Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 17:09

.

Lundi 10 juillet 2017, on fête les 80 ans de Bellerive Plage à Lausanne.

1937 – 2017

.

Pour les Lausannois c’est « La Piscine », celle qui compte, celle qui offre le plus d’infrastructures possibles pour satisfaire tous les gouts et toutes les envies.

 

Que dire de plus, si ce n’est qu’il vous faut passer sur le site de la ville de Lausanne pour en savoir plus. Le site décrit tout ce que vous désirez savoir sur cette piscine unique.

.

Il a été construit (le site) en 2012, lors des 75 ans de la Piscine, ce qui ne manque pas d’être très bien fait et complet. Allez à cette adresse et une fois sur cette page, de nombreux liens vous conduisent là où vous désirez en savoir plus sur un sujet particulier. De la construction, avec de nombreuses photos d’époques, jusqu’à nos jours, en chiffres et en photos pour une carte de visite des plus belles. Les vidéos doivent vous plaire.

.

La plus belle contribution des chômeurs lausannois à la communauté, en effet, 1937 était la période de crise qui vit le chômage exploser, la municipalité socialiste lança le projet d’une piscine publique et d’utiliser les chômeurs pour la réalisation de celle-ci.

.

La Municipalité Rouge n’a pas fait que des bêtises.

Repost 0
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 16:25

.

Les faux blessés, ceux qui n’ont pas envie et les mauvais perdants sont remarqués cette année à Wimbledon.

.

Daniil Medvedev n’a pas réussi à digérer son exploit face à Stan Wawrinka. Pire, il a littéralement craqué, hier (5 juillet), au moment où il prenait la mesure de Rubens Bemelmans.

Le Russe avançait avec le break au 5e set lorsqu’il se sentit floué par un « overrule ». Hors de lui, il exigea le superviseur, récolta un point de pénalité et ne marqua plus un jeu.

Il quitta le court en lançant des pièces aux pieds de l’arbitre.

L’amende risque d’être salée. (Le Matin)

Aujourd’hui est tombé l’annonce de l’amende, c’est 15'000 dollars.

.

Bien dommage que ce petit « joueur » a été celui qui élimina Stan.

GTell

Repost 0
Published by G.Tell - dans Actualité INFOS
commenter cet article
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 16:06

Quand Calvin enflammait l’Europe.

Extrait tiré de : VINGT SIÈCLES A GENÈVE, par Edmond Privat, Imprimerie de l’USC, Bâle, 1963

 

Où la devise genevoise est exportée au pays des Peaux-Rouges

Au dix-septième siècle, on voit le système genevois gagner des ailes et passer l’Océan.

.

Après chaque révolution d’idées, l’Europe subit la terreur des résistants épouvantés. Les bûchers flambent longtemps après la Réformation. Sous Marie-la-Sanglante, les réfugiés anglais s’assemblaient à Genève, où leur chef était John Knox.

.

Ces hommes de foi n’aimaient pas les compromis. Quand Elisabeth établit l’Eglise anglicane avec un fond protestant sous des formes catholiques, ils s’indignèrent et Thomas Cartwright, destitué à Cambridge, vient remplacer Théodore de Bèze à la chaire de Calvin.

.

C’est de leur école, et de leur élève Browne, qu’est issue l’idée de la démocratie religieuse, la « congrégation » sans évêque, une communauté souveraine à la lumière de la Bible.

.

En 1620, en plein hiver, un petit navire jette l’ancre au cap Cod. (A 80 kilomètres au sud du futur Boston.) C’est le 21 décembre et le bateau s’appelle Fleur-de-Mai.

La centaine d’hommes et de femmes transies, qui débarquent sur la terre inconnue, fuyaient l’Europe étouffante où il fallait, pour vivre, mentir à sa foi. Comme on les comprend !

.

Les pèlerins du Mayflower étaient des Brownistes, réfugiés en Hollande. À Londres, un fils de Marie Stuart succédait à la reine Elisabeth et voulait forcer tout le monde à se conformer à l’ordre anglican. Impatienté déjà par les Presbytériens d’Edimbourg, Jacques Ier tolérait mal ces dissidents qui parlaient du nez, sur un ton prêcheur ou qui restaient couverts en présence du roi :

« Nous harcèlerons et chasserons du Royaume tous les non-conformistes. »

.

Pour un roi qui croyait au droit divin de la monarchie, tous ces discuteurs sentaient Genève et la République. Sous Cromwell et les Puritains, son fils Charles allait perdre en 1649 et son trône et la tête.

.

Exilés à Leyde, les réfugiés ne veulent pas se faire Hollandais. Ils préfèrent élever leurs enfants dans la culture anglaise et fonder quelque part leur Nouvelle Angleterre.

Le pilote du Mayflower devait les mener en Virginie. Il se trompe et les débarque au nord en pleine solitude. Il faut tout inventer, tout créer, tout bâtir, par un hiver plus froid que jamais.

.

Pendant ce long voyage, ils avaient décidé que leur colonie serait démocratique, une sœur de la République genevoise dont ils prennent la devise : Post Tenebras Lux.

 

Assemblés sur le pont du navire, ils rédigent une constitution et chacun, à son tour, vient la signer sur le parchemin : « Au nom de Dieu Amen… Nous nous unissons mutuellement par le présent contrat solennel devant Dieu, et en présence les uns des autres, en un corps civil et politique pour le bon ordre et le salut commun et la poursuite des fins susdites et, en vertu de ce pacte, pour élaborer, décréter, établir telles lois justes et égales… qu’il sera jugé opportun et convenable pour le bien général de la colonie. »

Quand l’Amérique se faisait.

Le texte et la scène sont gravés sur le mur des Bastions, mais plus profondément encore dans la mémoire des écoliers d’Amérique, où les enfants l’apprennent par cœur. Pour en parler, l’historien national devient lyrique :

.

« A cette heure », écrit Bancroft, « naquit la liberté garantie par une constitution populaire… Sur le pont du Mayflower l’humanité a recouvré ses droits et institué le gouvernement sur la base de lois égales, établies par tous pour le bien général. »

.

La légende ici prend des ailes, mais ce qu’il y a de certain, c’est qu’on en retrouve les accents dans la Déclaration d’indépendance et même dans la Déclaration des droits de l’homme à travers Franklin et Jean-Jacques Rousseau.

En 1630, deux mille Puritains anglais s’embarquent pour Boston. Ils fondent la colonie de Massachusetts, à l’abri des persécutions. Mais leur idée n’est pas encore la tolérance envers tous. Ils ont leur système et leur dogme, une théocratie fermée, à la genevoise, où l’Eglise et l’Etat se contrôlent, où le citoyen vote également pour le pasteur et le magistrat.

.

Comme désormais les navires apportent chaque année une nouvelle masse de colons, les premiers arrivés serrent les rangs. L’électeur devient aristocrate, comme à Genève les premières familles.

.

Les esprits libéraux protestent et s’en vont plus loin fonder d’autres colonies, plus ouvertes et plus vraiment démocratiques. C’est le Connecticut, avec la séparation de l’Eglise et du Gouvernement. C’est Rhode Island, avec le suffrage au bulletin secret, la tolérance religieuse et l’égalité des citoyens dans la liberté d’opinions.

Roger Williams, un pasteur qui fonde la ville de Providence, proclame le droit de chaque homme « à marcher comme sa conscience le guide ». Tous les serments obligatoires développent l’hypocrisie. Le pays n’appartient pas à tel ou tel, mais aux Indiens, avec lesquels il est chrétien de s’entendre. Williams parle comme les Quakers, amis des hommes et trouvant Dieu dans la bonté d’âme. Avec Penn, ils fonderont plus tard la Pennsylvanie et lutteront pour abolir l’esclavage des Noirs.

.

La tolérance est aussi la base du Maryland, où Lord Baltimore fonde un refuge pour les catholiques en 1632. Les protestants y gagnent vite la majorité, mais la liberté religieuse est maintenue par l’Assemblée de la colonie.

.

Désormais l’Amérique est vraiment un nouveau monde, car, en Europe, on continue à s’exclure mutuellement à chaque victoire d’un parti sur l’autre, et Genève en reste là.

Son Académie est illustre. Elle attire les jeunes princes d’Allemagne et compte plusieurs des grands noms d’Europe, les Spanheim, les Turrettini, les Diodati. C’est chez le fameux professeur de ce nom que le poète anglais Milton s’arrête à Genève en 1639.

.

Mais les conseils et la Compagnie des pasteurs imposent aux candidats un serment d’orthodoxie.

.

A Dordrecht, où siège un grand synode international des réformés d’Europe, les délégués de Genève insistent pour l’exclusion des esprits libéraux. En vain Tronchin et Mestrezat élèvent-ils timidement leur voix à Genève pour protester contre l’intolérance. Il faut attendre à la fin du siècle un philosophe comme Chouet pour enseigner Descartes et préparer la route au libre examen.

[Voilà comment Genève a influencé le Nouveau Monde et ce n’est pas la meilleure chose qui soit arrivé en Amérique.]

Repost 0
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 16:21

.

Oui le pont Tarmina est fini et inauguré cette semaine en grande pompe.

.

Le plus long pont en courbe de Suisse et l’un des plus grands d’Europe. C’est presque sans bruit qu’il a été terminé et inauguré, pourtant il aurait bien pu y avoir plus d’images de cet exploit.

 

Pour vous souvenir de quoi il s’agit, je vous renvoie à l’article posté le 31 mars 2015 ici-même.

 

Et aussi ici.

.

Je suis au ralenti avec cette chaleur, ne m’en veuillez pas.

Repost 0
Published by G.Tell - dans Actualité
commenter cet article
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 16:57

.

Bien qu’il soit mort depuis 1974, Samuel Goldwyn me fait toujours rire. Rien avoir avec la Suisse, mais c’est plus pour sourire que je vous propose des citations de ce grand homme du cinéma Hollywoodien.

1879 - 1974

1879 - 1974

.

Des citations que l’on nomme des « Goldwynisme », ce sont ses origines polonaises et ses lacunes en anglais qui faisaient que cela était drôle. L’homme est celui du célèbre Léo, le lion de la Métro-Goldwyn-Mayer.

 

Ça lui venait naturellement, c’était sa pensée et non une construction intellectuelle, c’était ce qu’il voulait dire au moment qu’il le disait. Ça devait être un personnage haut en couleurs et bien écouté de ces interlocuteurs pour que ceux-ci enregistrent ces propos et les restituèrent, tels qu’ils les avaient entendus.

Exemples :

 

« Un accord verbal ne vaut même pas le papier sur lequel il est écrit. »

.

« Il n’est pas indispensable d’être fou pour faire du cinéma. Mais ça aide beaucoup. »

.

« Tous ceux à qui vient l’idée de consulter un psychiatre devraient subir un examen mental. »

.

« Télévision couleur ! Bah, je ne vais pas y croire jusqu’à ce que je voie en noir et blanc. »

.

« La raison pour laquelle tant de personnes sont venues à son enterrement est qu’ils voulaient s’assurer qu’il était mort. »

.

 « Si je parais confus, c’est parce que je pense. »

.

« Je prendrai cinquante pour cent d’efficacité pour avoir cent pour cent de loyauté. »

.

« Donnez-moi un idiot intelligent au lieu d’un génie stupide à n’importe quel moment. »

.

« Si Roosevelt était vivant aujourd’hui, il se retournerait dans sa tombe. »

.

« On ne doit pas se moquer de nos comédies. »

.

« La vie d’un célibataire n’est pas une vie pour un homme non marié. »

.

« Je suis prêt à admettre que je pourrais n’avoir pas toujours raison, mais je n’ai jamais tort. »

.

« Je ne pense pas que les gens devraient écrire leur autobiographie qu’après leur mort. »

.

« Ne vous inquiétez pas à propos de la guerre. C’est terminé, à part les fusillades. »

.

« Ne faites pas attention aux critiques – ne les ignorez pas non plus. »

.

« La scène est fade. Dites-lui de mettre plus de vie dans sa mort. »

.

« J’ai lu l’une des parties jusqu’à la fin. »

.

« Si je pouvais mourir maintenant, je serais l’homme vivant le plus heureux. »

.

« Je veux que chacun me dise la vérité, même si cela lui coûte son emploi. »

.

« La danse moderne est démodée. »

.

« J’ai quitté la maison à 15 ans car Hollywood n’est pas le meilleur endroit pour grandir. »

.

« C’est plus que magnifique – c’est médiocre. »

.

« Voilà le type de publicité que j’aime : des faits, des faits, des faits. »

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités humour
commenter cet article
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 16:56

.

En 1955, à Cointrin, un grand meeting d’aviation est organisé avec un ample succès. Ceci pour les 50 ans de la place d’aviation de Cointrin.

 

Avions civils côtoient les avions militaires, comme toujours. La vedette est probablement le bombardier stratégique B-36D Peacemaker, du constructeur Conver, qui impressionne la foule, par sa grandeur et ses hélices disposées à « l’envers », par rapport à la tradition.

Les 25 et 26 juin 1955, un meeting est organisé pour les 50 ans de l'aviation en Suisse.

Les 25 et 26 juin 1955, un meeting est organisé pour les 50 ans de l'aviation en Suisse.

.

Le bombardier B-36D Peacemaker.

.

D’une envergure de 70,10 m. d’une longueur de 49,50m. et de 14,50 m de haut, un tel monstre à Genève ne passe pas inaperçu.

.

Bon, il faisait son malin sur le tarmac et la foule photographiait à tout va, mais cette forteresse volante n’a jamais été au combat. Comme les 380 autres construites pour le Strategic Air Command et l’U.S. Air Force.

Un prototype, encore avec deux énormes roues.

Un prototype, encore avec deux énormes roues.

Les dernières versions ont en plus des hélices, deux paires de réacteurs en bout d’ailes.

Les dernières versions ont en plus des hélices, deux paires de réacteurs en bout d’ailes.

.

50 ans déjà, que dans la campagne un champ d’aviation, un aérodrome et enfin un aéroport international, est au service du public. La transformation des infrastructures ont évolués en même temps que les avions fendaient l’air de plus en plus vite et de plus en plus sûrement. Les avions du début du siècle n’ont plus rien à voir avec ceux des années 50 qui vont, dès ce moment, devenir des machines plus grandes, plus rapides et toujours plus sûrs.

.

Le temps des avions à hélices arrive à son terme et la réaction entre en jeu. A cette époque, tout ce qui volait était reconnaissables en levant les yeux. Bientôt, seules les traces de condensations seront visibles dans un ciel bleu et un point brillant au-devant d’elles marquera la présence d’un avion.

.

Mais pour le moment, les plus grands avions commerciaux passent à Genève et se montrent au public, tel le Super Constellation, déjà en bout de course. Le De Havilland Comet, Anglais, est déjà dans les airs. Bientôt suivi de la Caravelle de Sud-Aviation des Français. Légèrement après eux, le Boeing arrivera sur les tarmacs d’Europe.

Deux Constellations en 1950

Deux Constellations en 1950

Constellation

Constellation

Repost 0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 16:08

.

On connait certain noms, les frères Wright, possiblement leurs prénoms, Orville et Wilbur, peut-être l’Avion d’Ader et certainement Blériot, sa moustache et la traversée de la Manche.

.

Mais connaissez-vous les pionniers suisses de l’aviation, ceux qui avaient des idées et du génie ?

.

Car enfin, la Suisse a été le premier pays à réagir au boum de l’aviation en France. Aucun de ses voisins ne réagit autant, l’Angleterre, la Belgique, l’Allemagne ou l’Espagne, aucune réaction, seule la Suisse, a vu des pionniers, vite mis en œuvre pour faire comme les français et avec de nombreux succès et de nombreux avions.

.

Principalement les frères Dufaux. Par leur originalité ces deux frères de bonne famille, étaient comme tous les pionniers, des touches à tout. On peut presque dire, en effet, au sens étymologique, « touche à tout », personne ayant de nombreux centres d’intérêt dans des domaines variés mais qui ne les étudie que de façon superficielle. (Définition de Wiktionnaire.)

.

Les deux frères Dufaux sont à l’origine de Motosacoche, en 1902, ils étudient et développent un hélicoptère, ils fabriquent des moteurs, pour tous les usages, font des avions et se lancent dans des meetings et font mieux que Blériot en traversant le Léman dans sa longueur.

Dufaux 4

Dufaux 4

Henri Dufaux

Henri Dufaux

Les frères Dufaux 1905

Les frères Dufaux 1905

.

La biographie d’Henri Dufaux par Wikipédia, me semble le plus intéressant par les faits relatés sur la longue vie d’Henri Dufaux. Par exemple : saviez-vous qu’il inaugura le pavillon de l'aviation au Musée des transports de Lucerne au côté de lui le célèbre Neil Armstrong.

.

Ce qui mérite un lien pour en lire plus, c’est ici.

.

En savoir un peu plus sur l’hélicoptère, c’est ici.

.

La chronologie des deux frères, c’est ici.

.

Autres noms de l’aviation Helvétique.

.

François Durafour, René Grandjean, Ernest Failloubaz, Oscar Bider,  ceux qui, avant la première guerre mondiale, furent les pionniers de l’aviation helvétique en Suisse.

François Durafour, monoplan Duperdussin, 1912

François Durafour, monoplan Duperdussin, 1912

Ernest Failloubaz, 1910

Ernest Failloubaz, 1910

Oscar Bider, 1912

Oscar Bider, 1912

Oscar Bider, 1913, vol postal

Oscar Bider, 1913, vol postal

Oscar Bider, premiers vols militaires, 1913

Oscar Bider, premiers vols militaires, 1913

Petit pays mais de grands hommes.

.

Enfin, il y eu des suisses qui se trouvèrent en France, dans les activités communes des pionniers français, mélangés à eux.

.

Ainsi : Edmond Audemars, Albert Kimmerling. Kimmerling par le fait d’être double-national, il est ainsi le premier suisse à piloter un avion.

Repost 0
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 16:23

.

Un petit article sur notre Poste, le Géant jaune, qui engrange des millions de bénéfices, s’illustre comme toujours depuis ces dernières années, par l’annonce de fermeture d’office de poste un peu partout dans le pays.

 

Le journal du matin, a relevé pour nous la situation, avec humour.

C'est bien la Nôtre

C'est bien la Nôtre

.

L’organe de surveillance de La Poste, PostCom, a souligné hier que le géant jaune ne doit pas fermer ses offices uniquement pour des raisons de rentabilités.

 

Les chiffres sont effarants. Il y avait 3396 offices en 2001. 2424 en 2005. 1955 en 2010. 1323 l’an dernier. Selon nos projections en 2032 ou 2033, il ne devrait rester qu’un seul bureau de poste. Il sera à Zurich. L’attente sera monstrueuse. Mais rassurez-vous : on y vendra toujours des coques de smartphone avec des oreilles de Mickey.

Poste où vas-tu ?

.

Voilà qui est dit ! Préparez-vous à vous lever tôt pour prendre l’autoroute et aller à Zurich, poster une carte postale pour votre voisin. Et pas certain qu’elle sera délivrée, puisque toutes maisons isolées, la Poste ne passera pas et qu’il faudra retirer la carte postale à l’office de poste… donc à Zurich.

 

Absurde ? oui, il me semble en effet, mais alors que faisons-nous pour arrêter La Poste.

Mais quoi ?

Mais quoi ?

Repost 0
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 17:23

.

Tous menteurs ou est-ce les politiques ou les journalistes.

.

La question est posée.

.

Voici ce que je pouvais lire dans un journal du matin, qui nous relatait ce qui ce passe aux Chambres fédérales.

.

« Les Chambres fédérales ont dû avaliser la perte de 215 millions de cautionnement pour la marine marchande helvétique qui date de la guerre froide. Un bouillon que personne n’a vu venir. Christian Levrat PS/FR a résumé : « Nous avons le choix entre dire oui ou oui et c’est une alternative qui ne réjouit pas un politicien. » Cette caution représente environ 55 francs pour chaque ménage helvétique. »

.

Curieux et comme j’aime bien les bateaux, je me suis penché sur ce qui est dit.

Qui croire ?

.

Première chose, je cherche la confirmation des chiffres annoncés. Les 215 millions c’est ok, les 55 francs pour chaque ménage, nécessite de savoir combien de ménage sont dénombrés par l’Administration fédérale. J’ai trouvé la page « Ménages » de l’Office fédéral de la statistique, qui donne le chiffre suivant : 3'631.4 en milliers, ce qui donne donc 3'631.400 ménages.

.

Après division de 215 millions par 3'634.400 ménages, j’obtiens le total suivant : 59,20 et non 55 environ.

.

Alors où est l’erreur ? Et pourquoi faut-il que ce soit seulement les ménages qui paient ?

 

Pourquoi n’est-ce pas la population « entière » qui paierait ?

.

Sur la même page de l’Office fédéral de la statistique, sous « Population », m’apprend que nous sommes 8'417.7 en milliers, soit 8'417.700 personnes.

.

Si l’on reprend les 215'000.000 de francs divisé par la population, cela donne : 25.54 francs par personne !

.

Est-ce que je vous ai bien informés ?

 

Soyons vigilant !

Repost 0
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 17:01

.

Chez nous et ailleurs, ceux qui utilisent ces mots, parlent le bon français. Puisque nous comptons en base dix, il faut dire, dix, vingt, trente, quarante, cinquante, soixante, septante, huitante et nonante. La forme Mixte des Français de France, qui dit, soixante-dix, quatre-vingt et quatre-vingt-dix, alors qu’ils avaient bien commencé, ils finissent par nous embrouiller les oreilles.

Septante, huitante et nonante.

.

De nombreux sites Internet nous en parlent, avec, même des français qui demandent à compter comme nous.

.

Le site SWISSINFO.CH a publié un très bon article sur le sujet que je vous invite à lire : ICI

Repost 0
Published by G.Tell - dans curiosités humour
commenter cet article