notamment un changement de vitesse avec pignons à denture interne et un moteur avec distribution à fourreau. La 10/33 fut un modèle de succès. Elle était dotée des deux innovations en question et de roues à fixation rapide, par un seul bouton central. Moteur à l’avant, refroidissement par eau, transmission à cardan. La puissance allait jusqu’à 33 ch. à 1 200 tours ; allumage à magnéto Bosch, embrayage à disques multiples, freins à pédale agissant sur la transmission, à main sur les tambours.

 

Avant la guerre, Fischer avait conçu un moteur à six cylindres qui ne put être réalisé qu’à 3 exemplaires. Il reprit son activité de concepteur libre après le conflit et proposa en 1919 une petite voiture avec places en tandem et en 1921 un nouveau moteur avec distribution à fourreau qu’il céda à une firme allemande.

 

L’invention la plus précieuse de Fischer fut peut-être la boîte à engrenages à denture interne ; aussi en illustra-t-il un emblème posé sur le tableau des voitures qu’il fabriquait.

 

***************

 

La Pic-Pic

 

Le nom bizarre de cette marque vient des trois premières lettres des noms de ses fondateurs Piccard et Pictet). D'abord, elle construisit des parties de voitures. En 1904, elle fut reprise par la S.A.G. (Société d'automobiles à Genève), qui avait comme concepteur Mark Birkigt. La S.A.G. dissoute, Piccard et Pictet reprirent une complète autonomie et se mirent à produire des machines solides et efficaces. Celle de 1919, avait un moteur à fourreau, sous brevet Argyll, d'une puissance de 50 ch à 1800 tours, carburateur Zénith, allumage à magnéto Scintilla. C'était une voiture très finie, avec compteur kilométrique, montre, ampèremètre et volmètre sur le tableau de bord. le niveau d'huile était également indiqué.

La Pic-Pic fut également engagée en cpmpétition: au Grand Prix de France de 1914 participèrent deux voitures de 4 432 cc avec moteur à fourreau et freins sur les quatre roues.

 

La Première Guerre mondiale valut à cette usine des bons de commande dus, à la robustesse de ses véhicules, mais, en 1920, elle commença à rencontrer des difficultés à cause de la concurrence des voitures d'importation. La Pic-Pic disparut en pratique en 1924, bien qu'en 1922, soit deux ans après avoir mis fin une première fois à son activité, elle eût été reprise par un nouveau groupe financier qui permit à la maison suisse de mettre en chantier une 3 000 à quatre cylindres dont furent vendus 300 exemplaires.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

le premier brevet pour un moteur à explosion, est déposé par François Isaac de Rivaz (Paris 1752 - Sion 1829) en savoir plus.... www.histomobile.com

 

  http://www.vea.qc.ca/vea/marques/picpic.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Auguste_Piccard

http://www.pictet.com/fr/home.html

 

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 00:00

Albert Einstein, 14 mars 1879 – 18 avril 1955

 

 

 

 

 

Apatride, personne sans nationalité, c’est ce qu’était Einstein à 17 ans et cela jusqu’à l’âge de 22 ans. C’est de sa volonté qu’il l’était devenu. L’Allemagne de cette époque, lorsqu’il était écolier l’opprimait, lui le libre-penseur et taciturne, il dit : « A l’école primaire les instituteurs m’ont fait l’effet de sergent et au lycée les professeurs m’ont paru être des lieutenants. » De même, il était contre le militarisme régnant dans sont environnement : « Cela me conduit à parler de la pire des créations : celle des masses armées et du régime militaire, que je hais ! Je méprise profondément celui qui éprouve du plaisir à marcher en rangs, derrière une musique : ce ne peut être que par erreur qu’il a été doté d’un cerveau, une moelle épinière lui serait amplement suffisante. Il faudrait faire disparaître le plus rapidement possible cette honte de la civilisation. L’héroïsme sur commande, les violences aveugles et stupides, l’esprit de nationalisme détestable, comme j’exècre tout cela ! Comme la guerre me parait une chose méprisable et ignoble ! »

 

 

De caractère sombre, sauvage et indépendant, il ne rentrait pas dans le cadre des institutions de l’époque, ni de la société.

 

 

Les critiques que formula Albert le lycéen sont toujours à l’encontre de cette rigueur de l’enseignement de l’époque, apprendre par cœur et restituer le tout sans réfléchir : « Je préférais subir toute sorte de punitions plutôt que d’apprendre à débiter du par cœur. »

 

 

 

 

 

« La mentalité ultra-militariste de l’Etat allemand m’était insupportable, même tout enfant. Quand mon père émigra en Italie, il fit sur ma demande expresse toutes les démarches pour me libérer de la nationalité allemande : je voulais devenir Suisse. » Il venait juste d’avoir quinze ans.

 

 

Son idée fixe de devenir suisse se concrétise enfin. Il devait remplir certaines conditions strictes : une domiciliation de cinq ans en Suisse, une situation et de l’argent. Le 21 février 1901, Einstein devenait citoyen suisse après une enquête de moralité rigoureuse, pratiques administrative contraignantes, comme l’on peut encore le constater de nos jours.

 

 

Albert ne devait plus jamais lâcher cette nationalité de toute sa vie.

 

 

 

 

 

Le voilà donc suisse, zurichois par sa domiciliation au moment de la demande et il est heureux.

 

 

Si par la suite il revenait à la nationalité allemande, c’était pour des raisons professionnelles. En regardant monter le national-socialisme, il quitta définitivement l’Allemagne et l’Europe pour les Etats-Unis où il devait là aussi prendre la nationalité. Il était donc binational, Suisse et américain.

 

 

Pourquoi donc, lors de l’attribution du Prix Nobel, alors qu’il était citoyen suisse, n’est-il pas considéré comme suisse dans les tabelles de ceux qui reçurent le Nobel ?

 

Question: Etait-il Suisse, Américain ou Allemand?

 

Les citations d'Albert Einstein sont tirées du livre, EINSTEIN de Charles-Noël Martin, Hachette 1979

 http://www.infoscience.fr/histoire/portrait/einstein.html

http://www.naute.com/enigmes/enigme13.phtml

http://villemin.gerard.free.fr/Esprit/Einstein.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 00:00

Imposée aux suisses par le Directoire, cette « chose » ne pouvait être vue et entretenue par le gratin de la bourgeoisie de Suisse. « Comment ! Chaque citoyen est égal à un autre ! Ce n’est pas possible, MA voix vaut plus que celle des « va-nu-pieds » des montagnes ! » Ont du se dire quelques privilégiés et puissants des grandes villes, bourgeois tenant l’industrie et le commerce dans leur giron.

 

Alors que le petit peuple avec quelques idéalistes, adhérèrent à la révolution et approuvèrent cette nouvelle République. Les paysans de nos montagnes et autres petits gens des plaines et des villes trouvèrent certainement très bien de posséder enfin une voix égale à celle de leur patron et de leur curé.

 

Vu le nombre des gens du peuple, cela a du effrayer les grands bourgeois et seigneurs du clergé, ainsi que les grandes familles patriciennes au pouvoir depuis plus de 500 ans. Un simple homme, hier né libre certes, mais sans pouvoir, le voilà qu’il peut accéder au gouvernement et diriger les bourgeois s’il est élu. Les grands allaient perdre le pouvoir et le bénéfice de leurs privilèges. Impossible, et dès lors, les grands se disputèrent le pouvoir politique entre eux avec acharnement et refusèrent toutes prises de pouvoir qui n’étaient pas de leur fait.

 

L’administration s’en trouva bloquée et la République ingouvernable était en « guerre civile » en continue, même si cela n’était pas avec des armes que l’on se disputait la domination des institutions, cela déplaisait fortement au Premier Consul Bonaparte.

 

De plus, chaque canton prétendait être le plus apte à gouverner les autres et n’était pas forcément disposé à donner préséance à un autre. L’attachement de ses origines liait un politique à sa terre. Quelle ville devait devenir la capitale ? Un gouvernement central avec une administration centrale ne pouvait que déplaire dans les mentalités de l’époque.

 

Bonaparte fini par envoyer le général Ney avec 30 000 hommes pour calmer les suisses et réclamer une ambassade pour une Consulta. Bonaparte se posait en médiateur, comme il l’avait déjà fait pour d’autres États, afin de rétablir l’ordre à l’est.

 

1802 avec l’Acte de Médiation donné aux Suisse par Bonaparte met fin à la République Helvétique. Ce fut le seul État en Europe et sous l’influence de la France , qui revint pratiquement à l’ancien Régime. Les bourgeois, les familles patriciennes et grands de l’industrie gardèrent ainsi leurs privilèges et le peuple un semblant de liberté avec le fédéralisme.

 

Voilà ce qu’est la Suisse moderne depuis lors, une illusion de démocratie.

 

 

 

Si le vote était obligatoire et sanctionné par une amande en cas de non participation à une votation et le résultat du vote serait non valable si la participation est inférieure à 60% de la population ayant droit de vote, alors là, on pourrait prétendre à une vrai décision du peuple.

 

Liberté donnée à chaque citoyen de voter ou pas, fait qu’il est plus facile de manipuler la minorité votante que l’ensemble de la population. Le citoyen lambda écoute son concitoyen, celui qui est son chef, celui pour qui l’on a voté à l’occasion.

 

Et comme l’adage bien connu qui dit : « Divisez pour régner ! » n’est pas une absurdité, le fait de la division de la Suisse en 26 cantons et demi-cantons en laissant croire à chacun d’eux son indépendance, fait qu’il est facile de rester au pouvoir, même si l’on dit beaucoup de bêtises et surtout sans avoir été élu par le peuple. Non élu par le peuple, ce n’est donc pas le peuple qui va pouvoir retirer un « pion » de l’échiquier politique suisse. Ce sont entre eux, puis cela se fait au tour d’une table en buvant un verre de vin de chez nous.

 

Churchill avait raison, la démocratie est le moindre mal comme système politique. Mais bon dieu, la démocratie directe toujours montré comme une merveille en Suisse, n’est qu’une illusion ! 

 

 

 

afeb

 

 

 

« L’ancienne Confédération n’était pas composée que de partenaires semblables entre eux. Uri, Schwyz, les deux Unterwald, Zoug, Glaris, les deux Appenzell, gouvernés par des landsgemeinde, étaient des cantons démocratiques ; les Grisons, le Valais constituaient plutôt des fédérations de communes autonomes ; Zurich, Bâle, Schaffhouse, Saint-Gall, et à un moindre degré Bienne, Mulhouse et Genève représentaient plutôt des oligarchies, reposant sur des corporations ; dans Berne, Lucerne, Fribourg, Soleure, États aristocratiques, un patriciat exclusif détenait la souveraineté ; il y avait même des formules monarchiques, dans la principauté de Neuchâtel, l’évêché de Bâle, les abbayes de Saint-Gall et d’Engelberg. Il n’y avait pas non plus égalité de statut entre les divers territoires, dès l’instant qu’il fallait distinguer les cantons et les alliés, les seigneurs et les sujets, les villes et les cantons ruraux, les groupements protestants ou catholiques, de langue française ou allemande. On pouvait même discerner quelques cantons d’esprit impérialiste, avides de s’étendre hors de leurs frontières, de conquérir des territoires et des sujets : Berne au premier rang, mais aussi Lucerne, Zurich, Schwyz… faisant contraste avec les cantons purement démocratiques simplement soucieux de défendre leur autonomie. La Suisse , même aujourd’hui, n’a pas oublié le temps où des baillis, venus de l’extérieur, parlaient en maîtres, prétendant dominer au nom d’une autorité étrangère. Il ne s’agissait pas seulement d’un Gessler, mais de baillis issus de Berne et s’imposant aux Vaudois. Le souvenir de cette pression sert encore d’argument, cum grano salis naturellement, contre l’intrusion de la Confédération dans les affaires cantonales.

 

Le régime ne restait effectivement démocratique qu’autant que l’accès de la bourgeoisie demeurait ouvert aux habitants des villes, de la campagne, de la montagne. Même ainsi, c’était une superposition de classe, comportant une noblesse, une aristocratie gouvernante, une bourgeoisie privilégiée, et puis, au-dessous, des natifs, des habitants, des sujets. Au XVIIIe siècle, la porte avait fini par se fermer aux nouveaux venus et partout des oligarchies, fondées sur la naissance, s’étaient établies et confirmées. L’étroitesse l’emportait tellement sur l’universalisme que les mouvements de réforme visaient moins à ouvrir l’accès de la bourgeoisie qu’à augmenter le nombre des privilégiés bénéficiaires du pouvoir. C’est en vertu de cette tradition des portes closes que la Suisse contemporaine se montre si peu disposée à accroître le nombre de ses « bourgeois », c’est-à-dire de ses nationaux. La Révolution française, dans ces conditions, ne devait que peu toucher ce peuple peu soucieux de principes universels et surtout soucieux de se libérer d’anciennes sujétions : les paysans s’intéressaient peu à la République Une et Indivisible, de sorte que le régime de 1798 resta simplement une importation étrangère, dont le pays fut heureux de se dégager, soit par l’Acte de médiation de 1803, soit surtout par la Confédération des vingt-deux cantons de 1815. La Suisse montrait ainsi que, tout en subissant, comme c’était inévitable, l’influence d’un grand voisin, elle revenait instinctivement à son axe, si différent. La constitution de 1848-1874 exprime en effet, l’esprit d’une démocratie qui est bien suisse et qui n’est que suisse.

 

Si ces traits distinctifs ne sont plus que des souvenirs, ils sont cependant présents et par là leur influence est loin d’être nulle. Les Grisons, le Valais se souviennent d’avoir été des confédérations de communes pratiquement indépendantes ; Vaud n’oublie pas la domination bernoise, dont il a pu pâtir dans son amour-propre, mais a retiré aussi plus d’un bénéfice ; Berne, Zurich, Lucerne, Schwyz se rappellent complaisamment leur ancienne grandeur, éprouvant à cet égard je ne sais quel sentiment de supériorité. Des cantons de formation plus récente, ou constitués de pièces disparates, comme par exemple l’Argovie, doivent par contre leur personnalité à des facteurs de succès entièrement différents, et, de façon générale, le brassage dû au développement industriel noie, dans une large mesure, ces survivances anciennes. Elles survivent cependant assez pour colorer à leur façon la vie démocratique nationale.

 

La Suisse est un pays d’égalité démocratique, elle a même un certain goût pour l’anonymat, dans sa crainte des personnalités qui s’élèvent par trop au-dessus de la moyenne. Cependant ce n’est pas un pays d’égalité sociale. »

 

 

 

 

 

 

 

Il est intéressant de noter les noms de quelques-unes de ces familles, qui, même réduites en influence économique ou politique, continuent cependant de tenir une place dans la nation.

 

 

 

A Berne, ce sont les d’Erlach, de Graffenried, de Haller, de Fischer, de Bonstetten, de Mulinen, de Steiger, de Stürler, de Tscharner, de Watteville ;

 

A Soleure, les Glutz von Blotzheim, von Roll, de Sury ;

 

A Bâle, les Bernoulli, les Vischer (attention, avec un v), les Burckhardt (attention, avec ck…dt), les Iselin, les Sarasin ;

 

A Neuchâtel, les de Chambrier, de Coulon, de Meuron, de Montmolin, de Pourtalès, de Pury, de Perregaux, de Rougemont ;

 

A Fribourg, les de Castella, de Diesbach, de Reynold, von der Weid ;

 

Dans le Valais, les de Courten, de Chastonay, de Kalbermatten, de Torrenté, de Wolff ;

 

Dans le canton de Vaud, les de Blonay, de Charrière, de Crousaz, de Mestral ;

 

A Genève, les de Budé, de Candolle, Cramer, Fatio, Le Fort, Lullin, Micheli, Naville, Pictet, de Saussure, Turrettini ;

 

A Zurich, les Bodmer, Escher, Hirzel, von Muralt, von Orelli, Pestalozzi, von Schulthess ;

 

A Lucerne, les am Rhyn, de Pfyffer, von Schumacher, von Moos ;

 

A Glaris, les von Tschudi ;

 

A Schwyz, les de Reding, Ab Iberg ;

 

Dans les Grisons, les von Albertini, de Planta, de Salis, Sprecher von Bernegg ;

 

Dans le Tessin, les Soldati, Pedrazzini, Riva Rusca…

 

La liste n’est pas limitative. Certains lecteurs français trouveront peut-être que j’attribue beaucoup d’importance à ce qui n’en a plus guère, et certains lecteurs suisses me l’objecteront peut-être aussi, mais je doute que ces derniers le pensent au fond d’eux-mêmes, car il subsiste en Suisse une tradition médiévale et d’ancien régime qu’aucune révolution d’envergure n’est jamais venue rompre. Ajouterai-je que certaines omissions, dans la liste ci-dessus, étonneront ? On ne doit pas oublier que le pays de l’horlogerie est expert à mesurer, même socialement, les centièmes de millimètres. Mais parler de cette démocratie sans la regarder un peu comme l’aurait fait Paul Bourget* serait méconnaître l’un de ses caractères. Ce n’est pas en somme un paradoxe qu’on puisse, en huit jours, rencontrer à Neuchâtel ou sur les bords du Léman plus de royalistes qu’on n’en trouverait en France dans toute une année.

 

*Paul Bourget, écrivain français

 

 

 

Texte tiré de : La Suisse démocratie-témoin par André Siegfried de l’Académie française, éditions A la Baconnière , 1948

 

 

  http://histoire-suisse.geschichte-schweiz.ch/republique-helvetique-1798.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 00:00

Le père de l’archéologie suisse

 

 

 

 

Un homme hors du commun !

 

 

 

   Cette homme, à sa mort, s’appelait Cheik Ibrahim ; il portait le titre hautement considéré en Orient de « hadji* » et fut enterré au cimetière musulman du Caire avec tous les honneurs dus à un grand de l’Islam. Mais lorsqu’il naît à Lausanne, le 24 novembre 1784, il se nomme Johann Ludwig Burchardt, et appartient à une vieille famille de patriciens et d’érudits bâlois. Il étudie à Leipzig, à Göttingen et à Londres les sciences naturelles et l’arabe pour se rendre en Afrique, chargé de mission par la Société africaine britannique. En février 1809 il s’embarque à Malte, revêt le costume oriental et se rend d’abord à Alep, porteur de dépêches de la Compagnie des Indes orientales. Il passe plus de trois années en Syrie, dont un certain temps à Alep, sous un déguisement de marchand, puis à Damas ; il se plonge dans l’histoire, la géographie et l’étude de l’arabe, parcourt le Liban, l’Haoûran et la Jordanie orientale. Du Caire, où l’aimable Mohammed Ali le pourvoit de nombreuses recommandations, il se rend en Nubie, puis, bon gré mal gré, de Berber sur le Nil, gagne Souakin et enfin Djedda, de l’autre côté de la mer Rouge où l’attire le voisinage de la Mecque.

   Jamais, infidèle, il n’aurait eu la possibilité de pénétrer dans la ville sainte. Il se soumet alors, en présence de deux érudit arabes, à un examen approfondi sur la religion et la loi du prophète et fait montre dans ce domaine d’une si parfaite compétence qu’il est autorisé non seulement à visiter La Mecque mais à séjourner pendant quatre mois dans la ville interdite et à se rendre en pèlerinage au mont Arafat. En 1815, il voit Médine. En 1816, tandis que la peste dévaste Le Caire, il explore la péninsule du Sinaï. La mort le surprend le 7 octobre 1817 au Caire où il attend une caravane pour continuer son voyage tout en poursuivant ses annotations et ses études. La Société géographique de Londres a rassemblé et publié un certain nombre de comptes rendus d’un intérêt exceptionnel qui se distinguent par la simplicité du récit, par la vérité et la précision des faits et par une incroyable abondance d’observations les plus précieuses.

   Et les Hittites ? C’est sans même s’en douter, disions-nous, et réellement « en passant » qu’il les découvrit.

   Au cours de ses voyages, il avait visité le bazar de la ville syrienne de Hama, l’Amath biblique, la future Epiphanie sur l’Oronte, et y avait remarqué une pierre couverte de petites figures et signes bizarres, sortes de hiéroglyphes qui toutefois différaient foncièrement des caractères égyptiens.

   Cette remarque se trouve à la page 146 de ses Travels in Syria and the Holy Land publiés cinq ans après sa mort et dont la version allemande en deux volumes parut, deux ans plus tard, à Weimar. On comprend aisément qu’au milieu de la profusion des documents géographiques, historiques, philologiques et archéologiques légués par Burckhardt, cette découverte n’éveillât pas particulièrement l’attention. Burckhardt lui-même, loin de mesurer son importance et sa portée, ne lui avait pas consacré plus de quelques lignes.

 

 

 

* Titre réservé au musulman qui a fait le pèlerinage de La Mecque et de Médine.

 

 

 

Ernst Doblhofer Le Déchiffrement des Écritures, éditions Arthaud, 1959

 

 

http://www.sguf.ch/fr/ 

 

  http://www.archeoplus.ch/fr/cadres-fr.htm

 

 

 

 

Johann Ludwig Burchardt est plus connu du public pour être le découvreur de Pétra  http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9tra  Burckhardt découvrira Abou Simbel, alors ensablé, en 1813. Le site archéologique sera peint par David Roberts, qui visitera les lieux 25 ans plus tard.

 

Repost 0
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 13:19
Cadeau de beauté au reste du monde.
 
La Suisse en 1908 donna la beauté, en vérité une « surbeauté » aux fleurs. C’est le fait d’un chimiste, Jacques Edwin Brandenberger qui parvint à obtenir une pellicule cellulosique transparente et souple. Pour préparer cette pellicule, on dissout la cellulose d’une pâte de bois pour obtenir une solution appelée viscose, ensuite filée à travers une longue fente dans un bain d’acide qui la coagule sous forme de cellophane.
 
La cellophane, qui rend le bouquet attrayant en jetant mille feux sous la lumière.
 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
 
 
Charles Edouard Guillaume
1861-1938
 
Physicien suisse, il étudia les alliages métalliques et élabora l’Invar et l’Elinvar. L’Invar, abréviation de invariable, est un acier contenant 36% de nickel et 0,2% de carbone, possédant un coefficient de dilatation presque nul, particulièrement adapté à la constructions d’instruments de précision.
Mais le coefficient d’élasticité de l’Invar variait beaucoup en fonction de la température, ce qui le rendait impropre à la fabrication de diapasons et de ressorts. L’Elinvar convient mieux à ce type d’application, car il possède un coefficient de dilatation plus élevé mais une élasticité peu variable. Charles Edouard Guillaume reçut le prix Nobel de physique en 1920.
 
 
 
Première Estampe. La fille au bain de pieds, d’Urs Graf, de Bâle (Suisse) en 1513.
 
Première « Encyclopédie » premier ouvrage à porter ce nom, celui de Paul Scalich, publié à Bâle (Suisse) en 1558.
 
Première description du crayon par Conrad Gessner, de Zurich. La mine était en graphite pur. En 1565.
 
Les premiers verres de contact, inventé par A. E. Frick, de Zurich (Suisse) en 1887, fabriqué par Zeiss, d’Iéna (Allemagne).
 
Premier four électrique est installé à l’hôtel Bernina, à Samaden (Suisse) en 1889.
 
Le docteur R. Wiesmann utilise le D.D.T. contre une invasion de doryphores en Suisse. 1939. le premier insecticide.
 
Guitare électrique
 
Le père de la guitare électrique, inventée en 1931, est Adolph Rickenbacher d’origine Suisse.
La société californienne existe toujours et les guitares Rickenbacker sont célèbres dans le monde. Rickenbacker International Corporation.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rickenbacker
Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 00:00

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article