Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 18:28

La Fête de 1865

La quatrième Fête donnée au cours du XIXe siècle eut lieu en juillet 1865. La chronique assure qu’elle fut splendide comme mise en scène. Trois arcs de triomphe furent, comme en 1851, élevés sur la place du Marché, pour l’entrée triomphale des troupes. Les estrades, construites de face et latéralement, pouvaient contenir 11'000 spectateurs.

Estrade orientale, photo prise depuis l'estrade principale, faisant face à la Grenette.

Estrade orientale, photo prise depuis l'estrade principale, faisant face à la Grenette.

Mais 1865, c’était l’époque des crinolines et on parla beaucoup des ennuis que procurèrent ces soi-disant et encombrantes parures…

L’assemblée du 10 janvier 1864 fixa la Fête sur les 26 et 27 juillet, et la publication eut lieu le 21 mai 1865. (On remarquera que les organisateurs s’y prennent, dès ce moment, plus d’une année à l’avance pour faciliter le recrutement et l’organisation.)

Malgré une pluie persistante, durant toute la première journée, la représentation se poursuivit d’un bout à l’autre grâce à la patience et à la persévérance des figurants et des spectateurs. Les deux journées qui suivirent furent favorisées d’un rutilant soleil, et les costumes n’avaient aucunement perdu leur fraîcheur.

.

[Commentaire : Par deux fois déjà, l’auteur du livre nous parle d’un « rutilant soleil »…, traduction, rouge soleil. Pour moi, le soleil est ardent en journée et au coucher de celui-ci, il lui arrive d’être rutilant.]

M. Vernes-Prescott, auteur d’un ouvrage dont nous avons déjà parlé, spectateur des Fêtes de 1833 et 1851, a assisté aussi à celle de 1865. Nous extrayons ces passages des élogieuses pages qu’il consacra à notre manifestation veveysanne :

L’abbé-président – Louis Bonjour, conseiller d’Etat – porte avec aisance crosse d’or, tricorne à plume blanche, habit brun brodé de jais, culotte brune, bas et gants de soie violets. Les commissaires n’ont rien de commun avec ceux de 1851 ; ils ont aujourd’hui un habit vert à boutons argentés, gilet blanc et pantalon de triège (tissu de lin naturel tissé de coton bleu). La soie du brassard, celle de la cravate et du ruban du chapeau varient de couleur suivant les subdivisions auxquelles ils appartiennent. Le chapeau est de paille, coquettement orné d’une jolie grappe de raisin.

Cet élégant costume ne me fait point oublier les commissaires des Fêtes précédentes au vaste chapeau claque, habit, culotte et bas de soie noirs avec fringants escarpins.

A un signal donné les trois troupes font leur entrée solennelle aux accents de l’excellente musique de Palès. Les trois chars de triomphe (Palès, Cérès, Bacchus), ces cortèges magnifiques, cette belle jeunesse, vrai « printemps de l’année », ces costumes délicieux, cet ordre merveilleux, cette grâce, cet entrain, ces saisons qui se confondent en un hymne universel pour rendre un sublime hommage à l’agriculture, tout cela forme le plus majestueux ensemble et fait vibrer toutes les cordes du cœur !

Ajoutons que le vin offert par l’Abbé aux deux vignerons couronnés est du cru de cette année 1865, pressé et offert par M. Leyvraz, lequel a accompagné ce don de deux corbeilles de magnifique raisin mûr.

L’Invocation à Palès brille par des élans d’une touchante poésie. La magnifique voix de M. Landolt leur prête un charme nouveau. Il y a surtout comme rentrée dans le chœur un motif de valse délicieux.

Le soliste a donné une grande valeur à la mélodie de ces deux vers :

L’oiseau traverse l’air d’un élan plus agile ;

La primevère éclate en bouquets gracieux.

Et le chœur reprend :

Jeunesse de l’année,

O saison fortunée,

Parmi nous ramené

Honneur, amour à toi.

L’enthousiasme a été général. C’est un succès qui tient une grande place dans la vie d’un chanteur.

Le grand-prêtre de Cérès est M. Wetter, de Saint-Gall, amateur millionnaire, dont la belle voix de baryton fait valoir la strophe d’invocation :

Salut, déesse des blés mûrs,

O mère, ô nourrice des hommes.

Le grand-prêtre de Bacchus est M. Barberat, de Genève, renommé pour sa voix de basse. Il a pris un fort louable élan à ces paroles :

Tu viens de ton nectar

Désaltérer la lèvre du jeune âge,

Et retremper la force du vieillard.

Qui donne à la vieillesse des éclairs de gaîté,

Qui berce la souffrance dans un songe enchanteur.

Puis dire que dans cette strophe il a « transporté » son public :

C’est Bacchus qui donne à nos collines

Son philtre précieux,

Dont l’enivrante extase et les ardeurs divines

Transportent l’homme aux cieux.

M. Sciobéret, le peintre heureux des mœurs fribourgeoises, a fait tout simplement un chef-d’œuvre en écrivant sa Bacchanale. Dans quel Yvorne pétillant avait-il donc trempé sa plume !

De tout temps la Noce fut le dernier tableau de cette suite de scènes copiées d’après nature. Les heureux époux sont précédés de grands-parents et suivis – heureuse innovation – de couples aux costumes des vingt-deux cantons. C’est bien le défilé le plus attrayant qu’on puisse imaginer. Mais s’il faut choisir ce qu’il y a de mieux, prenons Fribourg, Berne et Lucerne. Chaque couple s’enlace et disparaît dans le tourbillon d’une valse de Lauterbach. [La valse de Lauterbach, tel est le titre joué, compositeur inconnu, valse d’origine Allemande.] C’est le bouquet de la Fête ! C’est le rideau qui se baisse sur cette sublime glorification du travail de la terre !

À remarquer que c’est donc en 1865 que l’on forma, pour la première fois, le groupe de la Noce composé de vingt-deux couples portant les costumes de nos cantons suisses.

Le livret publie les noms des artistes officiels de la Fête qui sont : Jules Mülhauser, poète officiel ; François Grast, compositeur de musique ; Henri Plumhof, directeur de musique ; Benj. Archinard, maître des ballets ; Pierre Lacaze, dessinateur des costumes ; Louis Taverney, architecte ; Ernest Burnat, directeur des décors.

Parmi les collaborateurs de M. Mülhauser, il y eut Pierre Sciobéret, Victor Buvelot, Louis Favrat et Marc Monnier, auquel on doit la belle « Invocation » à Cérès.

Pour la Fête de 1865 il a été fait appel à un assez grand nombre de corps de musique. Nous y trouvons la fanfare de Brunnen pour les anciens Suisses ; les musiques de Vevey (Bacchus), Lucerne (Cérès), Berne (Palès), Lausanne (vignerons), Zurich (la noce), Schwyz (les jardiniers).

La partition indique que La Marche triomphale est exécutée par cinq orchestres d’harmonie (il s’agit sans doute de musique d’harmonie) pendant l’entrée des différents cortèges. L’invocation à l’Agriculture est accompagnée de Trombones et Cors. Le Ballet du printemps et la noce villageoise ont, pour accompagnement, un Orchestre champêtre. Le Chœur général comprend 1500 chanteurs.

Le programme général prévoyait, pour le 26 juillet, une représentation sur la Grande-Place avec défilé dans la ville, banquet sur la promenade du Rivage, et fête vénitienne. Pour le 27 juillet, représentation sur la place, défilé et danse de toutes les troupes dans les principales rues de Vevey et La Tour-de-Peilz, puis bal des figurants en costume.

Trois estrades, en amphithéâtre, entouraient l’espace où s’exécutaient les chants et danses. La plus grande, faisant face à la Grenette, pouvait contenir 6500 personnes ; la deuxième, au couchant, 2500, et la troisième, à l’orient, 1500. [La tribune principale regardait la ville et non le beau paysage du lac.]

.

L’enceinte pouvait facilement laisser libre jeu aux 1200 figurants lors des productions.

Un grand album (dépliant) fut édité, où était représenté le cortège, en noir. On n’y voit plus l’arche de Noé, mais, dans la troupe du printemps, figure une tonnelle fleurie avec de jeunes enfants. Dans la troupe d’automne, sur un char, on contemple un petit pressoir devant lequel se trouve un couple de vignerons vaudois.

.

Il fut en outre lithographié de belles planches, de 60 centimètres sur 41, représentant les troupes d’Honneur, du Printemps, d’Été, d’Automne et d’Hiver, avec un grand sujet central et, en frise, de jolis détails de figurants en groupe ou isolés.

La fête en chiffres

1 200 figurants

3 représentations

Les places coûtent entre 1 et 40 francs

La Fête coûta 144 460 francs

Déficit 10 861 francs (un tiers à la charge de la Confrérie, le reste à celle des actionnaires)

Financement : souscription volontaire, émission de 1 000 actions à 40 francs (qui n’a pas été un succès.)

Souscription publique

Souscription publique

Repost 0
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 16:51

La Fête de 1851

Il se passa dix-huit ans avant que fut entreprise l’organisation d’une nouvelle Fête des Vignerons.

Entre-temps, en 1847, les statuts de l’Abbaye furent révisés, et c’est sous le nom de Louable Confrérie des Vignerons que nous la retrouvons. Elle décide que la solennité serait fixée sur les 7 et 8 août 1851. La décision fut prise par l’assemblée du 29 décembre 1850, et la publication eut lieu le 25 mai.

La Troupe de Palès 1851

La Troupe de Palès 1851

Un auteur inconnu publia, au début de 1851, un ouvrage intitulé : La Fête des Vignerons et les Rives du Léman et qui débute par un avant-propos disant :

Heureux voyageurs qui parcourez, cette année, la Suisse, venez tous voir la merveille du Léman, la Fête des Vignerons, qui se célèbrera les 7 et 8 août, à Vevey.

Puis suit une notice historique sur les origines de la Confrérie et de sa Fête.

L’auteur a dû s’informer du programme de la Fête car il publia les renseignements suivants qui nous fixent sur ce qu’il est prévu de nouveau :

J’apprends que l’amphithéâtre, sur la Grande-Place, sera barré par de grandes portes (arcs de triomphe par où pénétreront les divers corps.) [Ces portes furent dessinées par le peintre François Bocion.] Il y aura ainsi les portes de Palès, Cérès et Bacchus. Les estrades pourront contenir 8000 personnes. Le tout sera richement décoré et rien ne sera épargné pour donner à la Fête tout le lustre possible.

Bacchus sera traîné par quatre chevaux blancs, conduits par des Indiens en costumes très rutilants. Les déesses Palès et Cérès, dans des chars aux dais brillants, seront traînées par des bœufs blancs aux cornes dorées. La scène du couronnement sera de toute beauté : l’invocation des Suisses à la vieille Liberté Helvétique, par M. Richard, d’Orbe, musique de M. Grast, de Genève, exécutée par 160 musiciens, est grandiose et toute nationale. L’invocation à la Divinité, qui sera chantée par 500 chanteurs, 200 enfants, et accompagnée de plus de 200 musiciens, promet d’être parfaite comme exécution ; la musique en est sévère, et le chant large de M. Monnier restera longtemps dans la mémoire. Les chants doux et suaves de la troupe du Printemps et de celle de l’été, puis la grande Bacchanale, sont autant de morceaux qui feront fureur ; les intermèdes, remplis de finesse, du rémouleur, du meunier et de la noce, feront le plus grand plaisir. Joignez à cela les gracieux ballets des bergers, des jardiniers, des vignerons et d’autres corps, composés par M. Archinard, et vous aurez une juste idée de l’ensemble et du lustre de cette manifestation.

Chacun voudra aussi entendre le Ranz des Vaches et les chants en patois dans toute leur simplicité. Les soli seront exécutés par MM. Mülhauser, Massol et Coindet. Quant à la richesse des costumes, ils ne laisseront rien à désirer.

L’abbé-président était M. François Déjoux, négociant en vins.

M. Mülhauser, à qui fut confiée la composition du livret, s’entoura de collaborateurs : Albert Richard, Marc Monnier, Petit-Senn, Oyex-Delafontaine.

Le musicien genevois François Grast avait composé une partition qui contribua au succès éclatant de la Fête.

C’est un jeune Anglais, en séjour chez nous, qui représenta Bacchus. [Pourquoi ! N’y avait-il pas un jeune garçon de Vevey pour ce rôle ? Ou alors, le riche papa Anglais a payé pour obtenir ce privilège ?]

L’enthousiasme populaire doit être contenu à l’entrée du char de Bacchus dans l’arène de la Fête des Vignerons 1851,

L’enthousiasme populaire doit être contenu à l’entrée du char de Bacchus dans l’arène de la Fête des Vignerons 1851,

Les couplets chantés par le rémouleur obtinrent un succès extraordinaire ; ils étaient dus à la verve du spirituel poète genevois Petit-Senn. Le refrain était :

Je fais piquant, je rends poli

Ce qui n’est plus neuf ou joli.

Et voici quelques-uns des couplets :

Vignerons, par moi vos outils

Coupent sans cesse à votre guise ;

Mais pour vos brillants appétits,

C’est le travail qui les aiguise.

***

Gens de tant d’orgueil revêtus,

Dont la race en tous lieux abonde,

Venez, je vous rendrai pointus

Et vous percerez dans le monde.

***

Orateurs dont les longs discours,

De nos Conseils font la détresse,

Venez, je vous rendrai plus courts,

Et l’on bénira mon adresse.

Le repas fut servi à un millier de participants sous les marronniers de l’Aile ; « il fut – dit la chronique – simple et frugal, mais une gaîté du meilleur aloi ne cessa d’y régner. »

Les musiques participant aux Fêtes étaient, en premier lieu, ce que la chronique appelle des « joueurs d’instruments ». Il est fait mention, au début du XIXe siècle, de la « Musique Hoffmann », laquelle, constituée par un groupe assez important d’exécutants, était très connu et fort populaire à Lausanne, Vevey et dans le canton. On trouve ladite Musique déjà mentionnée aux manifestations des « Patriotes » du banquet des Jordils (Ouchy) en 1792.

Les Hoffmann se succédèrent de père en fils jusqu’à l’extinction de la branche vers 1880.

L’un d’eux, Jules-Louis (1812-1898), fut trois ans organiste et maître de musique au Collège de Vevey.

En 1819, il est simplement mentionné que : Les musiques exécuteront, après le couronnement des vignerons, l’air : « O ma Patrie ! O mon Bonheur ! » Il est parlé aussi d’une Fanfare des trompettes des Suisses et de Tambours et Fifres. En 1833 on lit que : 90 musiciens exécuteront l’air : « Où peut-on être mieux qu’au sein de sa Patrie ? » En 1851 ce sont les trois musiques (Palès, Cérès et Bacchus) qui entonneront la Marche triomphale d’entrée. Il est mentionné, pour les accompagnements : Musiques de cuivre et orchestres d’harmonie.

Il fut publié cinq grandes planches de 50 centimètres sur 36, représentant les troupes d’honneur, de Palès, de Cérès, de Bacchus et de la Noce, en cortège avec chars et attributs. En plus il y eut deux planches : vue d’ensemble sur la Grande-Place.

Dès 1851 il fut édité et mis en vente une partition, avec accompagnement de piano, des chants et airs de ballets exécutés aux Fêtes des Vignerons.

Les Chiffres :

900 figurants, 3 représentations

Les places coûtent entre 1 et 5 francs

La Fête coûta 64 850 francs

Déficit 20 367 francs

Commentaires : On s’aperçoit que la Fête suscite de l’intérêt dès ses débuts, pour enfler et arriver à un statut presque définitif en 1851. Pourtant, on constate aussi qu’un déficit est signalé à chaque fois, et il faudra attendre 1889 pour voir un bénéfice. Pour ce XIXe siècle, il semble que la Fête doive grossir encore, avec plus de participants, plus d’estrades, plus de public et plus d’ambitions, peut-être, des organisateurs.

Repost 0
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 16:43

La Fête de 1833

La seconde Fête du XIXe siècle eut lieu les 8 et 9 août 1833. La décision fut prise dans l’assemblée générale du 16 février, et la publication eut lieu le 4 juin.

La réussite de la manifestation faillit être compromise par deux événements qui eurent un certain retentissement et durent préoccuper sérieusement les organisateurs :

1. Ensuite de troubles politiques provoqués par la révision du Pacte fédéral, la Confédération leva des troupes pour occuper Schwyz et Bâle-Campagne. Or, trente-quatre figurants furent mobilisés. Par bonheur, des « réservistes » montreusiens s’offrirent pour les remplacer momentanément, et ce geste amical fut apprécié comme il convient, tant par les organisateurs que par les dispensés qui, le lendemain de la Fête, allèrent relever leurs aimables frères d’armes.

2. Des piétistes s’étaient efforcés de condamner à grands fracas le spectacle restaurant le culte des faux dieux. Cette provocation souleva des polémiques et même des vifs mouvements d’irritation, car la population jugeait inacceptable ces tracasseries et ces actes d’intolérance.

Tout finit par s’apaiser pour le plus grand bonheur de chacun !

Le service des bateaux à vapeur, qui fonctionnait depuis 1825, contribua à l’arrivée d’un grand nombre de spectateurs. Des estrades, sur la Grande-Place, pouvaient contenir 5000 personnes.

David Glady, qui arrangea à sa façon la musique de la Fête de 1819, avait un fils, Samuel, qui composa pour la première fois de la musique spécialement destinée à la Fête des Vignerons. Doué d’une belle voix, il chanta lui-même l’air d’un des grands-prêtres, tandis que son père dirigeait, comme en 1819, la musique et les chœurs.

Le maître de danse Constantin s’occupa de nouveau des ballets.

Relevons que le nom de Société de l’Agriculture n’a pas été conservé : « Cette Société porte maintenant le nom d’Abbaye des Vignerons », est-il dit dans le livret, qui débute par une Notice sur l’origine de la Fête des Vignerons de Vevey. Et cette notice déclare que :

L’époque de la célébration de cette Fête varie suivant les circonstances. Ayant pour but de récompenser le vigneron de ses fatigues, on a soin pour cela de choisir des années de récoltes abondantes, exemptes de tous genres de fléaux, parce qu’alors rien de pénible ne vient se mêler, dans ces jours, aux jouissances de l’agriculteur.

L’abbé qui présidait aux destinées de l’Abbaye était M. Vincent Doret.

L’ordre de parade fut à peu de chose près le même qu’à la Fête de 1819. Bacchus et les deux déesses sont toujours portés, ces dernières par quatre nymphes et deux de rechange. Une adjonction est faite dans le livret. Après le nom de « faunes », pour les profanes sans doutes, est accolé le mot explicatif : « Sauvages ». Le char de Noé est indiqué : « avec sa famille de huit enfants ». Le corps des Suisses est composé de 1 Capitaine ; 4 Lieutenants ; 1 Enseigne ; 81 Soldats ; 10 Musiciens ; 4 Tambours et Fifres.

Voici – lit-on dans le livret – le programme des chants et danses, qui seront exécutés, devant le centre et l’estrade et, ensuite, sur certaines places de la ville :

Bacchus

Bacchus

Division des Bergers et Bergères, Jardiniers et Jardinières : Hymnes, Chœurs, Ballet, accompagnés d’une petite scène d’orage.

Division de Palès : Hymne, Récitatif, Invocation, Chœurs, etc., suivis d’un Ballet dansé par les Faucheurs et les Faneuses, avec leurs instruments aratoires.

Division des Vachers : Chant rustique, et quelques couplets du Ranz des Vaches.

Division de Cérès : Hymne, Récitatif, invocation, Chœurs, etc., suivis d’un Ballet dansé par Moissonneurs et Moissonneuses, avec des cerceaux.

Division des Vignerons du Printemps : Simulacre de leurs travaux, avec chants rustiques.

Division de Bacchus : Hymne, Récitatif, invocation, Chœurs, etc., suivis d’un Ballet dansé par les Faunes et Bacchantes, avec des thyrses et des tambours de basque.

Division des Vignerons d’automne : Simulacre de leurs travaux, accompagné de chants rustiques.

Division de la Noce villageoise : Couplets chantés successivement par le Baron, le Notaire, les amis de noces, les vieillards, etc. Pasquinades et réjouissances de la noce.

Après le défilé devant l’estrade et la procession en ville, les figurants assisteront, sur la promenade de Derrière-l’Aile, à un banquet qui terminera la première journée. »

A part le livret, il fut édité, en 1833, trente planches de 50 centimètres de longueur sur 21 de hauteur, figurant tout le cortège, dessiné et reproduit en noir. Dans beaucoup de familles de chez nous on a retrouvé de ces planches collées, sous la forme d’un grand rouleau. Quelques-uns de ces derniers ont été coloriés par des amateurs et même par des artistes – par exemple Théophile Steinlen – et ont acquis de ce fait une grande valeur.

Fête des Vignerons [8]

Les chiffres

780 figurants

2 représentations

Les places coûtent entre 1 et 3 francs

La Fête coûta 27 007 francs

Déficit 8 121 francs

Repost 0
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 17:18

La fête de 1819

De rudes calamités marquèrent la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle : Révolution française, épopée napoléonienne, guerre générale, etc. Deuils et misères succédèrent aux années tranquilles. Aussi fallut-il attendre la signature de la paix, en 1815, pour que la vie reprît un cours normal et que le Conseil osât envisager l’organisation d’une nouvelle Fête des Vignerons. De très mauvaises années, 1816 (année sans été) et 1817, retardèrent encore la décision, mais deux belles récoltes leur succédèrent en 1818 et 1819. En présence du résultat de la vendange de 1818, et constatant, en hiver déjà, les heureuses perspectives de celle de 1819, une nouvelle Fête fut envisagée.

La Fête de 1797 – rappel qui ne manque pas d’intérêt – fut célébrée à la veille de la Révolution vaudoise, événement qui s’accomplit sans effusion de sang, le 24 janvier 1798. Le 14 avril 1803, le Grand Conseil nomma le pouvoir exécutif : Petit Conseil, nouveau gouvernement qui se mit à l’œuvre sous les auspices de la Constitution qui venait d’être adoptée.

Dans les procès-verbaux de la Confrérie, aucune mention ou allusion n’est faite relativement à ces événements. Toutefois, dans le livret officiel de la Fête qui les suivit, en 1819, on lit ce qui suit :

Les événements politiques survenus ces années dernières sont encore présents à notre mémoire ; les années calamiteuses que nous avons traversées, si heureusement comparativement à d’autres peuples, sont trop récentes pour les avoir oubliées ; il est donc inutile de rappeler que ce concours de circonstances a mis un intervalle de vingt-deux ans entre la dernière Fête et celle que nous allons célébrer, avec d’autant plus de plaisir et de satisfaction qu’à des années de discorde et de deuil, a succédé pour l’Europe une paix générale fondée sur un système protecteur des petits Etat comme des grands.

Autre fait – à la même époque – intéressant à rappeler : sur notre Grande-Place, le 13 mai 1800, notre population assista à un spectacle d’un genre bien particulier, ce fut celui du général Bonaparte qui, se rendant en Italie, inspecta un corps de 6000 soldats prêts à traverser le Grand-Saint-Bernard.

C’est dans une assemblée générale du 21 janvier 1819 que fut décidée la Fête, pour les 5 et 6 août, et la publication y fut fixée sur le 18 mai.

Au cours du XIXe siècle, les Fêtes vont se succéder, à intervalles irréguliers, apportant à leurs programmes des nouveautés propres à en rehausser l’éclat et la solennité. Ce qui nous permettra le mieux de faire ressortir la comparative progression de ces programmes, c’est de puiser dans le livret – régulièrement édité – et dans les écrits de l’époque les détails les plus caractéristiques de chacune des Fêtes.

Nous voyons, en 1819, toujours sous la dénomination de Société de l’Agriculture, le Conseil entreprendre avec soin l’organisation de la Fête. Une estrade pouvant contenir 2000 personnes fut dressée sur la place du Marché et des stations de danse furent choisies en ville. Des Cent-Suisses, des jardiniers, des armaillis avec troupeaux, furent adjoints au cortège. Un maître à danser, M. Constantin, éduqua les figurants.

Les organisateurs commencèrent à se préoccuper davantage de la partie musicale. Un professeur de musique à Vevey, M. David Glady, fit un arrangement de paroles de circonstance sur un certain nombre d’airs de son choix.

Si les rôles de faneuses, moissonneuses, bacchantes, étaient encore tenus par des jeunes gens (à cause de la fatigue) [Qu’ils disent… !], les déesses furent, pour la seconde fois, représentées par de gracieuses et mignonnes jeunes filles.

A la fin du livret officiel ont été adjointes huit bandes de 45 centimètres sur 18, sur le papier desquelles sont dessinés les coquets costumes des figurants et les chars.

Cortège 1819

Cortège 1819

Le cortège comprenait 730 figurants.

.

De nombreux chants, dans chaque corps, sont exécutés en chœur – dont le Ranz des vaches par les armaillis – ou en soli. Parmi ces derniers, on remarque celui de la prêtresse de Palès, de celle de Cérès, du grand-prêtre de Bacchus, du Baron, du Notaire, du Ramoneur.

.

Si les costumes étaient assez simples, les coloris vert, bleu, rose, rouge, faisaient déjà le ravissement des spectateurs.

.

A la Fête de 1819 les costumes des figurants restèrent à leur charge, petit sacrifice qui a continué d’être accepté par la population aux Fêtes suivantes. Toutefois, quand le résultat financier l’a permis, tout ou partie de ces frais a été remboursé.

.

A noter qu’en gens pratiques, les organisateurs de 1819 s’arrangèrent pour que les costumes puissent être portés ensuite, débarrassés des ornements officiels. Cette prévoyante mesure fut appliquée jusqu’en 1865.

.

Dans le « manual » de la Confrérie, il est relevé que :

Jamais la ville de Vevey n’a offert un coup d’œil plus ravissant par la multitude d’étrangers de toutes conditions et de tout âge qui affluoient attirés par la nouveauté du spectacle.

Repost 0
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 18:10

Commentaires :

Pour le moment on ne dit mot sur la participation financière du public. Il semble, à la lecture, que le spectacle est gratuit pour la foule. De timides jeunes filles jouent le rôle de Déesses, alors que les Bacchantes sont jouées par des jeunes gens. Les femmes ne pouvaient s’exhiber ainsi en public. Après la Révolution Française et Vaudoise, cela change, la participation des femmes est plus évidente.

Pour les Fêtes à venir, il y aura plus de tribunes, plus de participants, plus de tableaux et bien sûr plus de public. S’il n’est dit combien devait payer les foules en délire pour participer au spectacle ou au repas, je peux imaginer qu’ils devaient bien payer quelque chose… mais combien ? Pour la suivante, celle de 1819, j’ai pris connaissance de quelques informations sur ce qu’ont coûté la Fête et les prix des places ; les places coûtent entre 1 et 3 francs ; la Fête coûta 16 254 francs ; déficit de 9 666 francs ; pour deux représentations.

Fête des Vignerons [6]
Repost 0
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 16:26

La Fête de 1797 [Considérée comme la première]

Des appréciations élogieuses telles que celle qui vient d’être mentionnée – reçues sans doute de sources diverses – n’ont pu laisser indifférents les organisateurs, membres des Conseils, qui, noblesse oblige ! se sont rendu compte qu’ils devaient aller de l’avant en progressant, leur réputation étant en jeu. Aussi, la Fête, décidée en principe pour 1795, fut renvoyée à l’année 1797. Cela permit de préparer un programme plus complet, dans lequel entra une organisation des troupes selon les saisons de l’année : printemps, été, automne et hiver. Bacchus et Cérès firent bon accueil à Palès, qui figura accompagnée d’un gracieux groupe de bergères. Voulant présenter les troupes dans toutes les règles, les dirigeants firent construire, sur la place du Marché, une estrade pouvant contenir 2000 spectateurs, devant laquelle vinrent chanter et danser les figurants, avant de répéter leurs productions sur diverses places de la ville.

Un procès-verbal, dressé le 8 juin 1797. Informe que :

Le Conseil et le Rière-Conseil, réunis pour connoître s’il y auroit lieu de faire assembler le Général (assemblée générale) de cette Société, afin de décider s’il convenoit et si l’on pouvoit faire la Procession de notre Confrérie dans le courant de l’année ?

Après un tour consultatif, il a été décidé, à la pluralité des voix, de fixer l’assemblée générale à dimanche prochain, à 6 heures du matin.

Bigre ! Voilà une heure bien matinale et qui, heureusement, n’a pas toujours été de règle…

L’assemblée devait en tout cas être convoquée très tôt, le jour de la bravade puisque celle-ci la suivait et, on vient de le lire, commençait ses productions à sept heures du matin.

A l’assemblée du dimanche 11 juin, il est minuté que :

L’assemblée décide presque unanimément qu’on faira cette Fête au mois d’août pour se réjouir surtout des flatteuses espérances qu’on a de la Paix !

Les Conseils fixèrent la parade sur le 9 août, avec publication le 18 juillet. Il est minuté que le 9 août, époque de la pleine lune, favorisera la marche des étrangers. C’était sans doute afin de faciliter les spectateurs qui venaient de nuit en char, à cheval ou à pied.

Détail cueilli à ce sujet dans un vieux manuscrit :

Pendant trois jours les voitures n’ont cessé d’arriver à Vevey. Les auberges étaient pleines jusqu’au galetas. Des lits et des chambres, empruntés dans les environs, ne suffirent pas et beaucoup de visiteurs couchèrent à la belle étoile. Le port, devant le Marché, était garni comme d’une petite flottille.

Innovation qui s’accorde avec le développement que prend la parade : un livret de vingt-quatre pages sort de l’imprimerie Chenebié & Loertscher. C’est dans « iceluy » que nous allons puiser les renseignements utiles pour donner une idée de l’importance des améliorations apportées à la manifestation, laquelle prend déjà grande allure.

Sur la couverture du livret est silhouetté l’abbé – M. Louis Levade – portant une longue crosse sous le bras. Les premières pages sont consacrées au « Discours prononcé par l’abbé au couronnement des vignerons ». Nous en extrayons ce qui suit :

Il n’est point en Europe de fête périodique plus intéressante que celle que nous allons célébrer. Il n’est point d’époque plus heureuse pour cette célébration que celle qui nous rassemble aujourd’hui : c’est celle de la Paix qui vient de se conclure entre la République française et la Maison d’Autriche. – C’est surtout celle de la Paix dont nous avons joui jusqu’à présent.

Pendant que nos voisins voyaient leurs vignes arrachées, leurs champs couverts de sang et de carnage, leurs maisons pillées et brûlées, nous mangions tranquillement notre pain à l’ombre de nos arbres couverts de fleurs et de fruits, nous vendangions et pressions nos raisins en paix. – Nos maisons, nos villes, nos campagnes retentissent de chants de joie et d’allégresse. Oh ! que nous serions heureux, si nous sentions toute l’étendue de notre bonheur !

La Fête que nous allons célébrer, avec toute la pompe et la décence qui lui convient, a pour but principal d’encourager l’Agriculture, en couronnant publiquement les honnêtes cultivateurs qui, par leur bonne conduite et leurs travaux assidus, ont fait rapporter à leur fonds tout ce qu’ils pouvoient produirent, et ont par-là mieux mérité de cette Société pendant le cours de ces dernières années.

Réponse des Vignerons couronnée (imprimée dans le livret) :

Répondre à tant d’honneurs ne nous est pas possible ; nos cœurs sont trop émus, nous ne pouvons parler. Ce n’est qu’en redoublant de zèle, de soins, d’activité, que nous pourrons prouver notre reconnoissance à la Société.

On remarquera la naïve mais si sincère simplicité de cette réponse, faite par le premier couronné.

Vient ensuite : l’Ordre de la Parade :

Ier partie : Le Printemps :

Le Hoqueton ; l’Abbé ; le Conseil ; un Enseigne ; une Musique ; Bergères dansantes ; une Prêtresse ; enfants de Chœur ; des Canéphores ; un Autel ; des Canéphores ; la Déesse Palès ; des Faucheurs ; des Faneuses ; un char de foin.

[Dans chaque saison, sauf l’hiver, il y a des Canéphores dont voici la signification, ICI.]

Ci-dessous l’Ordre de la Parade, avec les quatre saisons.

Ordre de la Parade

Ordre de la Parade

Bacchus était toujours promené sur son petit tonneau. Pour les déesses, on construisit des palanquins, surmontés d’un baldaquin élégamment drapé de tentures aux couleurs vives, et ce sont des jeunes gens (même des jeunes filles) qui les portaient.

On constate ainsi que la « parade » a pris, en 1797, l’importance d’un cortège qui ne manquait pas d’allure. Aussi comprend-on qu’un tel spectacle ait déjà attiré de nombreux spectateurs en notre bonne ville.

Le livret renferme des couplets démontrant que la partie musicale avait pris un peu plus d’importance aussi. On suppose que des paroles de circonstance étaient adaptées à des airs connus du pays. On y voit figurer un Hymne sur l’Agriculture, chanté au couronnement des vignerons. En voici les paroles :

O ! Toi divine et riche Agriculture

Nous te devons les trésors des humains :

De tes travaux tu pares la Nature,

Et l’abondance est versée par tes mains.

Chœur : respectable industrie,

Laboureur vigilant,

Nous vous devons la vie

Au sortir du Néant.

Tu fais fleurir l’art le plus nécessaire,

Mortel heureux, honnête Agriculteur :

Les biens, les rangs ne peuvent satisfaire,

C’est sous ton toit qu’on a la paix du cœur.

Chœur : Respectable…

Puis viennent les couplets de la prêtresse de Palès : Protège nos biens, nos troupeaux, Reine des Prés et des Bergères… ; le Chœur des Faucheurs ; les couplets de la grande-prêtresse de Cérès : Cérès, mère de l’abondance, entends nos vœux et nos accents… ; l’air du grand-prêtre de Bacchus : Favoris de Bacchus, Sylvains, Faunes, Bacchantes, fêtez tous avec moi le plus puissant des dieux… ; la ronde des Faunes et des Bacchantes ; la chanson des Tonneliers ; les couplets pour la Noce du village ; le couplet du Seigneur du village et la Ronde des jeunes gens à la Noce. Entre ces airs et scènes étaient intercalés des chœurs, récitatifs, etc., sans compter les danses, sur lesquelles il n’est pas donné de précisions.

La fin du livret est consacrée aux sentiments de reconnaissance exprimés par les dirigeants de l’Abbaye à l’égard de ceux qui contribuent au Fonds consacré à récompenser les vignerons. On y lit :

La Société d’Agriculture voue la plus vive reconnoissance à tous les bienfaiteurs dont les noms seront religieusement conservés dans ses Registres.

On remarquera que l’Abbaye dite de Saint-Urbain porte, à la fin du XVIIIe siècle, le nom de Société d’Agriculture.

Un voyageur, venu de France où il fut le témoin de quelques-uns des tragiques débordements provoqués par la Révolution, écrivit ceci à propos de la Fête des Vignerons de 1797 :

Divinités bienfaisantes, faites-moi passer d’un pays livré aux fléaux de la discorde et de la guerre, chez un peuple qui goûte les douceurs de la paix ; montrez-le-moi dans son plus beau jour, et que le spectacle touchant de ses fêtes me fasse croire à son bonheur !

A la vue de l’allégresse de notre population le jour de la Fête, le voyageur a dû constater que ses vœux étaient exaucés !

D’un ouvrage écrit par M. Vernes-Prescott sur l’Abbaye des Vignerons, nous extrayons les passages suivants d’une description de la Fête de 1797 :

Aux sons d’une musique éclatante le divin cortège s’avance sur la place. Bientôt toute son enceinte est garnie de faunes, de bacchantes, de tous les corps de divinités subalternes qui composent la cour de Bacchus et de Cérès. Quatre chars de triomphe portent les attributs des saisons. A cette vue, la foule d’idées attendrissantes que réveillent les tableaux de la vie champêtre ; celle des sentiments doux et consolants que fait naître l’image de son bonheur, viennent assaillir l’âme, et lui faire éprouver une joie pure comme la source qui la produit.

Et qu’on ne confonde point cette Fête avec ces imitations théâtrales qui, dans les grandes villes, nous laissent froids et indifférents ; ici les acteurs sont les agriculteurs eux-mêmes ; les actions de grâces qu’ils rendent aux dieux des campagnes ; leurs chants, leurs actes, les signes représentatifs de leurs travaux, de leurs jeux ; les expressions naïves de leur félicité, rien n’est fardé, tout est réel, et le tableau de cette journée se compose de ceux de toute leur vie.

Comme l’auteur de ces lignes a bien senti ce qu’était la Fête des Vignerons, comme il a compris le but visé par ses organisateurs, comme il s’est rendu compte de l’effort désintéressé des figurants, comme il a défini avec clarté qu’il ne s’agissait pas d’une imitation mais d’une originale création !

Si nous nous sommes étendus sur ces détails de la Fête de 1797, c’est que nous y trouvons la preuve indéniable que, si les précédentes « parades » ont obtenu un succès d’estime très mérité, cette fois-ci le spectacle a charmé les assistants, au point d’inspirer de flatteuses et élogieuses remarques, dépassant de beaucoup les descriptions habituelles d’un observateur voyant, pour la première fois, une manifestation populaire de ce genre.

Repost 0
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 17:28

1789, pendant ce temps en Europe ça bouge et la marche en avant de la Démocratie ne pourra s’arrêter. La Suisse sous influence, devra parois subir le pouvoir étranger, sans capacité à le repousser, d’autrefois ébloui par les lumières du miroir aux alouettes, être aveugle au destin. Le canton de Vaud sous la domination Bernoise, essayera sa révolution, ruera dans les brancards, sans vraiment être dans un total succès. C’est plus l’environnement global du canton dans la Suisse et la Suisse dans l’Europe, qui firent avancer les choses, jusqu’au Congrès de Vienne.

La Fête de 1791

Pour la première fois, à la Fête du 16 août 1791, la déesse Cérès fut représentée par une jeune fille, portée sur un gracieux palanquin.

[La Révolution Française aurai-t-elle influencé ce changement, puisque la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, n’est publiée qu’en septembre de la même année ?]

Une généreuse citadines, Mme Grenier-De Lom, fit cadeau de la robe de la déesse.

A remarquer que les attributs, même certains costumes, appartenant à l’Abbaye, étaient déposés chez un des membres du Conseil. Inventaire était dressé, et le dépositaire devait trouver deux cautions responsables.

Une heureuse innovation fut introduite, cette même année 1791, par

La création d’une caisse destinée à constituer un « Fonds » où seraient puisées les primes décernées aux vignerons les plus méritants.

Des dons, parfois importants, l’alimentèrent.

C’est dans une réunion des Conseils du 16 juillet 1791 que la bravade fut fixée sur le 16 août. Le procès-verbal ajoute :

Il a été décidé qu’on publiera la parade le 2 août avec des joueurs d’instruments.

Pour donner une idée de l’envergure prise par l’avant-dernière fête du XVIIIe siècle, reproduisons ces quelques observations faites par un spectateur, présent le 16 août 1791 :

Le spectacle était vraiment curieux et à la fois magnifique. Rien de plus vif et de plus plaisant que les danses, entre autres des bacchantes et des faunes. Les premières étaient, comme les autres, des hommes, mais si bien habillés en femmes que chacun y a été trompé. La prêtresse de Bacchus, savoir M. Tardan fils, a fait récitation, chant et il danse merveilleusement bien. Chaque troupe de vignerons et vigneronnes, de jardiniers et jardinières, d’effeuilleuses, etc., etc., a rempli son rôle au parfait. Nous nous sommes délectés les yeux et les oreilles. Il y a eu, à commencer de la Placette, devant la Maison de Ville, jusqu’à quinze représentations qui ont duré de sept heures du matin à quatre heures de l’après-midi sans interruption. Et quand les acteurs, au nombre de plus de deux cents, se sont mis, Derrière-l’Aile, à une table d’autant de couverts, le repas était délicieux à voir. C’est du jardin du Lieutenant Baillival, M. Couvreu, que nous avons regardé.

Les visiteurs étrangers ont été en admiration.

[A chaque fois que je lis dans un texte ancien, avant le milieu du XXe siècle, le mot « étranger » semble très souvent désigner tous ceux qui ne sont du coin ; c’est-à-dire dans ce cas et les autres fois, « Les visiteurs étrangers ont été en admiration », désignent possiblement des Genevois ou des Fribourgeois et autant de Français ou Savoyards par exemple.]

1791, les Conseillers

1791, les Conseillers

Repost 0
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 17:51

La Fête des Vignerons

Imaginons qu’un de nos aïeux ait laissé un témoignage écrit de ce qu’il vit, à Vevey, le 7 juillet 1730. Il aurait sûrement donné la composition de la bravade qui, cette année-là, parcourut joyeusement la ville pour se rendre au pré Falconnet : drapeau en tête, hoqueton, membres du Conseil, marmousets, suivis des vignerons et vigneronnes chantant et même dansant avec entrain. Notre aïeul aurait ajouté que la population avait joyeusement acclamé les vignerons, et – détail puisé dans le registre – il aurait signalé une innovation très goûtée : l’adjonction de Bacchus, joli jeune homme hissé sur un tonnelet et porté sur un brancard à dos d’hommes.

Notre aïeul-correspondant aurait, quelques années après, signalé que la bravade ne se ferait plus que tous les trois ans (dès 1741), et que le repas rassemblait toujours plus de travailleurs de la vigne. Le cortège s’amplifiait, attirant déjà de nombreux curieux venus des environs. Il aurait relevé aussi qu’outre les instruments aratoires, brantes, seilles, etc., on y vit paraître la « bossette ».

Une bossette

Une bossette

Un peu plus tard, Bacchus n’y figura plus seul. En effet, à la bravade du 2 août 1747, un gros garçon boucher du nom de Louis Richard représenta, en robe courte, genre tutu, la déesse Cérès, et parada majestueusement à cheval… Le jeune figurant fit entendre, au repas, un compliment qui se terminait par ces mots :

Ces peuples (de l’antiquité : Grecs, Romains) qui ont fait trembler l’Univers, ayant cru que Bacchus était le dieu du vin pour avoir enseigné aux hommes à planter la vigne, et Cérès – que j’ai l’honneur de représenter – la déesse des blés pour leur avoir appris l’agriculture, célébraient toutes les années des fêtes en leur honneur.

On constate ainsi qu’en 1747 la bravade a pris assez d’importance pour qu’elle ait le caractère d’une fête populaire, et qu’il est fait à ce moment-là un rapprochement avec les fêtes antiques. Mais il y a lieu de bien spécifier que le rapprochement n’est admissible qu’en ce qui concerne l’apparat et non le motif. Les anciens peuples fêtaient les divinités païennes, tandis que les dirigeants de l’Abbaye dite de Saint-Urbain, eux, voulaient glorifier le travail de la terre, particulièrement celui de la vigne. L’apparition de Bacchus et Cérès, dans la bravade, a donné, l’auteur du compliment adressé aux membres du Conseil en 1747, l’occasion de rappeler que les peuples de l’Antiquité, tout en honorant et vénérant les faux dieux et déesses d’alors, regardaient l’agriculture comme la plus noble de toutes les occupations et vivaient à la campagne, au milieu de leurs troupeaux, ainsi qu’il est dit dans le compliment.

de Rubens, Cérès, Bacchus et Vénus

de Rubens, Cérès, Bacchus et Vénus

Le rapprochement, sous cette forme, a sa raison d’être. Les dignitaires de l’Abbaye sont comparés à ceux qui, dans l’Antiquité, encourageaient l’agriculture, mais pas à ceux qui fêtaient et adoraient les faux dieux. Si, avant l’ère chrétienne, les organisateurs de solennités mettaient Bacchus, Cérès, Palès en première ligne dans leur programme, nos prédécesseurs – entre autres ceux du XVIIIe siècle – ont renversé les rôles : honorer, glorifier les travaux de la terre d’abord, et, pour le plaisir des yeux, pour agrémenter le cortège, laisser figurer le dieu du vin, la déesse des blés et, plus tard, la déesse du printemps, avec leurs suites colorées.

La Fête des Vignerons – comme l’envisageaient nos aïeux et comme l’a dit un éminent littérateur – est et reste « un hymne grandiose de reconnaissance à la gloire du Créateur ».

Et la Fête des Vignerons est – souvenons-nous-en ! – une création et pas une imitation !

L’importance et l’apparat donnés au cortège demandant plus de temps aux organisateurs, il fut décidé, comme nous l’avons dit, que les bravades n’auraient lieu que tous les trois ans. Et déjà la trompette de la renommée lançait son appel au-delà du territoire veveysan, faisant accourir, le jour de la bravade, des spectateurs venus de loin à pieds, à cheval ou en char.

En feuilletant les registres qui succédèrent à celui de 1647, nous relevons des renseignements permettant de suivre l’évolution de la Fête et son prodigieux développement.

Dans la séance du 29 juillet 1750, les Conseils, décidèrent que:

L’assemblée générale serait convoquée pour le 5 août. Tous les membres sont invités à s’y rencontrer sur la petite place, en uniforme et armes ordinaires, dans la propreté convenable et sans autres différences ni distinction que celles que les Règlements peuvent permettre.

Et voilà encore une indication intéressante :

Ce qui sera publié, pour la conduite d’un chacun, à Vevey, le 30 juillet 1750.

Ainsi, nous constatons qu’en 1750 déjà fut instituée cette « publication », petite cérémonie perpétuée à travers les âges, au cours de laquelle on proclamait officiellement la célébration de la Fête tel jour fixé par les Conseils. La publication fut avancée par la suite et eut lieu au mois de mai.

Nous constatons aussi qu’une assemblée générale précédait toujours la bravade.

Les membres du Conseil arborèrent, dès 1750 déjà, un habit vert, culotte blanche, chapeau de paille orné de la grappe de raisin, un baril en sautoir et à la main un bâton, surmonté d’une serpette. M. l’abbé était en habit violet, armé de sa crosse. Les membres de l’Abbaye, en culotte blanche, chapeau de paille, portaient aussi le baril en sautoir.

Dans un procès-verbal de 1765, nous lisons que :

La parade du 10 juillet fut la plus belle, la plus brillante, la plus nombreuse qui se soit vue jusqu’alors, à la grande satisfaction des spectateurs du lieu et de l’étranger.

Des chars assez décoratifs furent peu à peu adjoints au cortège : ceux de Noé, des tonneliers, etc. L’apparition de Cérès avait tout naturellement provoqué la venue d’un groupe de moissonneurs et moissonneuses portant des épis de blé ou une faucille.

En 1778 apparurent grands-prêtres et grandes-prêtresses accompagnés de canéphores, bacchantes et d’un groupe de faunes.

La conséquence de l’ampleur prise par le cortège fut que la Fête, prévue pour 1781, n’eut lieu qu’en 1783, et la suivante, prévue pour 1789, fut renvoyée en 1791.

Dès 1783 la bravade devait, en principe, s’organiser tous les six ans. Ceci provoqua, naturellement, une modification pour ce qui concerne la distribution des récompenses. Celle-ci eut lieu à époques plus rapprochées – dans la règle trois ans – tandis que la grande journée de réjouissances prenait des proportions rendant impossibles son organisation à trop courte distance.

Repost 0
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 17:53

Le « germe » de la Fête des Vignerons

Le secrétaire s’abstient de mentionner chaque année la promenade (devenue plus tard bravade, puis parade) ainsi que ce qui se passait à la collation. Toutefois la liste des libéralités de généreux donateurs atteste que l’agape ne devait manquer de rien. Ce qui est minuté, ce sont surtout les ordonnances en ce qui concerne les visites, les agrégations appelées immatriculations, la gestion des biens de l’Abbaye, les amendes, etc.

Sous la date du 28 juillet 1673 il est mentionné : Promenade et repas pris sous les arbres du pré Falconnet.

Nous voilà fixés sur un nouveau point du programme : c’est un repas qui est alors offert aux vignerons. Et, en 1700, il est minuté que le Conseil décide que l’assemblée générale prendra part à un souper modéré et qu’en cas qu’ils n’y ait pas assez de content (argent comptant) chacun du Général contribuera pour 4 batz, et que la bravade se fera à 2 heures.

La journée de réjouissances prend dès lors une modeste mais progressive ampleur, et le secrétaire a dû être tout fier de minuter que le 28 juin 1706, M. le Bailly S. Wurstemberger assista, pour la première fois, au repas. Cette innovation contribua à augmenter considérablement le nombre des membres, dont plusieurs étaient étrangers à la culture de la vigne.

Et, tout naturellement, la bravade prit plus d’importance. Au cortège, les vignerons portaient leurs outils sur l’épaule ou la brante au dos, et bientôt les vigneronnes les accompagnèrent, n’oubliant sans doute pas leurs seilles. Puis vinrent s’incorporer les marmousets, jeunes porteurs d’attributs. Ces derniers consistèrent en premier lieu en petites statuettes fixées sur des bâtons et figurant un Saint-Urbain, un Bacchus, une Charité, un Ours, etc., en plâtre peint, lesquels sont précieusement conservés au Musée Jenisch (salles du Vieux-Vevey).

Fête des Vignerons [2]

L’honneur de porter le drapeau se disputait et s’adjugeait au plus offrant. On lit que, à l’occasion de la parade du 18 juillet 1727, le Conseil ayant constaté que le port du drapeau n’ayant pas atteint le chiffre voulu, il décide de ne pas ratifier l’enchère et fera porter le drapeau gratis par le fils du procureur de la Société.

[L’honneur se payait donc]

En parcourant les rues de la ville, ces braves travailleurs chantaient des airs de chez nous, en patois ; plus tard, des danses agrémentèrent la manifestation.

C’est le moment d’attirer l’attention sur le développement de ce que nous avons appelé le germe de la Fête des Vignerons. Comme on va le voir, ce germe, planté en bonne terre vaudoise, va se développer grâce à toute la compréhension, tout l’empressement, le zèle et l’abnégation d’une population appelée à contribuer à la réussite de cette journée de réjouissances – nous le répétons – en une solennité grandiose.

Repost 0
29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 18:10

La Confrérie des Vignerons, née « Abbaye de Saint-Urbain »

Le grand intérêt porté aux travailleurs de la vigne par de hauts personnages a, incontestablement, beaucoup contribué à l’extension de sa culture dans notre pays. Et, comme nous le disons, ce sont ces dits personnages qui créèrent l’Abbaye de l’Agriculture dite de Saint-Urbain.

A l’époque à laquelle se reporte l’existence de notre Abbaye il y avait chez nous des Corporations, associations d’artisans ayant pour but la défense de leurs intérêts communs. Il y eut aussi des corporations d’agriculteurs, et l’Abbaye veveysanne rentrait dans cette catégorie. Il en exista d’autres sans doute, mais, malgré nos recherches, nous n’avons trouvé nulle trace d’un groupement du même genre dans notre pays.

Saluons donc bien bas la vénérable Abbaye veveysanne, apprécions comme il convient son extraordinaire longévité, et applaudissons au fait que, de nos jours, elle remplit encore son utile mission sous la dénomination plus explicite de Confrérie des Vignerons. [En 1969, année de la publication du livre, il y avait encore une grande estime pour cette fête. Qu’en est-il aujourd’hui, en 2015 ?]

Ayant toujours sous les yeux les documents extraits des archives, suivons maintenant la marche progressive de notre Confrérie à travers les âges, et nous verrons comment est née la Fête de Vignerons, solennité unique au monde, qui devint – avouons-le sans vanité – la plus grandiose de nos fêtes nationales.

C’est l’Abbé Chrétien Montet qui fit hommage, en 1647, à l’Abbaye de l’Agriculture de Vevey dite de Saint-Urbain du vénérable registre mentionné.

La première inscription nous apprend que l’Abbé fait présent de ce livre pour dans iceluy enregistrer, minuter et annoter les choses et faicts qui se passeront en dicte Abbaye, pour servir de mémoire à l’advenir.

Ce titre d’abbé a été conservé au président de la Confrérie jusqu’à nos jours. Il a une saveur archaïque qu’il serait malheureux de modifier.

En ce bon vieux temps, les qualifications d’Abbé, Abbaye, de Confrérie s’appliquaient non seulement aux congrégations religieuses, mais aussi à d’autres sociétés civiles et même militaires.

La vénérable Abbaye était donc, en 1647, déjà agissante et constituée selon des règles qui prouvaient qu’elle avait une expérience des hommes et des choses qui ne s’acquièrent qu’au cours de nombreuses années. Le secrétaire a minuté qu’elle avait une trentaine de membres et que sa devise était « Ora et Labora » (Prie et travaille), noble sentence figurant aujourd’hui encore dans les armes de la Confrérie des Vignerons.

Une nouvelle preuve de cette organisation bien assise, c’est la justification de ceux qui ont contribué en dicte année, tant en vin qu’en argent, laquelle justification consiste en une longue liste de donateurs et se termine par un « Sommarum » accusant un total de : Vin, onze setiers et 9 pots, et argent, 7 L. C’était sous cette forme que les adhérents payaient leurs cotisations, ressources qu’alimentaient encore les amendes. Si un vigneron négligeait trop son parchet, le Conseil y envoyait des travailleurs et s’appropriait la récolte de l’année. [Et pour ceux qui n’étaient pas membre de la Confrérie ?]

La large part faite aux dons en liquide laisse entendre que ce vin devait servir à bien désaltérer les braves vignerons convoqués, à cette époque-là, à une réunion dont nous ne connaissons pas le programme. Mais, à une distance assez rapprochée, soit en 1651, le registre nous apprend qu’en date du 28 juin 1651 la Confrérie de Saint-Urbain ordonne que l’on fera la pourminade (promenade) jusqu’au pré du sieur Falconnet et par la ville. Une autre inscription porte que la visitte des vignes s’est faicte en bon ordre.

Nous voilà renseignés sur deux points précis : la visite des vignes était déjà instituée au XVIIe siècle, et une promenade à travers la ville conduisait, un jour déterminé, les participants au pré Falconnet (propriété actuellement occupée par la promenade du Rivage et qui aboutissait au lac par une grève). Là, il est certain que le vin était largement versé, qu’il était probablement accompagné d’une collation, et que l’on fêtait les vignerons les plus méritants.

Le précieux registre nous apprend encore que les adhérents, appelés Frères, étaient dirigés par un Conseil de douze membres, un Rière-Conseil chargé du contrôle de la gestion, et un Conseil de police. Le secrétaire désigne le président : Reverendissime ou Sa Révérence Seigneur Abbé ; le trésorier a le nom de Connétable et l’huissier celui de Héraut, devenu Hoqueton.

N’est-il pas intéressant de constater qu’à travers plus de trois siècles, la vénérable Abbaye a conservé, sinon son titre, tout au moins les bases de son organisation, savoir : visites des vignes et récompenses aux vignerons accompagnées d’une journée de réjouissances. Cette dernière, par la suite, a pris plus d’importance et d’apparat.

Fête des Vignerons
Repost 0