Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 19:58

54ad3fd9551aeje-suis-Charlie.jpg

 

charlie-hebdo-mahomet.jpg

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 17:09

 

Articles tiré du Département fédéral des affaires étrangères

Présence Suisse

www.swissworld.org

 

Célébrités: les montres de Genève

 

Genève est le berceau de l'horlogerie suisse, et bien que les usines de fabrication aient déserté la ville, il suffit de se promener dans ses rues pour voir à quel point les montres sont encore omniprésentes.

 

Les boutiques de la Rue du Rhône présentent une palette impressionnante de garde-temps tous plus luxueux les uns que les autres. Un peu à l'écart de la frénésie urbaine, au milieu du Jardin Anglais qui longe le Quai du Général-Guisan, on trouve l'horloge fleurie, plantée ici en 1955. Elle est constituée de huit cercles dont les couleurs varient évidemment selon les saisons puisqu'ils sont plantés de 6500 fleurs naturelles. L'aguille des secondes de l'horloge est la plus longue au monde, avec 2,5 mètres.

 

Une horloge florale similaire a été offerte par la ville de Genève à sa consœur St-Pétersbourg à l'occasion des 300 ans de cette dernière en 2003.

 

Autre horloge de tous les records: celle qui se trouve à l'intérieur de l'Hôtel Cornavin, sur le Boulevard James-Fazy. Il s'agit du plus long pendule d'horloge du monde avec très exactement 30 mètres et 2 centimètres. Il s'allonge du rez-de-chaussée de l'hôtel jusqu'au 9ème étage.

 

L'horloge nichée au passage Malbuisson et conçue par Edouard Wirth vaut également le détour. A chaque heure tapante, son carillon de 16 cloches égrène une mélodie qui s'inspire d'un chant de l'Escalade, la fête populaire genevoise qui commémore l'attaque des Savoyards sur la ville en 1602. L'horloge a été construite en 1962.

 

Depuis 1997, le Quai Wilson possède également son joyau à proximité de la Perle du Lac : une horloge monumentale solaire et laser. Cette réalisation d’inox et de verre feuilleté a un diamètre de 6,40 mètres et laisse transparaître 198 étoiles qui scintillent sur une carte céleste dès que le soleil illumine les faisceaux de fibre optique.

  Horloge fleurie de Genève

 

L'horloge fleurie de Genève © swissworld.org

 

 

GTell, Internet

Repost 0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 16:53

 

Horloge-de-la-Tour-de-Berne.jpg

À droite, le carrousel de la Zytglogge à Berne © swissworld.org

 

Articles tiré du Département fédéral des affaires étrangères

Présence Suisse

www.swissworld.org

 

 

Célébrités: la Tour de l'horloge à Berne

 

L'une des plus célèbres attractions touristiques de Berne est sa Tour de l'Horloge, ou «Zytglogge» en dialecte local. La tour elle-même faisait partie des anciens remparts de la ville médiévale au XIIIème siècle. Quant à l'horloge, elle est plus récente mais constitue néanmoins l'une des plus anciennes du pays. Son mouvement date de 1530.

 

L'horloge est fameuse pour son carrousel de figurines qui s'animent à toutes les heures. Il comprend le coq doré qui chante trois fois, le roi qui retourne son sablier, des oursons habillés aux couleurs de la Ville qui défilent devant ce dernier, un bouffon assis au-dessus du roi ainsi que la figure chevaleresque de Hans von Thann, juchée au sommet de l'horloge et frappant la cloche.

 

Pour ceux qui savent la déchiffrer, l'horloge astronomique de la façade principale indique non seulement l'heure mais également le jour de la semaine, le quantième du mois et le mois lui-même, le zodiaque et les phases de la lune.

 

D'après la légende, c'est à cette vénérable horloge que l'on doit une véritable révolution dans la conception que nous avons du temps. En effet, Albert Einstein, qui vécut dans la vieille ville de Berne, aurait eu l'idée de sa théorie de la relativité en observant la circulation automobile autour de l'horloge et en se demandant ce qu'il adviendrait des véhicules s'ils se déplaçaient à la vitesse de la lumière...

 

Durant l'été, il est possible d'observer le mécanisme interne de l'horloge en se joignant à l'une des visites guidées organisées par l'office de tourisme de Berne.

 

GTell, Internet

 

Repost 0
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 17:02

Articles tiré du Département fédéral des affaires étrangères

Présence Suisse

www.swissworld.org

Nicolas-Hayek.jpg

Nicolas Hayek

 

Le cas Swatch

 

Le groupe Swatch joue un rôle prépondérant dans l’histoire de l’horlogerie suisse. Non seulement parce qu’il possède une importante part du marché, mais surtout parce que Swatch a littéralement sauvé l’horlogerie helvétique de la plus grave crise qu’elle eut à traverser à la fin des années 70.


Erreur de jugement

 

A la pointe de l’industrie horlogère mondiale et leader incontesté de la production de montres de luxe, la Suisse, sans doute trop confiante, a manqué le virage de la technologie du quartz. Elle a laissé le développement de cette innovation à d’autres, notamment au Japon et aux Etats-Unis. La concurrence a su tirer parti de cette aubaine, et se mit à produire des montres bien plus avantageuses, dominant bientôt le marché. Pour l’industrie horlogère suisse, ce fut la débâcle: les ventes connurent un recul dramatique et de nombreuses entreprises se trouvèrent au bord de la faillite. C’est grâce à un consultant en affaires visionnaire, Nicolas Hayek, que la Suisse effectue avec quelques années de retard sa propre révolution horlogère: sortir la montre de son carcan traditionnel et l'ancrer dans la culture contemporaine.


Prix, précision et … marketing

 

1983 voit le lancement de la fameuse montre en plastique Swatch, déclinée en 12 modèles pour un prix oscillant à l'époque entre 39 et 50 francs suisses. La première Swatch comptait 51 composants, contre une moyenne de 90 pour les mouvements traditionnels. Elle pouvait être assemblée par des robots sur une seule ligne de production, chose complètement nouvelle en Suisse. Le succès immédiat de la Swatch à l’échelle planétaire permit de sauver le secteur horloger, qui retrouva la confiance nécessaire pour émerger d’une léthargie qui semblait devenue chronique.


Production diversifiée

 

Aujourd’hui, la marque Swatch est inévitablement associée à des couleurs et des formes exubérantes et à un prix bon marché et donc à la possibilité de changer de montre comme de chemise....  Le groupe Swatch, dont le siège central est à Bienne, dans le canton de Berne, est responsable d'environ un quart des ventes globales de montres dans le monde en termes de valeur. Il fabrique non seulement des montres finies mais également des composants: l'essentiel de la fabrication a lieu en Suisse mais le groupe possède également des unités de production dans de nombreux pays dont la Chine et les Etats-Unis.

 

Pourtant le groupe Swatch ne se contente pas de fabriquer des montres finies. En effet, il compte parmi les plus importants producteurs de composants, qui fournissent le marché mondial de l’horlogerie. Le groupe Swatch possède également quelques-unes des plus prestigieuses marques de l’horlogerie traditionnelle suisse (Omega, Blancpain et Tissot pour n’en citer que quelques-unes) et ses produits s’étendent de la montre bas de gamme au plus exclusif des produits de luxe. La firme est aussi active dans les domaines de la micromécanique, des télécommunications et de la construction automobile.

 

La Tradition Breguet

 

 

 

«La Tradition Breguet», montre de luxe classique pour homme a été dévoilée en 2005 à la foire Baselworld. Elle rend hommage à l'une des inventions majeures d'Abraham-Louis Breguet, le pare-chute, qu'il a mis au point en 1790. © Breguet

 

GTell, Internet

Repost 0
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 16:33

 

Articles tiré du Département fédéral des affaires étrangères

Présence Suisse

www.swissworld.org

 

Watch Valley – Le pays de la précision

 

Les montres font partie des clichés les plus répandus sur la Suisse, au même titre que les montagnes, le fromage, le chocolat ou les banques. Le savoir-faire des Suisses dans le domaine de la chronométrie est établi depuis des siècles. Mais la production horlogère n’a pas essaimé dans tout le pays de la même façon. Elle s’est principalement implantée le long de la chaîne du Jura, dans la région qui s’étend de Genève à Bâle, connue sous le label touristique de Watch Valley (vallée des montres


Répartition géographique

 

Les premières manufactures horlogères se sont implantées à Genève au milieu du XVIème siècle. Le réformateur Calvin encouragea ce nouvel artisanat, qui répondait si bien à son goût obsessionnel pour la ponctualité. Grâce à son influence, de nombreux réfugiés huguenots venus de France, s’établirent à Genève, emmenant avec eux leur savoir-faire dans le domaine de l’horlogerie. Cet apport fut décisif pour le développement de la profession et contribua à faire de la cité un centre horloger reconnu au niveau mondial. Durant les siècles qui suivirent, la branche fit des émules et s’étendit en direction de l’est et du nord. Dès le XVIIème siècle, plusieurs familles neuchâteloises se consacrèrent à la production de montres. Dans le canton de Vaud, la région de la vallée de Joux vit le premier atelier faire son apparition en 1740. Des manufactures s’implantèrent également dans les cantons de Berne et de Soleure dès le milieu du XIXème siècle, puis dans les cantons de Bâle et de Schaffhouse quelques décennies plus tard.


Le secteur de la machine-outil

 

L’horlogerie a entraîné le développement d’une autre industrie également créatrice d’emplois, aujourd’hui comme autrefois: la production de machines-outils. Certaines industries sont devenues les leaders mondiaux dans la fabrication de produits de niche. La petite ville vaudoise de Vallorbe par exemple, possède un savoir-faire inégalé en ce qui concerne la production de limes de précision. Moutier, dans le Jura bernois, a établi sa réputation depuis 1880 déjà dans la fabrication de tours automatiques à poupée mobile, une machine qui a révolutionné l’industrie horlogère.


Région touristique

 

90 % de la production horlogère se concentre dans l’arc jurassien et cela depuis plus d’un siècle. Ce patrimoine artistique et technique a inspiré les professionnels du tourisme, qui ont décidé de promouvoir la région sous une étiquette commune : Watch Valley – le pays de la précision. La Route de l’horlogerie créée à l’aube du XXIème siècle, s’étend sur 200 km et comprend 38 étapes. Elle nous emmène en pèlerinage dans les manufactures les plus célèbres et les musées spécialisés, où l’on peut découvrir les secrets de cet art et admirer ses réalisations les plus étonnantes. Il y en a pour tous les goûts : montres bracelet, pendules, horloges, montres gousset, montres automatiques ou carillons. L’horlogerie est le fil rouge qui nous guide à travers une région riche de culture et de traditions, où l’on perd facilement la notion du temps : les lacs, les montagnes, les vignobles et les petits villages idylliques ont tout pour retenir les visiteurs.

 

Enseigne-fabrique-fondee-1790.jpg


Enseigne d’une petite fabrique fondée en 1790, toujours accrochée à la façade d’un bâtiment de La Chaux-de-Fonds. Au XIXème siècle, la ville a connu une croissance rapide, principalement due au développement de l’industrie horlogère. La plus grande partie des réalisations s’effectuaient dans de petits ateliers installés à domicile.© Service d'urbanisme La Chaux-de-Fonds

 

GTell,Internet

Repost 0
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 17:04

 

Articles tiré du Département fédéral des affaires étrangères

Présence Suisse

www.swissworld.org

 

Exportation

 

 

Hormis le savoir-faire incontesté dans le domaine de la fabrication, les horlogers suisses ont de tout temps fait preuve d’un bon flair commercial, qui leur a permis de vendre leurs produits bien au-delà des frontières. Les exportations ont toujours représenté un élément fondamental de ce secteur économique. On en veut pour preuve qu’en 1790 déjà, la seule région genevoise exportait plus de 60‘000 montres et qu’aujourd’hui environ 95% de la production nationale de produits horlogers traverse les frontières. Sur le plan suisse, l’exportation de montres occupe la troisième place juste après les secteurs de la mécanique et de la chimie.


Premiers marchés étrangers

 

Depuis toujours le succès sur les marchés étrangers est dû à la capacité d’adapter les produits à la demande, ainsi qu’à une importante diversification géographique des exportations. A partir du XVIIème siècle, l'Asie devint un important débouché pour les montres et horloges suisses. L'un des premiers marchés à s'établir fut celui de Constantinople, où Isaac Rousseau, le père du célèbre philosophe, travailla comme horloger officiel du Sultan. Vers le milieu du XVIIème siècle, l’engouement pour les montres helvétiques gagna les milieux aristocrates de la dynastie Qing en Chine. La production des montres était adaptée pour répondre aux goûts et besoins de la clientèle locale. Par exemple, les montres avec automates étaient particulièrement appréciées en Chine et en Turquie. Au XIXème siècle, des montres «Rajah» ont été spécialement produites pour le marché indien: elles étaient décorées du portrait de leur propriétaire en émail, que les horlogers genevois réalisaient minutieusement sur la base de photographies qu'on leur avait fait parvenir au préalable.


Qualité

 

Incontestablement, la production horlogère helvétique occupe la place de leader sur le plan international depuis des siècles. Vers 1870, les trois quarts du volume et les deux tiers de la valeur de la production mondiale étaient d’origine suisse. Dans la seconde moitié des années 70, l’horlogerie suisse doit faire face à une crise majeure, faute de s’être adaptée aux changements occasionnés par la révolution électronique. Mais le secteur a su se relever et retrouver sa place dans les années 90, grâce surtout aux innovations du groupe Swatch. Ainsi, à la fin du XXème siècle, la Suisse fait à nouveau partie des principaux exportateurs sur le plan mondial (environ la moitié de la valeur totale des exportations provient de Suisse). Toutefois, si l’on considère le volume, la situation actuelle n’est pas comparable à celle d’il y a cent ans. En fait, le volume des exportations helvétiques représente moins de 10% de la production mondiale (la Suisse produit environ 33 millions de montres sur un total de 500 millions). Cela s’explique du fait qu’au XXème siècle, la Suisse se soit spécialisée dans la fabrication de montres de luxe, avec des prix sensiblement plus élevés par rapport aux autres producteurs (en particulier les Chinois, à qui l’on doit plus de 80% de la production mondiale).


Principaux clients

 

Le troisième millénaire a commencé sous le signe d’une importante croissance pour l’industrie horlogère suisse. L’exportation représente toujours et encore la majeure partie de sa production (environ 95%). Parmi ses principaux clients, on trouve Hong Kong, suivi des Etats-Unis, du Japon, de la France et de l’Italie. En 2008, les ventes à l’étranger ont atteint les 17 milliards de francs (contre 10,2 milliards en 2000 et 4,3 milliards en 1986). Concernant le futur proche toutefois, on prévoit un ralentissement inévitable en raison de la crise économique mondiale.

 

timbre de la Poste 2005

Timbre émis par la Poste en 2005 pour célébrer l'industrie horlogère© swisspost

 

GTell, Internet

Repost 0
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 22:46

 

 

Articles tiré du Département fédéral des affaires étrangères

Présence Suisse

www.swissworld.org

 

Du XIXe siècle à nos jours

 

L'horlogerie suisse ne cessa de croître au cours du XIXème siècle. Au milieu du siècle, elle surpassa l'industrie britannique en termes de production et de ventes et se plaça ainsi au rang de premier producteur mondial.

 

Pourtant, cette position n'a été qu'éphémère. Les premiers rivaux sérieux sur la scène de l'horlogerie sont apparus vers le milieu du XIXème siècle, lorsque les industriels américains se mirent à produire des composants de montres si précis qu'ils étaient interchangeables pour les différents modèles. L'impact en Suisse a été dramatique. Les exportations horlogères vers les Etats-Unis chutèrent de 75% en l'espace de 10 ans. Ce fut le coup le plus terrible que l'horlogerie suisse eut à encaisser depuis ses débuts. Forcées à réagir, les entreprises se lancèrent à leur tour dans la fabrication des pièces sur machines à haute précision

Innovations

 

Au début du XXème siècle, plusieurs innovations redonnèrent du souffle à la branche, parmi lesquelles le chronographe ou le calendrier. La première montre étanche fut mise au point par Rolex dans les années vingt, et la première montre bracelet automatique fabriquée à Granges dans le canton de Soleure en 1926. Des innovations marquantes dans le domaine de la mécanique et de la production ont permis à l’industrie horlogère suisse de se reprendre. Pendant les décennies qui suivirent, les horlogers suisses furent de nouveau leaders sur le marché mondial.


La crise horlogère

 

La Suisse a cru au début qu'elle pourrait se passer de la montre à quartz, qui pourtant fut la révolution majeure de l'industrie horlogère au XXème siècle. Malgré le fait que la première montre à quartz ait été développée en Suisse par le Centre électronique horloger (CEH) de Neuchâtel, les entreprises suisses n'ont pas su déceler immédiatement le potentiel de cette nouvelle technologie. Tandis qu'Américains et Japonais se sont lancés corps et âme dans le sillon de l'électronique, les Suisses n'ont pas jugé bon de détourner leurs efforts de recherche et leurs investissements de la montre mécanique traditionnelle. Cette erreur de jugement a bien failli faire disparaître complètement l'industrie horlogère du sol suisse. Au milieu des années 70, le marché de la montre traditionnelle est moribond et la Suisse ne joue plus qu'un rôle de figurant en matière d'horlogerie


Swatch et la reprise

 

Pourtant, la réaction des horlogers suisses fut aussi courageuse qu'inattendue. Sur les conseils d'un consultant en affaires visionnaire, la Suisse effectue sa propre révolution horlogère: sortir la montre de son carcan traditionnel et en faire un accessoire de mode. Cette révolution aura même un nom: Swatch. La montre à quartz qui associe la qualité à un prix modeste a été présentée au public en 1983 et copiée des milliers de fois depuis. Aujourd’hui il ne fait aucun doute que la Swatch a sauvé l’horlogerie suisse en lui conférant un nouvel essor. 30 ans après la crise, on peut parler d’une véritable réussite de la révolution horlogère. L’industrie horlogère fait à nouveau partie des secteurs économiques les plus florissants de Suisse.

 

GTell, Internet

Repost 0
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 18:20

 

Articles tiré du Département fédéral des affaires étrangères

Présence Suisse

www.swissworld.org

Fabrication

 

Les montres sont de véritables prouesses techniques. Leur fabrication requiert toute une série d’opérations complexes nécessitant une grande habileté. A l’origine, les artisans horlogers s’occupaient de toutes les étapes de la confection. C’est à partir du XVIIème siècle que l’on commença à diviser les tâches. Cette nouvelle organisation du travail, basée sur un système complexe d’opérations distinctes (dites aussi «parties brisées»), permit d’accélérer la production et de répondre à une demande croissante. De nombreux artisans se spécialisèrent alors dans la réalisation d’une pièce de montre. Une bonne partie des travaux était effectuée à domicile, par des artisans pratiquant cette activité à temps partiel. Dans l’arc jurassien et surtout dans la région des Montagnes neuchâteloises, des familles entières de paysans se spécialisèrent dans la confection de certaines pièces d’horlogerie. Cette activité était en effet toute indiquée pour occuper la longue période hivernale. Les pièces étaient ensuite assemblées dans un atelier, qui se chargeait également des réglages finaux.


Industrialisation

 

Vers la fin du XIXème siècle, la Suisse prit la voie de l’industrialisation. Ce sont avant tout les progrès réalisés dans les domaines de la mécanique et de la standardisation qui rendirent ce changement possible. Ce ne sont pas seulement les méthodes de travail, mais aussi l’ensemble de la profession horlogère, qui dut s’adapter à la mécanisation des processus et aux systèmes de production à grande échelle.

 

Dès le XXème siècle, les innovations technologiques ont également apporté leur lot de changements. La montre électronique à quartz a révolutionné le métier et constitue aujourd’hui 90% de la production horlogère helvétique. La production de montres mécaniques, qui représente les 10% restants, n’est pourtant pas négligeable, car elle constitue à elle seule la moitié du chiffre d’affaire. Le principe de la division du travail s’est maintenu et d’autres spécialisations sont venues étoffer la profession, reconnues au niveau national par des formations spécifiques.


Petit lexique de l’horlogerie

 

L’entreprise qui produit les pièces, les assemble, puis commercialise le produit fini sous son propre nom, est appelée «établisseur». Le «termineur» désigne l’atelier où le fabricant assemble les pièces d’une montre pour une entreprise qui lui livre les éléments et se charge finalement de la vente du produit. A la base de l’organisation de l’industrie horlogère moderne se trouvent les producteurs d’«ébauches». Ces derniers fabriquent les quelque 60 rouages qui composent le cœur de la montre et lui impriment son mouvement.

 

travail-de-micromecanique-chez-Girard-Perregaux--La-Chaud-.jpg
Travail de micromécanique chez Girard-Perregaux, La Chaux-de-Fonds, 1999. Les ouvriers sont capables de travailler à l'échelle du micron (un millième de millimètre).© CP de l'industrie horlogère suisse

 

 

GTell, Internet

Repost 0
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 18:38

  swissmade

Qualité suisse avant tout

Comme pour d'autres produits emblématiques tels que le chocolat, la Suisse veille jalousement à protéger le label «swiss made» apposé à ses montres. Il s’agit avant tout de protéger une qualité technique des plus élevées ainsi qu’une esthétique unique. «Swiss made» désigne bien plus que le pays d’origine d’une montre. Le label véhicule également une réputation à laquelle la clientèle souhaite se fier.

 

Plusieurs lois et conventions internationales établies par l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle et l’OMC ont été signées pour permettre à la Suisse de lutter contre la piraterie et la contrefaçon.  

«Swiss made»

Afin de pouvoir user légitimement de la dénomination «swiss made», une montre doit satisfaire à certaines conditions minimales. Bien qu'ils soient autorisés dans certains cas, les composants fabriqués à l'étranger ne doivent pas constituer plus de 50% de la valeur totale de toutes les pièces à l'intérieur d'une montre. En outre, l'assemblage du mouvement ainsi que le contrôle final des montres doivent impérativement être réalisés en Suisse.

 

Enfin, les indications de provenance, très prisées des contrefacteurs, sont aussi protégées: l'indication «Genève» est réservée exclusivement aux montres dont l'une des opérations majeures de fabrication a été réalisée dans le canton de Genève.

 

L'un des plus prestigieux labels est le «poinçon de Genève» institué en 1886 par une loi cantonale. Cette distinction délivrée par un «bureau de contrôle facultatif des montres» intégré au «Laboratoire d'horlogerie et de microtechnique de Genève» est octroyée aux mouvements répondant à 12 critères très précis quant à leur qualité et à leur finition.

Montres suisses fabriquées à l’étranger?

Une montre fabriquée à l'étranger mais qui contient des composants suisses est autorisée à le mentionner, mais elle ne peut revendiquer le label «swiss made». Là aussi, la Fédération de l’industrie horlogère suisse veille attentivement aux montres mises sur le marché.

 

Contrefaçons : TIC-TAC TOC

 

Selon une estimation de la Fondation de la Haute Horlogerie (HH), environ 40 millions de contrefaçons de montres suisses sont commercialisées chaque année. Il va de soi que l’industrie horlogère suisse et la réputation des produits de qualité en font les frais. En 2009, la Fondation de la Haute Horlogerie et la Fédération de l’industrie horlogère suisse se sont associées pour lancer une campagne anti-contrefaçon mondiale : «Fake Watches are for Fake People».


Foires et salons

 

Deux foires internationales de première importance se tiennent chaque printemps en Suisse, donnant l'occasion aux horlogers de démontrer tout leur savoir-faire.

 

«BASELWORLD», le Salon mondial de l'horlogerie et de la bijouterie se tient à Bâle, où plus de 100’000 visiteurs du monde entier se retrouvent pour admirer ce qui se fait de mieux en matière d'horlogerie et de bijouterie. Parmi les 2'000 exposants, les marques suisses tiennent évidemment la vedette et présentent les dernières tendances.

 

Genève abrite une foire plus confidentielle, réservée aux seuls professionnels: le Salon international de la haute horlogerie (SIHH). Malgré un nombre de visiteurs nettement plus restreint, l'exposition est considérée comme l'événement le plus important de la ville, juste après le Salon de l'automobile. Pour les visiteurs qui ont la chance d'y pénétrer, c'est l'occasion d'admirer les dernières innovations en horlogerie, les collections de luxe des grandes marques ainsi que quelques pièces uniques de valeur inestimable.


 

 

Articles tiré du Département fédéral des affaires étrangères

Présence Suisse

www.swissworld.org

 

GTell, Internet

Repost 0
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 17:00

 

Articles tiré du Département fédéral des affaires étrangères

Présence Suisse

www.swissworld.org

 

 

Composants

 

Une montre mécanique simple se compose en moyenne d'environ 130 pièces. Certains mouvements plus complexes rassemblent plusieurs centaines de composants. Le modèle Calibre 89, de Patek Philippe contient 1728 pièces et constitue ainsi la montre la plus compliquée au monde.

 

Voici les principaux composants du mouvement d'une montre mécanique simple:

 

    le ressort de barillet qui est la source de la force mécanique

    le balancier qui oscille et divise ainsi le temps en portions égales

    l'échappement qui transforme la force du ressort en impulsions

    le rouage qui transmet la force mécanique

    la tige de remontoir (pour le remontage manuel) ou le rotor (pour le remontage automatique).

 

Complications

Les montres plus sophistiquées ne se contentent pas d'indiquer l'heure. Parmi les fonctions supplémentaires communément proposées, on peut citer l'indication de la date ou du jour de la semaine, le chronographe ou la sonnerie. On appelle les montres munies de ces extras des «complications». Et pour les mécanismes encore plus complexes indiquant par exemple des données astronomiques ou les phases de la lune, on parle de «grandes complications».

 

La montre Calibre 89 de Patek Philippe inclut 33 complications parmi lesquelles l'indication des phases de la lune, de la date de Pâques, des lever et coucher de soleil ainsi qu'un calendrier du temps sidéral. Cette montre a été conçue à l'occasion des 150 ans de la maison Patek Philippe en 1989. Il n'en existe que quatre exemplaires. L'un d'eux a été adjugé pour 6,6 millions de francs suisses (4,3 millions d'euros) lors d'une vente aux enchères à Genève en 2004.

La montre bracelet la plus complexe et sans doute la plus chère jamais fabriquée en série (limitée à 30 exemplaires) est la Blancpain 1735. Comprenant 740 pièces, chacune de ces montres a été réalisée, finie et décorée à la main. Certains composants ne sont pas plus épais qu’un cheveu, et la complexité des pièces est telle que seuls de rares d’horlogers sont capables de les réaliser. La fabrication d’un tel chef d’œuvre nécessite une année de travail.

Il a toujours régné entre les horlogers une compétition féroce pour mettre au point la complication la plus sophistiquée. L'une des plus célèbres montres jamais fabriquées, la «Marie-Antoinette», fut commandée à l'horloger Abraham-Louis Breguet par la reine de France en 1783. Elle devait intégrer tous les perfectionnements imaginables pour l'époque. Hélas, sa réalisation dura un peu plus longtemps que prévu et elle ne fut achevée qu'en 1827... soit 34 après la mort de la reine sur l'échafaud.

 

Devenue possession d'une fondation israélienne, la «Marie-Antoinette» a été volée de la collection de Sir David Salomon au Meyer Memorial Institute de Jérusalem en 1983, et n'a pas été retrouvée depuis lors.

 

Nicolas Hayek, devenu propriétaire de la marque Breguet, a décidé de rééditer la «Marie-Antoinette». Dix horlogers ont travaillé pendant près de trois ans à la reproduction fidèle de cette pièce sur la base de photographies. Le fruit de leurs efforts a été présenté au salon Baselworld 2008.

 

Montre-Blancpain-1735-mouvement-le-plus-complexe-jamais-fab.jpg

Montre Blancpain 1735: le mouvement automatique le plus complexe jamais fabriqué en série © Blancpain

 

 

GTell, Internet

Repost 0