Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 16:06

 

HQ.jpg

Pont sur le Rhône à Saint-Maurice

 

   Le 3 novembre, Goethe et le duc, accompagné d’un seul guide, se mirent en route par le Faucigny. Le ministre de Wedel et les domestiques, ave les chevaux, prennent la côte suisse du lac. Le rendez-vous est fixé à St-Maurice. A cette époque, la route ne dépassait pas Sallanche, d’où partait un sentier assez fruste et raide, par bouts, pour atteindre le plateau de Chamonix. Quelques bagages sont chargés sur un mulet. Le voyage se fit dans le plus strict incognito et le plus simple appareil. Goethe et le duc, accompagnés du guide qui était un chasseur de chamois, quittent à pied le Prieuré, soit Chamonix, le 6 novembre à 9 h. Le trajet comportait une marche de 9 à 10 heures. Ils partent sans projet bien arrêté. Entreront ils en Valais par le col de Balme ou Vallorcine ? On verra. Le temps n’était pas très beau ; le ciel maussade devait bouder à peu près toute la semaine. « Les nuages en mouvement, écrit Goethe, tantôt laissaient paraître et tantôt cachaient les crêtes des montagnes ; parfois le soleil pouvait pénétrer obliquement dans la vallée, parfois la contrée était replongée dans l’ombre. »

   A Argentière, ils tinrent conseil, pour savoir s’ils prendraient le col de Balme ou le col des Montets. Le temps était décidément incertain. Mais, « comme nous n’avions rien à perdre, et que nous avions beaucoup à gagner, nous prîmes hardiment notre chemin vers la sombre région des brouillards et des nuages. » (Col de Balme.) Au village du Tour, les nuages se déchirèrent un moment et ils purent apercevoir le beau glacier de ce nom, en pleine lumière. Le spectacle était du plus bel effet, car ce glacier, à cette époque, poussait une large coulée jusqu’au milieu de la verdure des pâturages, et les glaces, ne charriant pas de débris morainiques, étaient d’une éclatante blancheur, ainsi que le remarque de Saussure. Ils firent halte au village, pour se restaurer et vider une bouteille de vin ; puis s’acheminèrent vers les sources de l’Arve.

   « Nous parvînmes enfin heureusement au col de Balme. L’aspect avait un caractère étrange. Le haut du ciel, par-dessus les crêtes des montagnes, était nuageux ; à nos pieds, nous voyions, à travers le brouillard, qui se déchirait quelquefois, la vallée entière de Chamouni… Devant nous s’étendait le Valais… où l’on pouvait voir un labyrinthe de montagnes qui s’élevaient les unes au-dessus des autres… Quelques contrebandiers gravissaient le passage avec leurs mulets, et ils eurent peur de nous, car ils ne s’attendaient pas à trouver alors du monde en ce lieu.  Ils tirèrent un coup de fusil comme pour nous dire : Vous voyez qu’ils sont chargés, et l’un d’eux s’avança à la découverte. Lorsqu’il eut reconnu notre guide et observé nos innocentes figures, les autres s’avancèrent à tour, et nous passâmes de part et d’autre, en nous souhaitant un bon voyage. Le vent était fort et il grésillait… »

   Le sentier qui traverse le Bois-Magnin, sur le versant valaisan du col de Balme, offrait des difficultés, par suite de l’enchevêtrement des racines des conifères. Le citoyen Cambry, embarrassé dans ces lieux quelques années plus tard, croit s’y trouver au milieu des « horreurs du chaos ». il n’y voit que sapins suspendus sur l’abîme, arbres renversés par les avalanches, amoncellements de rochers ; tout lui donne l’idée du désordre des éléments, de la mort, des destructions, qu’en sais-je ? Cependant, ce passage n’effrayait pas les mulets, et c’est un fait qu’il était praticable aux bêtes de somme. Les voyageurs, cependant, devaient descendre des montures, aux endroits où les racines des arbres traversaient le sentier, s’y étageant en marches d’escalier. Il s’y faisait depuis longtemps une contrebande active avec les Etats sardes et le détail n’est pas pour surprendre, en cette saison avancée.

 

 

 

GTell, Chateaubriand et Goethe en Valais.

Repost 0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 17:21

 

Goethe.jpg

 

   L’illustre écrivain a fait dans sa jeunesse deux voyages en Suisse. En 1775, il visita la Suisse centrale et la région du Gothard. Il serait monté jusqu’au col de la Furka, par la vallée d’Urseren, mais nous n’avons que deux lignes sur cette première rencontre avec notre canton, et le paysage entrevu du haut du col. Il note simplement « que ces scènes sublimes, incomparables de la nature, seront toujours présentes » à son esprit.

   Quatre ans plus tard, en automne de 1779, il devait entreprendre un vrai voyage d’exploration au Valais, en compagnie du duc Charles-Auguste de Weimar, qui venait de l’élever, à trente ans à peine, à la dignité de Conseiller intime. Le ministre de Wedel, grand maître des eaux et forêts, était également de la partie. En outre, trois laquais les accompagnaient, pour le service et les bagages. La relation précise et fidèle de ce voyage a paru sous forme de lettres à Mme de Stein. C’était alors la mode d’écrire sous forme de lettres, les récits de voyage ; les écrivains anglais du XVIIIe siècle qui visitent notre pays : John Moore, Coxe ; les Français Cambry, l’abbé de la Borde, etc., adoptent cette forme familière.

   Goethe arriva à Lausanne vers la fin d’octobre. Il excursionna dans la vallée de Joux et fit l’ascension de la dent de Vaulion le 25 octobre. Le 27, il descendait avec ses amis à l’Hôtel de la Balance à Genève. Le groupe forma le projet d’aller en Valais par Chamonix. Dans sa jeunesse, Goethe fut un passionné de Rousseau. La fameuse Lettre sur le Valais, dans la Nouvelle Héloïse, le détermina à visiter notre pays, rendu tout à coup célèbre par l’extraordinaire succès du roman et la génie de l’écrivain.

   Diodati, et quelques patriciens genevois consultés, déconseillèrent cette course, la saison leur paraissant trop avancée. C’était du reste, à cette époque, une assez grosse affaire que de traverser le Valais d’un bout à l’autre. Goethe s’en ouvrit à Horace-Bénédicte de Saussure, alors dans toute sa gloire de géologue et d’alpiniste. Le savant lui conseilla d’y aller sans tarder, la neige n’ayant pas encore fait son apparition sur les cols. La décision est prise, et Goethe écrit à Mme de Stein : « Nous sommes prêts à souffrir quelque chose, et puisqu’il est possible de monter au Brocken en décembre, il faudra bien qu’au début de novembre, ces portes de l’épouvante nous livrent passage ».

   Goethe avait la réputation d’un bon alpiniste, avant la lettre, on peut presque le dire, puisque nous sommes à l’aube des excursions en haute montagne. L’année précédente, il avait fait le Brocken, dans le Hartz, en plein hiver, malgré l’avis de gens qui déclaraient la chose impossible. Ce génie universel a ainsi une première hivernale à son actif, tout comme Dante, qui fut le premier à gravir le Prato al Saglio, dans l’Apennin, un sommet de 1500 mètres.

 

 

GTell, Chateaubriand et Goethe en Valais.

 

Repost 0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 17:18

 

 

Présentation du récit qui va suivre bientôt.

 

Chateaubriand et Goethe en Valais est tiré d’un livre paru en août 1944 aux éditions des Treize Etoiles à Sierre, écrit par Lucien Lathion.

 

Comme je vous ai déjà parlé des séjours de Chateaubriand, il reste à parler du grand homme qu’était Goethe.

 

À bientôt.

 

GTell

Repost 0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 15:54

 

 

Quel article dois-je trouver ?

 

Chercher dans les brocantes quelques ouvrages anciens sur la Suisse. Si possible avec des belles photos. Si ça m’intéresse, ça peut vous captiver aussi, peut-être.

Cela prend du temps.

 

GTell

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 16:20

 

Carte-des-Chemins-de-Fer-de-la-Suisse.jpg

 

Toutes les stations répertoriées ici sont en rouge sur la carte. Remarquez l’absence de nombreuses stations Valaisannes qui aujourd’hui sont les plus en vues.

Il semble qu’au tournant du siècle, les hivers avaient plus de précipitations qui font que les stations ont un joli manteau blanc de belle épaisseur.

 

 

 

Près de Zweisimmen

 

Démonstration du savoir faire

 

 

 

Sans-titre-Hiver-a-la-montagne-jpg

 

Hiver à la montagne

 

GTell, CFF

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 16:28

 

Zuoz   ---   Haute-Engadine   ---   Grisons

 

Correspondance postale avec Bevers, station du chemin de fer rhétique

 

Altitude : 1712 m.   ---   Sports : Patinage, ski, « luge » (traîneaux).

 

Hôtels et Pensions ouverts en hiver :

 

Hôtel Concordia 100 lits (chauffage central)

 

 

Celerina   ---   Haute-Engadine   ---   Grisons

 

Station du chemin de fer rhétique

 

Altitude : 1724 m.   ---   Sports : Patinage, ski, « luge » (traîneaux) ; curling.

 

Hôtels et Pensions ouverts en Hiver : Cresta Palace Hôtel 120 lits (chauffage central)

 

 

Silvaplana   ---   Haute-Engadine   ---   Grisons

 

Correspondance postale avec St-Moritz, station du chemin de fer rhétique

 

Altitude : 1816 m.   ---   Sports : Patinage, ski, « luge » (traîneaux).

 

Hôtels et Pensions ouverts en hiver : Hôtel Post et Riv Alta 40 lits (chauffage central)

 

 

Sils-Baseglia   ---   Haute-Engadine   ---   Grisons

 

Correspondance postale avec St-Moritz, station du chemin de fer rhétique

 

Altitude : 1802 m.   ---   Sports : Patinage, ski, « luge » (traîneaux).

 

Hôtels et Pensions ouverts en hiver : Hôtel Margna 56 lits (chauffage central)

 

 

Flims   ---   Oberland des Grisons

 

Correspondance postale avec Reichenau station du chemin de fer rhétique

 

Altitude : 1150 m.   ---   Sports : Patinage, ski, « luge » (traîneaux).

 

Hôtels et Pensions ouverts en hiver :

 

Hôtel Bellevue, Flims 40 lits

Posthôtel, Waldhaus-Flims 45 lits

 

 

Vicosoprano   ---   Val Bregaglia   ---   Grisons

 

Correspondance postale avec St-Moritz, station du chemin de fer rhétique, et Chiavenna, station des chemins de fer italiens.

 

Altitude : 1100 m.   ---   Sports : Ski, « luge » (traîneaux).

 

Hôtels et Pensions ouverts en hiver : Hôtel Helvetia und neue Post 70 lits (chauffage central)

 

Piz Mundaun sur Ilanz   ---   Grisons

 

Station d’Ilanz (chemin de fer rhétique)

 

Altitude : 1600 m.   ---   Sports : Ski

 

Hôtels et Pensions ouverts en hiver : Hôtel Piz Mundaun 30 lits.

 

Zuoz.jpg

 

 

 

GTell, CFF

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 17:20

 

 

St-Moritz   ---   Haute-Engadine   ---   Grisons

 

Station de chemin de fer rhétique

 

Altitude : 1856 m.   ---   Sports : Patinage, ski, « luge » (traîneaux) ; curling, hockey. – « Crest Run ». Plusieurs patinoires. http://www.cresta-run.com/home/

 

Hôtels et Pensions ouverts en hiver :

 

Hôtel C. Badrutt 90 lits (chauffage central)

Hôtel Bären 25 lits

Hôtel Bahnhof 60 lits (chauffage central)

Hôtel Belvédère 130 lits (chauffage central)

Hôtel Calonder 80 lits (chauffage central)

Hôtel Engadiner-Kulm 300 lits (chauffage central)

Palace Hôtel 180 lits (chauffage central)

Hôtel Petersburg 70 lits (chauffage central)

Hôtel Philipp 40 lits

Privathôtel C. Badrutt 55 lits (chauffage central)

Hôtel Rosatsch 55 lits (chauffage central)

Hôtel Schweizerhof 140 lits (chauffage central)

Grand Hôtel St. Moritz 350 lits (chauffage central)

Hôtel St. Moritzerhof 20 lits

Hôtel Steffani 100 lits (chauffage central)

Hôtel Westend 60 lits (chauffage central)

Hôtel Wettstein 30 lits

Pension Daheim 10 lits

Pension Hössli 17 lits (chauffage central)

Pension Kopp 18 lits (chauffage central)

Pension Waldschlössli 25 lits (chauffage central)

 

Villas :

 

Alba

Arquint

Badrutt

Bavier

Berna

Berry

du Château

Concordia

Gentiana

Guardamunt

Languard

Schmid

Silvana

Viola

 

Bureau officiel de renseignements.

 

St-Moritz.jpg

 

 

GTell, CFF

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 17:48

 

 

Pontresina   ---   Haute-Engadine   ---   Grisons

 

Correspondance postale avec Samaden, station du chemin de fer rhétique

 

Altitude : 1803 m.   ---   Sports : Patinage, ski, « luge » (traîneaux).

 

Hôtels et Pensions ouverts en hiver :

 

Hôtel Bernina 40 lits

Hôtel Enderlin 90 lits

Hôtel Kronenhof 150 lits

Palace Hôtel 100 lits (chauffage central)

Hôtel Pontresina 120 lits

Hôtel Schweizerhof 100 lits (chauffage central)

 

Villas :

 

A ma Campagne 18 lits

Collina 15 lits

 

Bureau officiel de renseignements.

 

Pontresina.jpg

 

 

GTell, CFF

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 16:38

150px-Flag-of-Switzerland-svg.png

 

Merci à mes visiteurs

 

Mon petit blog est suivi par quelques personnes qui me sont connues et par d’autres qui me sont étrangères. Je ne peux que vous remerciez tous de votre curiosité et de votre fidélité en espérant qu’HistAVoire… ou pas, vous aura appris quelques petites choses sur la Suisse.

En tant qu’administrateur de mon blog, j’ai la possibilité de savoir d’où viennent les internautes qui s’arrêtent sur mon blog. Généralement c’est par le moteur de recherche Google que vous ouvrez la porte ; ensuite, une majorité de Suisses (.ch), suivi de Français (.fr), ainsi que de quelques Belges (.be), des plus anonymes (.com), un Suédois (.se) et un Italien (.it) et outre Atlantique un Canadien (.ca). Quand je dis un visiteur du Canada, c’est peut-être plusieurs canadiens qui visitent le site et pas forcément toujours le même, car je ne peux pas savoir qui réellement visite mon blog et je ne souhaite pas espionner la planète comme certain. Quelques fois, une page de mon blog est traduite par Google Traduction par un internaute qui ne doit pas parler le français, forcément.

Mes statistiques me disent ensuite comment vous êtes entrés sur mon blog ;  accès direct, par la plateforme OverBlog, provenance externes et les moteurs de recherches. Sur les 30 derniers jours, 54% pour Provenances externes, 39% pour Provenances directes, 4% pour Moteurs de recherche et 1% par la Communauté de plateforme.

Assez de chiffres, ce n’est pas l’important au sujet de mon blog, mais bien de trouver des sujets qui peuvent être des découvertes, des témoignages ou un éclairage sur quelques aspects de la Suisse et de ses habitants généralement du passé, (mais pas toujours).

Cet éclairage n’est certes pas très utile, ni forcément intéressant pour vous tous, mais montre un peu que je m’intéresse à vous comme vous vous intéressez à HistAVoire…

 

GTell

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 16:28

 

 

Bergün   ---   Vallée de l’Albula   ---   Grisons

 

Station du chemin de fer rhétique

 

Altitude : 1370 m.   ---   Sports : Patinage, ski, « luge » (traîneaux)

 

Hôtels et Pensions ouverts en hiver :

 

Hôtel Weisses Kreuz 50 lits

Hôtel Kurhaus 120 lits (chauffage central)

 

Bergun.jpg

 

 

GTell, CFF

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités
commenter cet article