750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Archives

Articles Récents

Liens

13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 17:12
Quand l’Art freine les jeunes.
Partager cet article
Repost0
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 16:57

- Des Ligures arrivés du Sud transalpin (mélanges de races) sont subjugués par des Celtes originaires du Jutland, suivis au IIIe-IIe siècle par les Helvètes riverains du Rhin et du Main.

.

- En 58 av. J.-C., exode de ces Helvètes vers la Gaule, après destruction de leurs douze villes et de leurs quatre cents villages (dont Lousonna de nom ligure [?] établie sur l’ultime tronçon du Flon).

.

- Prompt retour des Helvètes battus par Jules-César. Leur influence, qui ne sera guère prolongée au-delà d’un ou deux siècles, s’efface sous l’impérieuse pression romaine ; les soldats des empereurs sont les instaurateurs d’un âge brillant.

.

- Double vague d’invasion barbare : Alamans et Burgondes, la seconde assez décisive et destructrice pour entraîner l’exode des survivants lousoniens vers le promontoire de la Cité (seconde moitié du IVe siècle ap. J.-C.). [A croire que l’on était très romanisé pour employer le terme de barbare.]

.

- S’établit aussi sur cette position… stratégique l’évêque Marius (ex-prélat d’Avanches) qui va construire au nord et au sud de la butte deux monastères avec églises adjacentes.

.

- Sur la même colline, succession de cathédrales, assez sommaires tout d’abord. À l’époque des Mérovingiens et des Carolingiens, les pouvoirs religieux de l’évêque se renforcent de droits temporels.

.

- On voit se succéder parallèlement une suite de prélats bâtisseurs, le plus grand étant Landri de Durnes. Cette extension de la puissance épiscopale coïncide avec la fondation (888) de l’éphémère royaume de Bourgogne transjurane (qui prit fin en 1033 à la mort du roi Rodolphe III, et fut réuni à l’Empire germanique).

.

- Sous Landri de Durnes et Roger de Toscane : progrès des travaux de construction de la Cathédrale définitive (gothique bourguignon), ralentis, il est vrai, par le feu. Le pape Grégoire X consacre l’édifice virtuellement achevé, en présence de l’empereur Rodolphe de Habsbourg et de sa cour (1275)

Saint-François vers 1660, dessin de Charles Vuillermet d’après les plans du XVIIe siècle.

Saint-François vers 1660, dessin de Charles Vuillermet d’après les plans du XVIIe siècle.

- La Cité est le berceau – la génératrice comme on dit aujourd’hui – de quartiers nouveaux ou « bannières » : la Palud, la Mercerie, Bourg, Marterey, l’Ale, le Pont… les bourgeois, en vertu des franchises successives qui leur sont octroyées, assument une part grandissante des charges administratives.

.

- Développement du commerce favorisé par la sécurité, de moins en moins précaire, des routes d’Italie et de France. Pour tenter de lutter contre les troubles politiques du temps, l’évêque Hugues, fils du roi Rodolphe III, proclama, néanmoins, la Trêve de Dieu (cérémonie déroulée sur le Crêt-de-Montriond en 1037). L’assassinat de l’évêque Henri de Bourgogne, chassé de Lausanne par un parti adverse (1019), expliquerait, à lui seul, cette tentative courageuse d’obtenir un apaisement général.

.

En dépit de ses pouvoirs étendus, l’évêque ne manque ni de contradicteurs ni de voisins turbulents. À un moment donné, il dut prendre un avoué (plaideur temporel).

.

- Au fur et à mesure que la ville grandit, le remaniement des remparts apparaît nécessaire. Au mur de la Cité se joignent ceux des quartiers de Bourg et de Saint-Laurent (vers 1220). De nouvelles extensions de ce système fortifié permettent d’y englober le couvent dominicain de la Madeleine (1234) et celui des cordeliers de Saint-François (1258).

Partager cet article
Repost0
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 17:07

- Présence en Suisse (préhistoire : époque moustérienne) de l’homme des cavernes. Lors du recul de la glaciation (fin du paléolithique) instauration de l’âge magdalénien.

.

- Environ 3000 ans avant notre ère (période de la pierre polie), et, probablement, plus tôt, existence à la Cité (tombes et vestiges) d’occupants sans doute détachés des tribus à la recherche, à travers l’Europe primitive, d’un lieu de séjour habitable (races à visage ovale au crâne allongé, dolichocéphales, le menton enfin accusé au sortir d’une période de « l’ébauche faciale ».)

.

- La faune comprend le renne, en voie de disparition, le lièvre, l’ours, le loup, le chat sauvage, le bouquetin, le cheval (éventuellement le chien). Dans les premiers âges, les avaient précédés des monstres allant du dinosaure au ptérodactyle, au mammouth, voire au rhinocéros.

.

- A la pleine période du néolithique (4000-3000 av. J.-C.), les traces humaines commencent à se multiplier au bord du Léman. Découverte d’étroites tombes cubiques, en particulier dans la région de Chamblandes. Elles renferment des squelettes repliés sur eux-mêmes ; auprès d’eux, objets divers (quelques-uns d’origine maritime).

.

A ces races terriennes s’ajoute une peuplade brachycéphale (tête larges) qui construit des huttes sur le lac (baies de Morges et de la Promenthouse).

.

- Vers l’an 2000 av. J.-C. une nouvelle race (dolichocéphale) connaissant l’usage du bronze supplante les premiers occupants des « palafittes » (pilotis supportant des habitations).

.

On a le droit de lui attribuer les stations lacustres de Cour et de Vidy (la seconde, celle de l’embouchure du Flon, ayant disparu dans les sables).

 

- Les cabanes terriennes ont aussi leurs amateurs. Le temps du bronze prend fin vers l’an 900. Avec lui, la préhistoire se termine, l’Histoire commence.

1 Icare, applique de bronze retrouvée sur l’emplacement de la Lousonne romaine au cours de la campagne de fouilles de 1963. Musée romain de Vidy

1 Icare, applique de bronze retrouvée sur l’emplacement de la Lousonne romaine au cours de la campagne de fouilles de 1963. Musée romain de Vidy

Partager cet article
Repost0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 18:57

Aujourd’hui je fête les dix ans de mon blog. Comme le temps passe vite.

10 ans

Merci à ceux qui me suivent régulièrement et j’espère que vous trouvez votre satisfaction dans mes publications.

GTell

Partager cet article
Repost0
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 17:34

Est-ce l’annonce relayée par les tabloïds ou les paroles insensées de Georges qui sont d’une stupidité sans nom ?

Qu’ai-je lu de fou dans un gratuit du jour : « Que Georges Clooney et sa femme enceinte de jumeaux ne voyageront plus au Sud-Soudan, au Congo et en Irak ».

Bien ! La chose est dite, mais bien sûr, tous les voyages prévu du couple en ce moment, passaient par ces pays, obligatoire en tant que people que de chercher le frisson en visitant habituellement ces pays. Chaque année, ils y passaient, c’est bien connu, les beautés du Sud-Soudan et de l’Irak en démolition sont des buts de nos grands voyageurs. Que se passe-t-il au Congo ? J’en sais rien, mais est-ce un lieu de villégiature ? 

Pour faire court, personnellement je n’irai pas moi non plus dans ces pays. Pourquoi irions-nous et eux les Clooney, pourquoi dire de tels propos, font-ils tant de voyages que la liste des pays a de l’importance ou l’important est de prévenir les paparazzis à l’avance pour être présent avant eux pour bien les photographier ? Ou cherchent-ils un lieu pour accoucher en sécurité et qu’il est nécessaire de trouver le pays idéal ?

Les questions restent en suspens sur les raisons des propos de Georges Clooney.

Ils sont fous…

Les propos : « On a décidé d’être beau­coup plus respon­sables, d’évi­ter le danger. Je n’irai plus au Soudan du Sud ni au Congo, Amal n’ira plus en Irak et elle évitera les endroits où elle sait qu’elle n’est pas la bien­ve­nue", a-t-il dit. Une bonne idée pour rester en vie. Le couple va continuer de voyager, naviguant entre les États-Unis, l’An­gle­terre et l’Ita­lie, "mais dès que les enfants iront à l’école, il faudra choi­sir où s’ins­tal­ler". D'ici là, l'invité d'honneur de la 42ème cérémonie des César a encore le temps avant de prendre sa décision. »

Partager cet article
Repost0
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 19:16

L’annonce de nouvelles exoplanètes, sept d’un coup, fait le buzz.

Si l’annonce a été faite par la NASA, la découverte vient de l’Université de Liège en Belgique. Le chef de projet, Michaël  Gillon, a dans son équipe le professeur Didier Queloz le codécouvreur avec Michel Mayor de la première exoplanète.

Heureusement que les Belges ont beaucoup d’humour et qu’à la lecture de certains faits relatif à la découverte, relayée par LCI, on est en droit de sourire.

Je vous laisse lire les infos de LCI. Un des seuls sites à en dire autant sur l’origine de la découverte, qui est l’Université de Liège.

Ici l’annonce principale faite par LCI, où l’on retrouve le lien pour lire l’humour Belge et les vidéos.

Partager cet article
Repost0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 18:16

.

On a voté et le monde économique du pays est mécontent. Ils cherchent maintenant les raisons du vote et son résultat négatif, pour savoir qui a mal fait son job de lobbyiste, etc.

Avez-vous lu la brochure explicative de la Confédération ? Si vous avez tout compris vous êtes un économiste ou un « geek » des finances. Pour ma part, je n’ai pas compris grand-chose et quand je ne comprends pas une loi, je vote contre. Il faut croire que beaucoup sont comme moi et nous avons étés majoritaire dans ce cas.

En gros, il s’agissait donc d’augmenter le taux d’imposition des entreprises étrangères établies en Suisse et de compenser de certaines façons ces mêmes entreprises avec des niches fiscales spéciales.

Du moins c’est ce que je crois. Surtout en lisant les arguments du comité référendaire qui lui était claire. Et puis en suivant la politique Française actuellement avec toutes les combines et magouilles qui nous sont déballés à longueur de journaux télévisé, on comprend de mieux en mieux les privilèges qui s’appliquent partout au sommet des démocraties.

Pour quelles raisons devrions-nous nous laisser tondre ? La révolte devait arriver, elle a eu lieu démocratiquement dans les urnes du vote du 12 février 2017.

Ça complique un peu nos relations avec la Communauté européen, puisqu’il s’agissait de satisfaire des directives européennes sur la fiscalité des entreprises.

Les politiques de Berne trouveront les solutions sans que le peuple soit pigeonné comme il semblait qu’il devait l’être avec la RIE III. Ils ont encore deux ou trois ans pour cela.

La prochaine mouture devra être sans ambigüités aucunes, sinon la loi ne passera pas. Pour cela, ils (les gouvernants) devront nous cacher le fait que nous allons (quand même) nous faire pigeonner.

GTell

Partager cet article
Repost0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 18:00

.

Il est étrange que la Suisse, pays considéré comme étant le château d’eau de l’Europe, soit ces jours à essayer des techniques de production que l’on connait depuis longtemps. Là, on parle de prototype, « nouvelle turbine à eau pour l’hydro-électricité ».

Je croyais depuis l’enfance que tout avait été inventé ou testé dans ce domaine. Et bien non à en croire l’actualité de ces jours à proximité de l’usine électrique souterraine de Lavey, on teste.

Production d’électricité

Le plus simple et le plus facile, est de vous mettre le lien de l’article qui en parle, celui du Nouvelliste du Valais.

Si cela est un progrès, il faut pousser au plus vite les essais, car les cours d’eaux attendent de produire de l’électricité « SWISS MADE » à bon marché.

GTell Internet

Partager cet article
Repost0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 17:38

.

Hier, aujourd’hui et certainement demain, le temps est propice aux promenades.

Aujourd’hui j’ai branché la batterie du scooter et mis en marche de celui-ci. Ça marche, mais au début juste au premier essai, ça été difficile, le ralenti ne tenait pas. Mettre des gazes dans ces conditions, le moteur s’éteint. Donc redémarrage, laisser le ralenti un bon moment pour que chauffe le moteur et puis enfin le plaisir de rouler, juste de quoi faire le tour du pâté de maisons et m’assurer qu’il roule bien.

Temps de printemps

.

Demain, promenade en scooter pour le décrasser.

.

Peut-être qu’en mars il faudra remettre la batterie au chaud si l’hiver revient.

Partager cet article
Repost0
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 17:52

.

C’est dans l’actualité ces jours, un loup certainement égaré déambulait dans la ville de Bulle.

Après des siècles de chasse aux loups, jusqu’à sa disparition totale, les revoilà introduits, protégés, suivi par GPS, parfois endormi et transporté ailleurs, loin des hommes. Parfois aussi tué pour protéger quelques agneaux ou moutons bien gras aux yeux du loup.

Mais voici que l’autre jour, de nuit et dans les rues de la ville endormie sous un manteau de neige, un loup passait devant un quidam aux bons réflexes pour filmer la scène. Est-ce bien un loup ? L’expert confirme l’information, oui c’est bien un loup. Que faisait-il là ? À mon avis qui n’engage que moi, la neige tombée récemment a fait comme un tapi  sans discontinuité entre les recoins les plus sauvages de la Gruyère et la ville de Bulle. Même les routes étaient blanches de neige. Le loup en ayant sous ses pattes la continuité neigeuse a sans doute pensé qu’il était toujours en zone sauvage, là où d’autres loups pouvaient être. Il n’avait pas tort, les loups vivent bien dans les villes, mais c’est une autre histoire.

Partager cet article
Repost0