Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 15:17
Action de la compagnie de chemin de fer (Anglo-Argovienne)

Action de la compagnie de chemin de fer (Anglo-Argovienne)

Le trafic venant de l’ouest, de Genève par Lausanne et Berne, ainsi que de Lausanne par Neuchâtel, est regroupé à Olten pour être acheminé par Aarau vers l’axe de la Reuss. Par analogie, le trafic venant du lac de Constance et de St-Gall, d’Autriche et des Grisons, est regroupé à Zurich et poursuit son chemin par la vallée de la Limmat en direction de l’axe de la Reuss. La grande gare de triage de la vallée de la Limmat, tout en se trouvant à proximité de Zurich, est aménagée sur territoire argovien. Partant de cette vallée, une ligne de chemin de fer à voie étroite franchit les collines en direction du Seetal. L’ancienne Nationalbahn de Baden à Lenzburg et Zofingen, et enfin la ligne rapide et la ligne de transit à destination de la Suisse romande traversent le tunnel du Heitersberg, rejoignent Lenzburg et Aarau pour aboutir à Olten. Les inters villes circulent sur cette ligne de Zurich à Berne, sans arrêt, sans même ralentir lorsqu’ils passent la gare d’Aarau. L’artère est-ouest, qui se situe à l’extrême nord du canton, longe le Rhin et relie Schaffhouse et Winterthour à Bâle. Etant donnée cette constellation du trafic, il va de soi que l’autoroute principale, la N1 de Genève à Lausanne, Berne, Zurich et St. Margrethen ait été aménagée de sorte à traverser le canton d’Argovie.

Laufenburg au bord du Rhin (Laufenbur am Rhein)

Laufenburg au bord du Rhin (Laufenbur am Rhein)

L’Argovie se trouve donc au milieu entre Zurich, Bâle, Lucerne et Berne ; par conséquent, le canton est au service du trafic de transit national et international, ce qui, en contrepartie, lui est d’ailleurs fort profitable.

La navigation fluviale, en plein essor jusqu’au milieu du dix-neuvième siècle sur le Rhin, l’Aare, la Reuss et la Limmat, a été totalement évincé par les chemins de fer. Toujours est-il que le dernier embarcadère des chalands du Rhin, en amont de Bâle, se trouve à Augst, sur territoire argovien, et que des excursions en bateau sont organisées entre Bâle et Rheinfelden.

Aarburg avec forteresse et église

Aarburg avec forteresse et église

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 15:36

L’accès au Gothard par l’Argovie est unique en son genre. Peu après Lucerne, la Reuss rejoint une vallée en forme d’arc et conflue avec la petite Emme. C’est de cet arc, séparé seulement par un seuil, que partent cinq vallées à l’ouest de la Reuss. Elles sont, toutes cinq, orientées vers le Jura. Les chaînes de collines entre ces vallées peuvent être comparées aux doigts d’une main. Le glacier de la Reuss a aplani le seuil pendant les périodes glaciaires et a élargi les vallées. Trois lacs témoignent de cette activité. L’un des trois, celui de Hallwil, s’étend principalement sur territoire argovien. A cause de leurs moraines terminales et latérales, et de leurs blocs erratiques, les six vallées représentent un des paysages les plus impressionnants de Suisse qui aient été modelés par des glaciers. La région du glacier de la Reuss est encadrée, à l’ouest, par le Napf et les collines situées devant ce massif, à l’est par la crête de l’Albis.

Les cinq vallées orientées vers le Jura.

Les cinq vallées orientées vers le Jura.

Les six vallées qui partent du pied du Jura et qui sont orientées vers le sud, offrent un choix riche de liaisons vers le Gothard. L’énumération serait incomplète si l’on ne citait pas les communications transversales. C’est ainsi que la ligne de chemin de fer du Gothard passe d’abord par Olten et Zofingen, longe la vallée de la Wigger, traverse dans celle de la Suhr pour aboutir finalement à Lucerne. D’ailleurs, l’autoroute N2 Bâle-Lucerne-Chiasso suit le même itinéraire. Des lignes de chemin de fer locales conduisent d0Aarau dans les vallées de la Suhr et de la Wigger. Partant de Wildegg, la ligne des CFF du Seetal longe les routes, traverse les villages jusqu’à Lucerne. Construite par un groupe financier anglais, inaugurée en 1883, elle fut baptisée Lake Valley of Switzerland Railway Company. Un réseau de routes et de lignes de chemin de fer conduit d’Aarau et de Brougg à Lucerne et à Arth-Goldau, en traversant les vallées de la Bünz et de la Reuss.

L’importance de ces nombreuses dessertes en direction du Gothard est due à la facilité avec laquelle il est possible de franchir le Jura, dont l’altitude est faible et la topographie très structurée.

La large percée de l’Aare, formée par le confluent avec la Reuss et la Limmat, donne sur le Rhin, au pied sud du flanc escarpé de la Forêt-Noire. Elle est desservie par une seule ligne de chemin de fer locale qui relie Turgi, Koblenz (du latin confluens) et Waldshut, petite ville allemande. Bâle est la principale destination au pied nord du Jura. Même les Romains empruntaient déjà entre Vindonissa et Kaiseraugst une route qui franchissait les 570 m d’altitude du Bözberg. (Un petit tronçon de cette route, taillée dans le rocher, est conservé et mérite d’être vu.)

C’est par cette route que les Romains pouvaient atteindre le Fricktal et le Rhin. La route actuelle, la ligne du chemin de fer – par le tunnel du Bözberg – et l’autoroute N3 Coire-Zurich-Bâle suivent ce même itinéraire.

A l’ouest du Bözberg, quelques petits cols franchissent le Jura. Mention soit faite de la Staffelegg, qui part d’Aarau. Le début de sa construction remonte à l’année 1804 – les travaux ayant été engagés par le canton fraîchement constitué. La route devait garantir une bonne liaison avec le Fricktal, en parallèle de la route de la Salhöchi. D’ailleurs, la route et le tunnel du Hauenstein ainsi que le tunnel de la N2 à travers le Bechen sont des axes rattachés à certaines vallées d’Argovie qui conduisent vers le Gothard.

Le trafic de transit de Bâle au Gothard évite le détour par Lucerne. Le tracé mène par le Hauenstein et Aarau d’une part, le Bözberg et Brugg d’autre part, traverse le Freiamt et aboutit directement à Arth-Goldau.

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 16:52

C’est par un peu de provocation que je commence un article sur l’Argovie, si méconnue et pourtant si présente.

L’Argovie est l’hôte du Comptoir Suisse-Lausanne du 11 au 26 septembre 1976 et se présente aux Lausannois.

Confluent de l'Aare et de la Limmat, vers Turgi

Confluent de l'Aare et de la Limmat, vers Turgi

Ici, où le Jura forme de doux coteaux, où il atteint encore à peine une altitude de 900 m et ne dépasse guère plus les collines du Plateau, où les plissements pénètrent dans le Jura tabulaire, dont les couches s’élèvent en direction de la Forêt-Noire, où le Jura tabulaire est séparé de la Forêt-Noire par le Rhin majestueux et ses vastes champs pierreux, ici, où les dernières chaînes du Jura pénètrent dans le Plateau, où l’Aare, après avoir accueilli les cours d’eau venus de la Suisse romande, perce le Jura dans une vallée large sur laquelle s’ouvrent au sud la vallée de la Reuss et à l’est celle de la Limmat, c’est ici que se situe l’Argovie.

Vue aérienne de la vallée de Frick dans le canton d'Argovie. Image: Patrik Walde.

Vue aérienne de la vallée de Frick dans le canton d'Argovie. Image: Patrik Walde.

Canton du milieu et nœud de trafic

Semblable à un axe, une suite de vallées se succède du nord au sud à travers la Suisse. Au pied de la Forêt-Noire, dans la vallée du Rhin, elle commence par l’Aare, suivie de la Reuss qui pénètre dans le cœur des Alpes suisses ; cette enfilade de vallées s’élève vers le Gothard, le franchit, redescend le Tessin pour aboutir à Milan.

Bien que cet axe hautement important pour la Suisse ne forme pas le milieu du pays, il revêt les caractéristiques d’un axe de symétrie : partant du Gothard, le Rhône s’écoule vers l’ouest, le Rhin vers l’est. Les deux s’écartent du Gothard et pénètrent par la suite dans des vallées transversales. Tant le Rhône que la Reuss et le Rhin percent les Alpes en direction nord. Seuls ces trois cours d’eau sont à l’origine de cols qui conduisent en ligne directe vers le sud. Cette même symétrie d’axe se retrouve aussi du côté sud, où la Valteline à l’est et la vallée d’Aoste à l’ouest forment à leur tour un genou par rapport à l’axe et s’éloignent vers le sud.

C’est avant tout sur le Plateau que la ligne Aare-Reuss forme un axe de symétrie important. La région

traversée par les principales artères se trouve sur territoire argovien.

traversée par les principales artères se trouve sur territoire argovien.

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 17:47

Nous voilà à la fin de ces 50 affiches qui ont été placardées sur les murs de la ville de Genève et qui au court des siècles a rythmé la vie de la cité et renseigné la population des intentions ou des restrictions de l’autorité. Il y en a eu bien d’autres qui s’affichèrent sur les murs de la ville, mais cette sélection a démontré la diversité des préoccupations que pouvait avoir les autorités à certains moments de son histoire.

Reste donc à parler d’une célèbre affaire d’affiche qui concerne la France et un peu la Suisse.

Georges Detersannes, rappel que les affiches collectées et précieusement gardées dans les musées, n’est que le sommet de l’iceberg et que parfois des historiens palabrent sur le contenu d’une affiche disparue, sans que ceux-ci en disent la vérité. Detersannes nous apprend ainsi l’étonnante trouvaille sur une affiche qui concerne la grande Histoire de France.

« Parfois cependant le hasard ménage d’heureuses surprises et le document que l’on croyait perdu à tout jamais réapparaît, bouleversant bien des positions acquises.

J’en donnerai pour exemple l’affaire des « Placards » - contre la messe – lesquels furent affichés par des extrémistes protestants, jusqu’à la porte même des appartements de François Ier à Paris dans la nuit du 17 au 18 octobre 1534. Il eût pu n’y avoir là qu’un incident banal. Mais dont les prolongements revêtirent une importance exceptionnelle.

Ses conséquences tragiques, politiques et religieuses, apparaissent comme corolaires d’une flambée de persécutions dont cette affaire fut le prétexte et l’occasion. Elle porta un terrible coup à la Réforme française et détermina Calvin, dans la première semaine de 1535, à l’exil. Il se réfugia à Bâle. Ces « Placards » dont tous les originaux disparurent aussi soudainement qu’ils étaient apparus, ne nous furent connus pendant quatre siècles que par un texte apocryphe, publié en 1564, texte qui n’éveilla pas le moindre soupçon et fut repris jusqu’à nos jours par tous les historiens, faisant couler des flots d’encre.

L’heureuse surprise se produisit en 1943 à la bibliothèque de Berne où un exemplaire authentique de cette affiche fut découvert, révélant que la version considérée exacte depuis des siècles avait été remaniée et interpolée.

Sa rédaction s’éloignait fort de celle de l’original. »

Source du document, Des Siècles d’Histoires à Genève, de Georges DETERSANNES, Spicilège Extime.

En collaboration, Musée de l’Affiche et du Tract. 1971

Repost 0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 15:40

Le texte du Pacte de la Société des Nations fut adopté en séance plénière de la Conférence de la Paix, le 28 avril 1919. En ce même jour, la Conférence unanime désigna Genève comme siège de la Société des Nations. Dès le lendemain, la ville pavoisa spontanément et acclama, sur les diverses places où elle intervint, la lecture de la proclamation de son gouvernement.

Genève internationale

Source du document, Des Siècles d’Histoires à Genève, de Georges DETERSANNES, Spicilège Extime.

En collaboration, Musée de l’Affiche et du Tract. 1971

Repost 0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 16:31

L’année 1832 fut pour la Suisse une année de tensions intérieures, et même dans le canton de Bâle, d’affrontements militaires. Aussi, le premier août, sur proposition du canton d’Argovie, la Diète Fédérale décréta-t-elle que chaque année, le troisième dimanche de septembre serait célébré par tous les cantons comme jour officiel de jeûne et d’action de grâces.

Genève était synchrone, à l’époque, avec le reste du pays.

Le rappel que les autorités genevoises font, en 1847, de cette mesure, intervient alors que la Diète fédérale s’est séparée sans avoir pu résoudre les difficultés qui culmineront bientôt dans la guerre civile du Sonderbund.

Source du document, Des Siècles d’Histoires à Genève, de Georges DETERSANNES, Spicilège Extime.

Repost 0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 16:48
On fait la fête

Le 7 octobre 1846, la révolution genevoise met en échec le gouvernement conservateur, qui démissionne le lendemain. Le 9 octobre, le Conseil Général dissout le Grand Conseil et élit un gouvernement provisoire. Un nouveau Grand Conseil est convoqué pour le 24 octobre. Cette « reconstitution du Pouvoir Législatif » fournit l’occasion d’honorer les 22 Etats de la Confédération Suisse, alors divisés par le Sonderbund. Dans la guerre imminente, le signataire de l’affiche commandera la première division qui s’emparera de Fribourg et du Valais.

[La révolution eut lieu ici.]

Source du document, Des Siècles d’Histoires à Genève, de Georges DETERSANNES, Spicilège Extime.

Repost 0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 17:11
Les vacances scolaires

« La République est au Collège », cette appréciation se vérifie dans l’éventail des temps de répit accordés aux collégiens.

[Primo, secundo, tertio, quarto, quinto, sexto, septimo, octavo, nono, decimo, undecimo, duodécimo.]

Source du document, Des Siècles d’Histoires à Genève, de Georges DETERSANNES, Spicilège Extime.

Repost 0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 14:50
Libre !

Au terme de la première année de son indépendance recouvrée, la population genevoise est invitée par ses magistrats à commémorer dans l’ordre et la décence l’anniversaire du grand événement qui « fut acheminé par un concours inouï de causes inattendues. »

[L’interdiction des coups d’armes à feu, de boîtes ou de pétards…, on retrouve les boîtes à tirer, qui étaient des boîtes à poudre noire et qui provoquaient un grand boum lorsque l’on allumait la mèche, ceci afin de faire du bruit.]

Source du document, Des Siècles d’Histoires à Genève, de Georges DETERSANNES, Spicilège Extime.

Repost 0
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 16:19
La fin de Napoléon

Au début de février 1814, une contre-offensive française fut déclenchée. Elle permit, dès le 1er mars, l’occupation du Pays de Gex, puis celle des bords de l’Arve, Carouge compris. Genève était donc en péril.

Cependant, la prise de Lyon par les Autrichiens, intervenue le 21 mars, entraîne aussitôt l’évacuation de Carouge. En marge de la convention relative à l’interruption des hostilités dans le secteur d’opérations englobant Genève, la grande histoire enregistre la fin de l’ère impériale et le début du règne de Louis XVIII.

[Le Général Serrant, un cas dans l’Empire.] Joseph Serrant sur Wikipédia

Source du document, Des Siècles d’Histoires à Genève, de Georges DETERSANNES, Spicilège Extime.

Repost 0