Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 17:36

L’équipement des hommes

Une fois sérieusement entreprise l’adaptation de nos troupes alpines aux exigences effectives de la guerre de montagne, il s’avérera bientôt que l’équipement actuel de ces troupes demande à être considérablement modifié et développé. La chose n’exige pas d’être longuement étudiée, il suffit de tirer parti de l’expérience qu’a acquis à cet égard, depuis de longues années, l’alpinisme civil. Les rapports établis à la suite des derniers cours de répétition d’hiver, et relatifs aux défauts relevés dans la façon d’équiper les hommes, peuvent donner de précieuses directives en vue des améliorations à apporter.

De cette importante documentation, on peut extraire les points qui, à cet égard, méritent une particulière attention.

Le casque d’acier est aussi indispensable en montagne qu’en pays plat, plus encore même du fait qu’il protège son porteur des éclats de pierre que causent les balles et les obus frappant un rocher. Mais il ne défend pas les oreilles contre le froid et le gel. Les soldats se tirent d’affaire en conservant leur calot sous leur casque, mais alors celui-ci ne tient plus bien sur la tête. L’industrie privée a créé, pour les alpinistes et les skieurs, divers systèmes d’oreillères, qui se rabattent de l’intérieur du chapeau ou de la casquette ; il est bien certain qu’on pourra trouver un système qui s’adapte à notre casque et qu’on facilitera ainsi à nos militaires le séjour aux grandes altitudes.

La question du collet de notre tunique d’uniforme est trop ancienne et trop connue pour qu’il soit nécessaire de s’y arrêter. Pour les hommes, la tunique à col rabattu serait encore la meilleure solution intermédiaire et le directeur d’un cours de répétition d’hiver la désignait récemment, au cours d’une conférence, comme « la partie de l’habillement de nos soldats la plus appropriée au service en montagne ». il y a là une précieuse indication en vue de résoudre la question du collet, qui est d’une si grande importance pour les officiers comme pour les hommes des troupes alpines.

Si notre pantalon d’infanterie est, quant à son utilité et à son aspect, l’objet d’appréciations contraires, il n’y a qu’un avis sur son emploi en montagne. Le fait qu’il retombe sur les brodequins le rend absolument inapte à affronter une neige épaisse et, après la moindre marche, l’humidité et le froid pénètrent les pieds des hommes, même de ceux du dernier rang. L’emploi de molletières ou de leggins augmente le nombre des malades d’une manière très sensible, en favorisant l’inflammation des tendons.

Si l’on ne se décidait pas à adopter la culotte, comme nos voisins l’ont fait pour leurs troupes alpines, on pourrait étudier sérieusement l’emploi de guêtres courtes, analogues à celles que portent aujourd’hui beaucoup de skieurs. On leur attribue l’avantage d’une fermeture hermétique entre les chaussures et le pantalon, et celui de tenir les pieds bien au chaud, deux points dont se préoccupe peu l’habillement actuel de nos troupes alpines (d’ailleurs, à notre connaissance, nos troupes du Saint-Gothard portaient encore, au début du siècle, des guêtres de ce genre, mais qui montaient trop haut ; si l’on y revenait, c’est que l’armée aussi observerait le mouvement cyclique de la mode).

Que les « grimpants » soient coupés trop courts de ceinture et trop étroits de canons et soient dépourvus de poches de derrières s’explique peut-être par leur bon marché mais n’ajoute rien à leur utilité.

Le brodequin absolument imperméable, tel que le soldat de montagne devrait le posséder, n’a pas encore été trouvé et il se fera sans doute attendre encore longtemps. Un vaste champ s’ouvre ici à notre industrie cordonnière. Toujours est-il que les médecins militaires et les chefs d’unité considèrent comme nécessaire et comme possible d’améliorer sérieusement le soulier de montagne d’ordonnance, tant au point de vue de la coupe et de l’adaptation au pied que de la résistance et de l’imperméabilité.

Pendant un cours de répétition de l’hiver dernier, sur un détachement entier qui avait effectué une longue marche en haute montagne, - à savoir 35 kilomètres en une journée avec une montée d’environ 1'500 mètres, - 1% seulement des hommes se présentèrent à la visite pour mal de pied. Il faut dire que tous les hommes portaient leurs souliers de ski civils, dont la qualité était bonne et souvent excellente. Mais, lorsqu’au cours d’un exercice d’avant-poste, le même détachement fut surpris par une recrudescence de froid, plusieurs cas de pieds gelés se produisirent, en un court laps de temps, parmi les occupants des positions les plus élevées, ce qui obligea finalement à interrompre l’exercice et à abriter les sections les plus atteintes dans une cabane du Club Alpin ; la cause en est, sans aucun doute, à cette propriété qu’a le cuir d’absorber l’humidité, propriété contre laquelle on a jusqu’ici cherché en vain à lutter.

Quant aux hommes appelés à tenir dans des tranchées de montagne, par tous les temps, il faut absolument prévoir pour eux des vêtements spéciaux ; au cours de la Grande Guerre, dans les deux camps, les occupants des tranchées de l’Ortler et de l’Adamello étaient pourvus de bottes et de manteaux fourrés en peau de mouton qui – le poil tourné en dedans – défendaient leurs porteurs d’un froid de 30 degrés et au-dessous. Il est indispensable d’en munir nos troupes en quantités suffisantes, tout au moins les hommes d’une relève sur deux et ceux des postes d’écoute. Pour les patrouilles et les troupes de première occupation, ces vêtements seraient trop lourds et ils pourraient, en attendant, être utilement remplacés par des vêtements imperméables légers.

Il existe dans les dépôts, pour nos troupes de montagne, des gants ou des mitaines qu’on peut qualifier d’absolument inutilisables. Leur revers est si court qu’il recouvre d’une manière tout à fait insuffisante le poignet, c’est-à-dire justement la partie de l’avant-bras qui joue le plus grand rôle pour protéger la main du froid. Comment un homme muni de mitaines qui ne laissent pleine liberté qu’au pouce pourrait-il, par des températures de 20 degrés au-dessous de zéro, faire manœuvrer une carabine, une mitrailleuse légère ou lourde ?

LA DÉFENSE DE LA SUISSE en cas d’invasion [13]

Commentaire

Notre major d’artillerie fait un constat très judicieux du mauvais équipement général des troupes qui doivent défendre des positions en montagne. Tous ces petites choses ajoutées les unes après les autres, font un gros problème. Il faudra attendre les années 80 et 90 pour constater des changements considérables dans l’équipement de nos troupes.

Une petite rectification au sujet du dernier paragraphe ci-dessus, concernant les GANTS. Les gants de laine que j’ai connu moi-même, étaient inefficaces et quand le Major parle de mitaine, il faut comprendre « moufle », car les mitaines sont des gants qui laissent libre les doigts, alors que les moufles de notre armée étaient bien grosses, le pouce libre et les quatre autres doigts bien cachés ensemble, mais aussi inutilisables pour tirer, dégoupiller une grenade ou pour se curer le nez !

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 17:20

On apprenait le mercredi 26 août dernier, qu’une locomotive « Crocodile » allait quitter la Suisse pour la Suède où elle sera exposée quelques jours dans un musée. La raison de cette jolie virée, une invitation liée aux célébrations marquant les 100 ans d’existence des trains électriques. De fait, des générations de Suédois ont joué avec des modèles réduits de la « Croco », qui reste très présente dans les cœurs et les chambres d’enfants.

Le Matin et tous les autres journaux de Suisse.

Le voyage jusqu’en Suède va durer huit jours, cette loco de 1926 ne pouvant dépasser les 50 km/h. Elle quittera Olten lundi matin, avec une trentaine de passagers installés dans des wagons-couchettes, salon et restaurant. Elle repartira de Suède le 22 septembre.

[Elle n’allait, effectivement pas vite, mais était la plus puissante du monde.]

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 16:52

Le gros problème : Le ravitaillement

La guerre de montagne exige des services de ravitaillement un travail immense. La nourriture (sans la boisson), le courrier et le bois de chauffage représentent 2 ½ kilos par homme et par jour. Avec notre effectif actuel de troupes de montagne, nous devrions pouvoir monter journellement, par camions, à dos de bêtes ou de soldats, la valeur de vingt wagons de chemin de fer. Et nous ne parlons pas du fourrage pour les chevaux et les mulets. De plus, pour s’abriter et pour combattre, la troupe aura besoin de bois d’œuvre, de fils de fer et de munitions.

L’armée qui défendait Verdun, forte alors de 530 000 hommes, exigeait chaque jour trente trains à voie étroite (de la Compagnie du « Meusien ») pour son seul ravitaillement en vivres. Elle disposait en outre pour son ravitaillement général d’une seule route, la fameuse « voie sacrée ». Cette route était parcourue journellement par 1'400 camions dans chaque direction, une voiture sur cinq étant pleine de pierraille pour l’entretien de la chaussée qui était véritablement une artère vitale. Dans les forêts de la région, par contre, les troupes trouvaient en abondance du bois d’œuvre et de chauffage.

Ainsi nous devons faire tout le nécessaire pour approvisionner notre armée de montagne. On a souvent de la peine à construire une simple route, par exemple celle du col du Susten, du col du Pragel ou du lac de Wallenstadt, on parle et l’on écrit sans fin, perdant ainsi un temps précieux. Pourquoi ne bitume-t-on pas enfin nos grandes routes alpestres ? Faut-il que, chaque printemps, leur chaussée soit creusée par les eaux de fonte des neiges ? Dans leur état actuel, les transports de guerre auraient bientôt fait de les rendre inutilisables.

La mise en état de nos routes de montagne ne constitue qu’une partie de ce qui peut contribuer à la défense nationale. Aux points où le ravitaillement doit abandonner la route, il convient d’établir des chemins et des téléfériques. En même temps, on remédierait au dépeuplement de maintes vallées alpestres en les rapprochant, par un chemin ou un téléférique, des forêts et des pâturages. Et pourquoi chaque bataillon ne consacrerait-il pas, de temps en temps, une journée entière à débarrasser un de ces pâturages des pierres qui l’encombrent ? Quelques milliers de journées de travail ainsi employées seraient le meilleur des cadeaux à faire à une de ces communes alpestres. Pourquoi ne leur venir en aide que lorsqu’elles sont dévastées par le feu ou l’eau, et que seulement alors la « solidarité confédérale » puisse être pratiquée par nos troupes ? Le bataillon aurait son téléférique, la commune aurait sa vie mieux assurée. Quel beau travail à accomplir !

[Cette vue, d’aide à la population alpestre a été pendant la mobilisation, une des missions de la troupe. Il semblerait que cela n’était pas dans les habitudes de l’armée d’entreprendre des travaux nécessaires à la défense nationale et qui serviraient à la population locale par la suite.]

D’un intérêt égal serait l’étude de la façon dont on pourrait réduire le volume du ravitaillement sans en diminuer la valeur. Ceci concerne par exemple l’approvisionnement en bois de chauffage. Ce que dix hommes hissent à grand’peine jusqu’aux positions, un homme pourrait le transporter sous forme de charbon de bois. De ce charbon, faisons donc des briquettes, en créant une nouvelle industrie qui nourrirait des centaines d’ouvriers. Nous avons du bois en abondance et nos propriétaires de forêts en tireraient plus de bénéfices. Il serait d’ailleurs intéressant, pour notre défense nationale, de développer encore cette production en remplaçant l’essence d’automobile par du gaz de charbon de bois. En cas de guerre, nous pourrions nous passer de nos importations de pétrole : les vingt millions de francs suisses qui filent annuellement à l’étranger nous seraient fort utiles – et à nos propriétaires de forêts également. Mettons-nous donc au travail. À la fois pour combattre le chômage et pour défendre le pays.

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 16:10

Établissons des câbles téléphoniques

Les problèmes les plus difficiles de la guerre de montagne sont constitués par la liaison et le ravitaillement.

Au temps de la T.S.F., cela semble incroyable. Cependant, les gorges, si bien appropriées à la défense des routes, sont souvent inaccessibles aux ondes. Et on ne peut pas davantage recevoir les émissions d’un poste établi dans ces parages. Provisoirement, cet état de chose ne peut être modifié, mais il nous commande de prendre – justement parce qu’on ne peut rien y changer – des mesures convenables dès le temps de paix. Établir dès aujourd’hui, dans les régions de combats éventuels, un réseau de câbles téléphoniques résistant aux projectiles et aux avaries, ce serait, tout en diminuant le chômage, faire œuvre très utile du point de vue militaire. [Tien ! il pense encore aux chômeurs.]

Étant donné que la visibilité en montagne est gênée par le temps durant 250 jours par an, et qu’en outre le front ne peut se contenter d’une liaison par vue directe avec l’arrière, le signal optique ne remplace que très relativement le câble téléphonique. Une invasion ennemie, qui n’est pas annoncée à temps, peut avoir en montagne des suites souvent fâcheuses, puisqu’elle peut aboutir à l’encerclement des plus solides positions. Les troupes de secours ne pouvant arriver que lentement, la nouvelle doit pouvoir être transmise dès que l’événement a eu lieu. Ce n’est qu’ainsi qu’on pourra être en quelque sorte assuré que les dispositions qui seront aussitôt prises par les chefs de l’armée viendront à temps pour éviter un plus grand malheur.

Bien entendu, la pose de ces câbles ne se justifie que s’ils peuvent nous être utiles en cas de danger. [La population locale n’a pas besoin de recevoir le T.S.F.] Le moyen de s’en rendre compte est simple. Chaque unité fait des exercices dans la région qu’elle aura vraisemblablement à défendre. La position à occuper et la mission à remplir sont indiquées par le commandement intéressé. La troupe doit s’y exercer. Un procès-verbal d’exercice fait partie des documents de mobilisation. Sur la base de ces exercices, on établit, dès le temps de paix, un réseau de liaisons avec l’unité, et en certains endroits même avec les principales zones de barrage.

Qui sait si la carte du monde ne serait pas différente de ce qu’elle est, si, le 9 septembre 1914, la liaison téléphonique avait été coupée entre La Ferté-Milon et Luxembourg ? Ce que l’histoire militaire française appelle le « miracle de la Marne » a tenu à ce fil, responsable de l’histoire mondiale. Que pourrait donc faire un fil de ce genre pour l’histoire suisse ?

    LA DÉFENSE DE LA SUISSE en cas d’invasion [11]

Commentaires

Alors la Suisse est mal équipée en toutes choses à la lecture de ce livre. Un certain décalage entre la vision que l’on se fait de cette époque où l’on a beaucoup filmé, photographier et écrit sur un peu chaque sujet et la réalité qui nous a été cachée, ou non formulé, n’étant pas la préoccupation des journalistes à ce moment de l’histoire. Même l’équipement de base, uniforme, chaussures, ne sont pas encore la tenue de ceux qui libèreront l’Europe.

C’est à la fin des années 60, début 1970 que certains lieux de montagne, ont été « électrifié », alors pensez un peu à l’attente des gens pour obtenir la radio qui ne fonctionne qu’avec un câble de cuivre pour le transport de l’électricité. La lampe à pétrole, bougie, étaient dans certain village la seule énergie que pouvait rencontrer un soldat égaré.

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 15:15

L’armée est en marche

« Attention ! – Attention ! – Le Conseil fédéral suisse a, aujourd’hui à 14 heures 15, décidé la mobilisation, toute l’armée doit rejoindre sans délai. A 18 heures 15, l’appel sera fait aux lieux de rassemblement des unités. L’horaire de guerre entre immédiatement en vigueur. Alarme ! – Alarme ! – Attention ! – Le Conseil fédéral… »

LA DÉFENSE DE LA SUISSE en cas d’invasion [10.3]

A la minute même où la décision sera prise à Berne, le speaker de la radio ou du téléphone (peut-être le président de la Confédération lui-même) donne l’alarme à près d’un demi-million d’auditeurs. Six heures plus tard, les 90% de l’armée sont prêts à l’appel. Les trains sont rapidement organisés. Ils embarquent le matériel militaire, comme ils le feront le lendemain et les jours suivants. Entre temps, l’officier-vétérinaire a fait l’appel des chevaux. Les bêtes sont réparties et attelées. Les camions chargent chez leurs fournisseurs les vivres et le fourrage. On touche les munitions et les vivres de réserve. On revoie les hommes en service détaché ou en surnombre. L’unité est prête à partir. De jour cela dure une heure, de nuit trois heures. L’armée est en marche.

Sept à huit heures après la décision du Conseil fédéral, les troupes de combat peuvent partir pour le front. Tout cela n’est qu’une question d’organisation, d’utilisation des moyens les plus modernes et les plus rapides, ainsi que des avantages dus à la petitesse de notre armée et de notre pays, et c’est ainsi que doit être créé le levier qui nous donnera la plus grande force de combat.

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 15:59

La mobilisation

Si nous ne pouvons croire volontiers à des hostilités éclatant « comme un éclair dans un ciel serein », parce que les dirigeants ont besoin de les justifier, devant leur propre peuple, par une tension politique appropriée, on ne peut nier toutefois que, dans les pays de dictature, la passion guerrière puisse être allumée plus rapidement que ne l’exigerait le temps prévu par nous pour la mobilisation.

Au moment décisif, il est trop tard pour faire antichambre dans les chancelleries, aussi, dès aujourd’hui, chacun de nos voisins doit-il se faire à l’idée, et notre peuple doit-il être absolument assuré que, sans nous soucier d’aucune pression internationale, nous mobiliserons dès que les relations entre États voisins se tendront d’une façon menaçante. Qu’importe s’ils disent que la Suisse mobilise pour rien du tout, qu’importe s’ils sourient en nous voyant chaque fois renvoyer nos soldats dans leurs foyers dès que le conflit s’est apaisé, nous sourions aussi dans notre coin et nous songeons au renard et aux raisins. http://www.jdlf.com/lesfables/livreiii/lerenardetlesraisins

Que la Suisse mobilise plutôt dix fois inutilement, qu’une seule fois trop tard ! Telle est la situation. Il faut bien se dire que ce ne sont pas les uniformes, les armements, l’instruction militaire ou les emprunts de la défense nationale qui protègeront notre pays contre la guerre, mais seulement et uniquement des troupes prêtes à marcher et à combattre.

Moyens nouveaux, méthodes nouvelles

Il existe en Suisse plus d’un demi-million d’appareils de T.S.F. (seulement !) Avec un conservatisme exagéré, nous en sommes restés, pour la mobilisation, à la transmission télégraphique. La radio offre cependant des possibilités qui doivent être absolument utilisées.

500 000 radio pour 4'250 000 habitants

500 000 radio pour 4'250 000 habitants

Le téléphone, de même, n’a pas encore été prévu pour annoncer la mobilisation. Cependant, le progrès technique a, depuis longtemps, rendu possible une communication automatique, simultanée et se répétant à plusieurs reprises, adressée à tous les abonnés, et nous en avons environ 433,000.

L’appel des troupes est prévu, avec des intervalles fixés d’avance, pour le premier, le deuxième, etc., jour de mobilisation. Mais le premier jour de mobilisation ne peut être adapté à une journée déjà entamée. On perd donc inévitablement un ou deux jours. Ne pourrait-on remédier à cela ?

Rien ne vaudrait mieux, à cet égard, que l’adoption de la mise en alerte, assurée par les moyens de transmission les plus rapides. Nous devons également accélérer l’appel des troupes, faire en sorte de ne pas perdre de délai inutile avant le premier jour de mobilisation.

Il est vrai que les quelques compagnies permanentes de garde-frontières, que les détachements garde-frontières eux-mêmes seront rapidement alertés. Mais on peut se demander s’il leur sera possible de retarder une attaque par surprise de notre pays assez longtemps pour nous permettre d’achever notre mobilisation. Ils ne pourront retenir que les premières troupes légères de reconnaissance. L’adversaire éventuel le sait bien et il enverra en avant-garde des corps suffisamment puissants. Il n’a pas du tout l’intention de nous laisser, derrière notre faible couverture, le temps de nous retourner. Aussi l’existence de nos garde-frontières constitue-t-elle plutôt, malheureusement, une division de nos forces. Si au moins ils disposaient de pièces à longue portées, leur permettant de gêner en profondeur la marche de l’ennemi, de la retarder ou même de l’interrompre ; s’ils étaient renforcés, d’autre part, par deux ou trois cents aviateurs permanents, qui pourraient ainsi, à eux seuls, couper les voies ferrées, les ponts et les routes dans la région de la marche de l’ennemi, isoler les détachements avancés de façon que nos garde-frontières puissent les détruire. Toutefois, dans les circonstances les plus favorables, leur action ne pourrait arrêter, mais tout au plus retarder, l’avance ennemie, et cela, non pas pour quelques jours, mais pour quelques heures.

C’est ainsi que nous devons, vis-à-vis de nos vaillants garde-frontières, mettre sur pied rapidement notre armée principale, en sorte que leur sacrifice n’aura pas été vain. Tout ce qui pourra y contribuer doit être fait : mise en alerte, horaire de guerre dès la première nuit, accélération de l’appel des troupes, mobilisation des troupes libérée de tous impedimenta, avance méticuleusement organisée.

Pendant ce temps en 1939 en Suisse : https://fr.wikipedia.org/wiki/1939_en_Suisse

Commentaires

Bien qu’il soit dit que la mobilisation doit être entreprise, il reste dans l’esprit de l’auteur que la Suisse va subir l’invasion d’une façon ou d’une autre. Jamais il ne fait l’hypothèse qu’étant neutre, la Suisse prise entre deux puissances belliqueuses, elle ne sera attaquée que si nécessaire et seulement après les objectifs principaux atteints.

On découvre en lisant les préoccupations de l’auteur, que la Suisse à cette époque n’avait que très peu de poste de radio, que le téléphone n’était pas si répandu comme aujourd’hui et que seul le télégraphe était l’outil utilisé pour contacter la population. Moyen, rappelons-le, déjà utilisé pendant la guerre de Sécession. Le schéma pour atteindre la population, devait être le suivant, un télégramme arrive à la poste et au personnel de celle-ci de toucher tous les hommes du village pour annoncer la mobilisation, aidé en cela par l’autorité qui devait afficher l’ordre de mobilisation sur les murs. Pas une fois l’auteur nous parle du Télex, la Suisse ne serait-elle pas équipée de cette nouveauté ? https://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9lex ou bien seul les banques et autres sociétés privées en étaient pourvu ?

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 15:45

Plus vite, plus vite

Un des caractères les plus critiquables de notre organisation en voie de réforme est le raffinement de la paperasserie. Il ne nous suffit pas de tenir un registre des mobilisables, il nous le faut en plusieurs exemplaires – sauf erreur, en douze. Et tous ces contrôles sont nouveaux. Comme on n’a pas fait appel à l’aide des nombreux chômeurs qui savent écrire, la paix semble assurée pour longtemps encore !

On pourrait cependant s’organiser de façon à supprimer, en cas de mobilisation, la distribution aux soldats de l’équipement complémentaire. Dès à présent, l’homme conserve par devers lui plusieurs éléments importants de cet équipement. Mais on ne conçoit pas pourquoi on ne lui permettrait pas ce qui manque encore : toiles de tente, éléments de tente, pansements individuels, plaques d’identité. Rien que pour établir ces dernières, il a fallu, en 1914, près de 48 heures à chaque unité, cela de jour et dans les bureaux. Des travaux aussi méticuleux pourraient être, sans dépenses sérieuses, épargnés à la troupe.

Ce qui demande surtout du temps, c’est la fourniture des chevaux. Si elle pouvait être réduite à une simple remise de bêtes, l’unité pourrait être prête à marcher en quelques heures. Il ne lui faudrait pas plus de temps qu’au début d’un cours de répétition, quand on la voit souvent, le premier soir, bivouaquer à une demi-journée de marche du lieu de mobilisation. On pourrait très facilement, et dès aujourd’hui, munir toute bête de trait ou de somme d’un « livret de service » qui indiquerait ses qualités et son affectation. Il faudrait également qu’elle soit présentée avec un fer de réserve d’ordonnance. De même que les chevaux, notamment les lourds, sont amenés avec leur collier, on pourrait obtenir que le collier d’ordonnance soit employé en temps ordinaire, ce qui permettrait d’économiser environ deux heures à la mobilisation ; de plus, les chevaux et les usagers s’habitueraient à ce collier.

  LA DÉFENSE DE LA SUISSE en cas d’invasion [10.1]

La mobilisation des automobiles et motocyclettes devrait être également réglée de telle sorte que, en même temps que le contrôle annuellement assuré par les autorités cantonales, il soit établi une fiche indiquant les services que le véhicule peut rendre en temps de guerre.

Des préparatifs aussi poussés impliquent naturellement que les dépôts des lieux de rassemblement puissent, en une heure seulement, fournir la plupart des troupes y affectées de tout ce qui leur est nécessaire. Il sera impossible de maîtriser cette vague en employant la paperasserie du temps de paix, la seule issue honorable est de confier à la garde du dépôt le matériel porté sur les états.

Si le plan de mobilisation réduit au temps indiqué les opérations d’appel, d’organisation interne et de mise en marche des troupes, il ne sera naturellement pas possible aux dépôts centraux d’assurer, en un si court délai, le ravitaillement en vivres et en fourrage. Il ne convient toutefois pas de retarder, pour cette raison, la marche des troupes. Une décentralisation de ces réserves est d’autant plus indiquée que, de toute façon, leur renouvellement régulier est rendu nécessaire par la consommation des troupes appelées aux cours de répétition annuels. Même si les dépôts centraux ne sont pas bombardés à gaz par un raid d’avions ennemis, il ne faut pas s’attendre à ce que le trafic par voie ferrée se fasse normalement. La collaboration des grandes organisations de répartition au ravitaillement des dépôts dans les lieux de rassemblement des troupes, allégerait la tâche des chemins de fer, des dépôts centraux, faciliterait le ravitaillement de la population civile, accélérerait la préparation à la marche des troupes.

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 17:14

Sur la mobilisation

L’invasion allemande de 1914 a surpris la Belgique au moment où elle se préparait à réorganiser son armée. Elle fut inondée en un clin d’œil.

Toute réforme de l’armée entraîne, pendant qu’elle s’effectue, un état de faiblesse pour le pays. C’est inévitable. Le péril est alors d’autant plus grand que la capacité combative de l’armée tombe presque à rien.

Il serait stupide de faire un secret du fait que nous nous trouvons actuellement dans une semblable période de faiblesse. Les groupes et les partis politiques qui, pendant des années, ont empêché nos armements, en portent toute la responsabilité. Et ceux aussi qui se mirent à plat ventre devant cette opposition.

En tout cas, il ne faut rien négliger aujourd’hui pour réduire au possible la durée des travaux d’armement. Et il est également ridicule de vouloir empêcher la chose en disant qu’on n’arrivera qu’à un « semblant de résultat ». Tant que deux cent mille bras sont sans emploi dans notre petit pays, faute de travail, il est sûrement plus raisonnable de provoquer un « semblant de résultat » que de cumuler la crise du chômage avec la crise de la défense nationale.

Trois phases, trois points de vue

  LA DÉFENSE DE LA SUISSE en cas d’invasion [10]

Au cas d’une guerre susceptible de nous toucher (par une marche à travers notre territoire), la petitesse de notre pays et de notre armée n’est pas sans avantages. Le but à atteindre par notre armée est d’utiliser cette petitesse aux fins d’effrayer par avance tout adversaire éventuel ou de le rencontrer, au plus tard, à la frontière du pays. C’est la mobilisation qui décide de la possibilité, pour l’armée, d’atteindre le but proposé.

Il faut considérer trois phases dans la mobilisation : préparation, ordre et exécution. Et chaque phase doit être, à son tour, considérée à trois points de vue : précision, rapidité, largeur de vues. Suivant l’autorité qui s’en occupe, ces trois points de vue se subordonnent l’un à l’autre de façon variable.

La préparation de la mobilisation est du ressort de l’état-major général. De l’exactitude bien connue avec laquelle il travaille, il ne faudra s’écarter en rien, même si d’autres domaines exigent une exactitude renforcée. S’il suffisait jusqu’ici de faire en sorte que les troupes de combat soient prêtes à marcher dans les quatre jours, et les services de l’arrière seulement une dizaine de jours plus tard, la grande mobilité d’un adversaire éventuel exige un nouveau progrès en la matière. Il est devenu absolument urgent de rendre les troupes de combat prêtes à partir en quelques heures, et les services de l’arrière prêts à fonctionner, au plus tard, dans le délai jusqu’ici imparti aux troupes.

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 16:19

Commentaires

Sur ce dernier point, au début du conflit, la résistance des Britanniques ont montré comment se comporter et qui écouter. Mais il était déjà difficile en cette époque où le fascisme séduisait des Romands sous les propos de Georges Oltramare, qui dans les rues de Genève marchait au pas de l’oie. https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Oltramare

Et revenir sur les dissensions entre les Romands et Alémaniques, c’est quand même un peu rude. Si pour un Alémanique, le fait que notre général d’alors soit si proche de l’empereur d’Allemagne est un honneur, pour nous Romands, cela démontrait que s’acoquiner ainsi avec les Prussiens était plus que suspect.

La propagande n’est dangereuse que pour ceux qui l’écoute, et Gobbels ne criait pas en Français, ce qui pouvait être un avantage pour les Romands.

Le blocus de la Suisse envisagé depuis le début de la montée des puissances fascistes, a obligé la Suisse à se doté d’une marine marchande. Et pour l’économie au niveau des banques, nous savons aujourd’hui ce qu’il en a été.

  LA DÉFENSE DE LA SUISSE en cas d’invasion [9]
Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 16:52

La guerre « sèche »

Les armes économiques et la propagande, auxquelles aura recours la guerre totale, ne répandront pas de sang, mais ne seront pas moins efficaces.

Pour ce qui est des moyens de contrainte économiques, leur efficacité varie du tout au tout suivant que le sort nous jette du côté d’un des belligérants ou bien que nous puissions demeurer neutres. On sait que notre situation revêt un caractère grotesque du fait que nous voulons rester neutres, mais qu’un agresseur nous rangera très probablement du côté de ses adversaires. Le dernier cas peut être évité, notamment si nous pouvons repousser l’attaque par nos propres moyens et arriver à conclure aussitôt la paix. Il serait concevable qu’une armée encore en état de se battre soit refoulée sur notre territoire et, poursuivie par l’adversaire principal, soit obligée de se rendre à nous. Nous aurions ainsi défendu avec succès notre neutralité et nous pourrions aussi la conserver au cours des hostilités ultérieures.

Mais si une invasion nous jette dans le camp des puissances périphériques, c’est-à-dire des puissances qui, appuyées sur la mer, ont une navigation libre, nous pourrions espérer ne pas être dans une situation économique plus mauvaise que la leur. Si le sort nous place aux côté des puissances centrales, qui ne peuvent couvrir leurs besoins en matières premières et en produits agricoles, nous partagerions leur misère. Toutefois, on ne peut se contenter de dire l’Allemagne est au centre, la France à la périphérie. Cela dépendra beaucoup plus du groupement des puissances en cas de conflit. Si, par exemple, la Russie combattait aux côtés de l’Allemagne, ce serait un colosse périphérique. D’autre part, une combinaison Allemagne-Italie, nonobstant les mers qui baignent leurs côtes, deviendrait « centrale » contre un bloc Angleterre-France-Russie. Enfin, une combinaison des Etats de l’Axe Berlin-Rome avec l’Espagne et contre l’ancienne Entente devrait être considérée comme périphérique. Ces considérations montrent à quel point la situation politique internationale peut influencer notre position en cas de guerre et à quel point des événements comme ceux d’Espagne ou d’Abyssinie doivent être l’objet non seulement de nos sympathies, mais encore de notre raisonnement. Nos journaux en parlent souvent avec une maladresse qui laisserait souvent croire qu’ils n’ont que des sympathies.

Du groupement des puissances, d’une part, et de l’efficacité des blocus qui en découleraient, d’autre part, dépendrait essentiellement le ravitaillement du front et de l’arrière. L’influence déprimante que le mauvais ravitaillement peut exercer sur l’opiniâtreté de la résistance et sur la force combattive, nous l’avons vue pendant la guerre (14-18), d’une façon qui a souvent éveillé la pitié de nous autres neutres. L’œuvre humanitaire de la Suisse, qui a accueilli plusieurs milliers d’enfants pour les remettre de leurs misères, nous a permis de connaitre cet épouvantable aspect de la guerre totale. L’appareil digestif de beaucoup de ces enfants devait être – parfois sous la surveillance d’un médecin – réhabilité à supporter la nourriture. Leur estomac faisait grève et ne pouvait conserver ni lait, ni compote de pommes, ni même une soupe à la semoule. L’état de santé de cette jeune génération de la guerre menaçait de devenir une catastrophe, tandis que les pères montaient la garde dans les tranchées – ou pourrissaient sous terre. Et ils n’ont pu supporter le fardeau moral que leur imposait la guerre totale. Le blocus économique sera une des armes terribles de la guerre future.

Il ressort donc de ces considérations que nous risquons d’éprouver les effets du blocus économique, en tout cas partiellement, même si nous pouvons, au cours d’un conflit, conserver notre neutralité. Espérons que l’ouverture des hostilités ne nous trouverait pas dans une situation analogue à celle où nous avait mis la dévaluation du franc. [Vous pouvez lire ici une histoire de notre monnaie forte.]

Mais, parallèlement, il se fait encore une campagne de propagande, qui utilise la presse à imprimer, la T.S.F., l’agent secret, et qui s’exerce aussi bien dans la tranchée qu’à l’intérieur du pays. Ses assertions pénètrent partout, promettant, persuadant la vérité ou l’erreur, séduisant ou menaçant. Cette campagne attaque le moral du peuple et de l’armée, la foi en la cause que l’on défend, la confiance qu’on a en ses concitoyens et en son pays. Elle joue de tous les sentiments et de toutes les dispositions. En un mot, elle tente d’infecter le peuple et l’armée, de les dégoûter de la guerre et de la défense nationale.

On pourrait supposer que cela n’arrivera pas chez nous, parce que nous aimons tous également notre pays. Cependant nous nous rappelons encore, le cœur serré, ce que nous avons vécu au temps du fameux « fossé » entre Romands et Alémaniques, lorsque le vieux conseiller national Bühlmann disait à la grande assemblée réunie le 20 février 1916 à l’Ecole de Cavalerie de Berne : « Les instigateurs doivent savoir que nous ne souffrions pas plus longtemps ces manigances. Nous devons leur montrer clairement que nous ne permettrons pas qu’on dépeigne notre Conseil fédéral comme de la canaille, notre général et notre chef d’état-major général comme des traîtres, comme des prétoriens à la solde de l’étranger, ainsi que les appelle une affiche apposée ces jours derniers sur les murs de Genève. Nos amis Romands ont le devoir d’empêcher des excitations aussi insensées… On ne doit plus entendre, non plus, les Suisses-Allemands être traités de « Boches » en Suisse romande… »

Telle était la disposition des esprits au moment où le général von Falkenhayn soupesait s’il devait attaquer Belfort ou Verdun, ce qui pouvait, dans le premier cas, placer la Suisse dans la sphère de vastes opérations. Quarante-huit heures après le discours précité, l’enfer de Verdun commençait. La lutte des belligérants autour de l’âme des neutres avait déchiré la nôtre. L’armée seule était restée le refuge du sentiment suisse. Elle restait debout, tandis que notre âme nationale était divisée.

Nous ne devons pas négliger le danger de la propagande, car rien n’est plus à craindre qu’un ennemi qu’on sous-estime. Mais comment lui tiendrons-nous tête ? A cette propagande qui, au travers d’un front solide, passe par ondes invisibles dans chaque maison, dans chaque tranchée ? Pourra-t-on brider les sentiments par des règlements de police ? Il n’y a qu’une ressource contre cet ennemi, non pas des interdictions, mais une grande et belle liberté que nous devons entretenir en temps de paix : un grand et profond amour de la patrie.

Demain des commentaires sur ce qui est dit ci-dessus.

Repost 0
Published by G.Tell
commenter cet article