Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 15:34

Internautes, Mesdames, Messieurs, mes blogueurs et autres curieux.

 

Attention aux traductions et traducteurs automatiques que vous utilisez sur votre ordinateur. Une traduction d’un texte peut, une fois traduit dans plusieurs langues, perdre le sens initial et devenir absurde. Exemple :

 

En fin de nuit, avant même l’aurore, le coq poussait son chant en bousculant quelques poulettes et chapons endormis, chant qui énervait le voisin de la ferme, qui est un citadin installé récemment, d’être réveillé avec la basse-cour.

 

Traduction Google en anglais…

 

In late night, even before the dawn, the cock pushed his singing hustling some chickens and capons asleep song that annoyed the neighboring farm, a city recently installed, to be awakened with low short.

 

Traduction Google en italien, du texte traduit en anglais.

 

n tarda notte, anche prima dell'alba, il gallo ha spinto il suo canto spacciare alcuni polli e capponi addormentato canzone che ha infastidito la fattoria vicina, una città di recente installazione, di essere svegliato con un basso a breve.

 

Traduction Google en allemand du texte traduit en italien.

 

Kein spät in der Nacht, noch vor Morgengrauen, schob der Hahn seine Hand hausieren einige Hühner und Kapaune eingeschlafen Song, der die benachbarten Bauernhof, eine Stadt vor kurzem installiert, um mit einem geringen kurze geweckt werden gestört hat.

 

Traduction Google en espagnol du texte traduit en allemand.

 

No tarde en la noche, antes del amanecer, el gallo empujó su mano trafican algunos pollos y capones dormido canción, que instala la granja vecina, una ciudad recientemente para ser despertado con un corto poco molesto.

 

Traduction Google en français du texte traduit en espagnol.

 

Aucune tard dans la nuit, avant l'aube, le coq a poussé sa main colporter quelques poulets et chapons endormi chanson, qui installe la ferme voisine, une ville récemment d'être réveillé par un court peu ennuyeux.

 

Cinq traduction du même texte ont suffi pour ne plus rien comprendre du texte initial. Cela ressemble aux guides de montage des meuble Ikea ou des modes d’emplois chinois en multi-langues du robot ménager. Déjà la première traduction français/anglais et en inversant aussitôt la traduction, anglais/français, la traduction automatique n’est pas fidèle : En fin de soirée, avant même l'aube, le coq a poussé son chant bousculant quelques poulets et chapons endormi chanson que contrarié la ferme voisine, une ville récemment installé, être réveillé avec une faible court.

 

Internautes ! Si votre travail ou vos loisirs demandent une traduction français/anglais et que vous utilisiez les outils à votre dispositions, veillez à faire des phrases courtes, très courtes à fin d’obtenir une traduction plus fidèle au texte original.

 

Exemples :

 

je suis là.

peux-tu venir demain?

la maison bleue.

viens avec ta soeur.

peut-être vendredi.

 

Traduction.

 

I'm here.
can you come tomorrow?
the blue house.
Come with your sister.
maybe Friday.

 

On revient au français,

 

Je suis ici.
pouvez-vous venir demain?
la maison bleue.
Venez avec votre sœur.
peut-être vendredi.

 

C’est presque juste, le sens est toujours là et l’on comprend bien le texte initial.

 

GTell

Repost 0
Published by G.Tell - dans humour
commenter cet article
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 19:46

 Nous avons voté et comme à chaque fois que le GSsA nous balançait une initiative pour une Suisse sans armée, le peuple refusait.

 

Pour avoir soutenu l’idée d’une Suisse sans armée, j’ai très souvent entendu d’énormes sottises qui me faisaient, au final, me rallier aux opposants d’une telle idée.

Pourquoi arrivais-je toujours à l’impossibilité d’une suppression de l’armée ? Mes réflexions personnelles n’ont jamais été confrontées aux initiant ce qui est dommage, car j’aurai aimé connaître le point de vu d’un politique ou du moins d’une personne pouvant me contredire avec des arguments solides et raisonnés.

 

Supprimer l’armée comme ça d’un coup de baguette magique après un vote favorable est impossible à réaliser. D’une part on touche à l’essence même de notre pays, la neutralité armée. Dans notre constitution, nous sommes citoyens soldats et nous défendons notre pays l’arme à la main, tel est l’idée générale depuis 1516. Le traité

Pour ne plus avoir d’armée, il faut au minimum, ne plus être citoyens soldats, ne plus avoir la neutralité armée, obtenir du peuple le changement de la constitution sur ces points et après et seulement après, on supprime l’armée.

Attaché comme nous le sommes à la neutralité et à nos avantages et à nos armes, je ne vois pas comment le GSsA pourrait un jour arriver à un résultat positif. C’est dommage que de ne pas pouvoir rejoindre la liste des pays sans armée, car nous serions bien accompagnés avec des pays exotiques qui font rêver. La Liste des pays sans armée.

 

Suis-je dans le juste ou dans le faux avec mes réflexions ? A vous de me le dire, merci.

 

GTell.

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 19:56

La question est posée.

 

Avez-vous quelques pistes à me proposer, des sujets à traiter et à faire partager avec d’autres curieux de ce site ?

 

GTell  

Repost 0
Published by G.Tell - dans gtell
commenter cet article
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 12:59

Le secret bancaire Suisse

 

Si l’on demande à un français quel est le personnage historique le plus aimé ou important, il peut répondre Napoléon, mais plus généralement on vous répondra le grand Roi Soleil, Louis XIV. Il est le commanditaire du château de Versailles, de grandes idées politiques pour le bien de la France, des beaux jardins, etc. Le rayonnement de la France en l’Europe et le Monde lui doivent beaucoup en effet.

La révocation de l’Edit de Nantes est le plus grand mal qu’on peut reprocher à Louis XIV, qui provoqua l’exode des protestants de France pour là où ils pouvaient vivre sereinement, dans les pays où la réforme était bien implantée et où il faisait bon vivre. L’un de ces pays était la Suisse.

L’afflux des Huguenots en terre Romande a été bénéfique à beaucoup. Mais paradoxalement en premier à celui qui chassa les Protestants de France, c’est-à-dire Louis XIV qui a vite compris qu’il ne pouvait se passer des prêts et investissements des riches banquiers et hommes d’affaires Huguenots, qui ne l’oublions pas avaient depuis la Réforme autorisé le prêt à intérêt que les catholiques ne pratiquaient pas. Les Huguenots avaient l’habitude et des fonds nécessaires aux besoins de la noblesse et du Roi.

L’accord entre le Roi et les banquiers genevois et leurs nouveaux amis était que toutes les transactions financières devaient être faites sous le sceau du secret. Qui aurait compris que le Roi qui chassa les Huguenots, empruntait aux mêmes hommes bannis de France et de l’autre côté que ces mêmes hommes qui avaient beaucoup soufrèrent de ces actes, offraient leurs services à leur bourreau. Le Secret Bancaire genevois était né, bientôt toute la Suisse allait le pratiquer.

Le secret a bénéficié bien plus qu’aux banquiers suisses, en particulier les cours européennes de toutes les monarchies. Et voilà que les Républiques européennes et étasuniennes veulent fracasser le secret bancaire en oubliant tous les services qu’un tel système a fourni aux plus grands de ce monde et bien sûr aux plus crapuleux aussi.

Les Français ont oubliés ou font semblant de ne pas savoir qu’ils sont à l’origine du Secret Bancaire Suisse parce que cela les arrangent aujourd’hui.

Si vous êtes un habituer de ce blog, vous savez déjà que la Suisse telle qu’elle est dans ses frontières et dans son système politique doit beaucoup aux autres, les Autrichiens, les Allemands et surtout à la France. Alors l’amitié franco-suisse va-t-elle être fracassée comme le secret bancaire ?

 

GTell

 Louis XIVLouis XIV


Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 16:54

armoiries_bercher_moyen.JPG

BERCHER

 

Les Bourlatsapi

 

Surnom des habitants de Bercher, village terminus de la ligne du LEB train aux couleurs vaudoises bien connu. Les Bourlatsapi ou en français les Brûle-Chapeaux fait référence à des événements lointain qui remonte au Moyen-âge. L’instabilité de l’époque est générale, au tournant de l’an mille avait été comme partout, le moment de doute suite aux guerres et invasions sur tout le territoire de l’Europe.

Les couvents se multiplient partout avec un nouvel art religieux qui puise parfois dans la culture arabo-musulmane qui est implanté sur le continent. Si les conquêtes par des rois et grands seigneurs est chose connue et inscrit dans l’histoire avec un grand H, il existe toujours des petites histoires vécues par des gens simples qui marquent pourtant pour longtemps l’histoire locale, jusqu’à nos jours. Bien que parfois en cour de route on oublie les faits qui furent assez forts au moment de la réalisation de tels événements, tel est le cas pour l’origine des Bourlatsapi de Bercher. Il est probable que tous savent à Bercher et dans le Gros-de-Vaud le petit nom des habitants de Bercher, sans pourtant donner une explication juste du pourquoi.

Même aujourd’hui il est difficile de trouver une juste interprétation de ce qui c’est passé entre les habitants de Bercher et ceux d’un village voisin, Vuarrens.

Dans [Histoire d’un village vaudois, Bercher], écrit par Richard Paquier en 1972, on peut lire à propos des Bourlatsapi à la page 18 : « Cet épisode d’histoire locale nous montre combien l’ordre public et la sécurité étaient précaires en ce temps-là. On a raconté (mais ce n’est pas un fait d’histoire dûment établi) que les gens de Bercher s’emparèrent de tous les chapeaux qu’ils trouvèrent à Vuarrens et en firent un feu de joie, ou de rage ! De là provient le surnom patois de Bourlatsapi qui est resté aux gens de Bercher : les brûle-chapeaux. Ce chapeau figure comme un trophée sur les armoiries que le village s’est données de nos jours. »

Les troubles sont avérés entre les deux villages, puisqu’il fallut un arbitrage pour mettre fin à la « guerre de Vuarrens » ; la paix fut conclue à Lausanne, à l’évêché, en juillet 1229.

 

GTell, Madame la Greffe Municipal à Bercher, Richard Paquier.

Repost 0
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 23:48

 

01723036-photo-valerie-lemercier.jpg 

Valérie Lemercier, croyez-vous au prince charmant?

 

"Je crois surtout que les hommes et les femmes ne se ressemblent pas. Il faut laisser chacun à sa place. Quand les hommes arrêteront de vouloir nous faire lire des cartes routières, et quand les femmes cesseront de faire retenir aux hommes les dates de rencontres et d'anniversaires, tout ira mieux."

 

GTell, LeMatin Dimanche

Repost 0
Published by G.Tell - dans humour
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 15:50

Le 20 minutes, journal gratuit, que l’on voit partout dans les poubelles ou sur les trottoirs, donne comme tous les quotidiens la météo nationale et plus particulièrement de Romandie, puisqu’il est distribué pour les Romands.

 

Je me suis toujours demandé comment les Zurichois percevaient la Romandie. Je crois avoir la réponse à cette question existentielle qui devrait intéresser tous ceux qui sont un peu curieux.

 

Regardez ci-dessous et admirez la Romandie des Zurichois.

 

meteo.jpg

 

GTell

Repost 0
Published by G.Tell - dans humour
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 17:15

L’initiative Minder permettrait de régulariser les salaires, bonus et autres avantages concédé au sommet de la pyramide des grandes entreprises côtés en bourse, en Suisse et à l’étranger.

Plus de visibilité et de clarté sur ce que toucherait les membres du conseil d’administration. Pas de parachute doré extravagant ni bonus scandaleux.


L’assemblée générale d’une société anonyme suisse cotée en bourse en Suisse ou à l’étranger vote chaque année la somme globale des rémunérations du conseil d’administration, de la direction et du comité consultatif. (Nous sauront comment sont payés ces messieurs)

Les caisses de pension votent dans l’intérêt de leurs assurés et communiquent ce qu’elles ont voté. (Les assuré seront mieux protégés et la visibilité encore)

Les membres des organes ne reçoivent ni indemnité de départ ni autre indemnité, aucune rémunération anticipée ni prime pour des achats ou des ventes d’entreprises, et ne peuvent pas être liés par un autre contrat de conseil ou de travail à une société du groupe. (Bonus, cadeaux, indemnité bidon, primes de toutes sortes, seraient interdits)

Les rentes, les crédits et prêts accordés entre copains des organes de direction, etc. sont prohibés. (Ils seront logés à la même enseigne que vous et moi pour obtenir de tels crédits, prêts, etc.)

 

Il semblerait que selon les sondages actuels, les suisses accepteraient l’initiative Minder. Personnellement je n’ai pas lu le contre-projet du Conseil Fédéral, qui généralement modifie en retrait les articles de lois qui lui semble allez trop loin. (Pensez aux politiques qui sont membre d’un conseil d’administration et qui touchent beaucoup sans rien faire.)

 

J’approuve cette initiative car comme de très nombreux citoyens je suis scandalisé qu’un président de groupe touche un salaire indécent, qu’après avoir mit au chômage des milliers d’ouvriers après avoir vendu une usine et fermé des chaînes de montages, il touche un bonus et une indemnité de départ qui se chiffre en dizaine millions.

 

GTell

 


Initiative populaire fédérale 'contre les rémunérations abusives'

I

La Constitution fédérale du 18 avril 19991 est complétée comme suit :

Art. 95, al. 3 (nouveau)


3 En vue de protéger l'économie, la propriété privée et les actionnaires et d'assurer une gestion d'entreprise durable, la loi oblige les sociétés anonymes suisses cotées en bourse en Suisse ou à l'étranger à respecter les principes suivants :


a. l'assemblée générale vote chaque année la somme globale des rémunérations (argent et valeur des prestations en nature) du conseil d'administration, de la direction et du comité consultatif. Elle désigne chaque année le président du conseil d'administration et, un par un, les membres du conseil d'administration et les membres du comité de rémunération ainsi que le représentant indépendant. Les caisses de pension votent dans l'intérêt de leurs assurés et communiquent ce qu'elles ont voté. Les actionnaires peuvent voter à distance par voie électronique ; ils ne peuvent pas être représentés par un membre d'un organe de la société ou par un dépositaire ;


b. les membres des organes ne reçoivent ni indemnité de départ ni autre indemnité, aucune rémunération anticipée ni prime pour des achats ou des ventes d'entreprises, et ne peuvent pas être liés par un autre contrat de conseil ou de travail à une société du groupe. La gestion de la société ne peut pas être déléguée à une personne morale ;


c. les statuts règlent le montant des rentes, des crédits et des prêts octroyés aux membres des organes, les plans de bonus et de participation et le nombre de mandats externes de ces derniers, de même que la durée du contrat de travail des membres de la direction ;


d. toute violation des dispositions prévues aux let. a à c sera sanctionnée d'une peine privative de liberté de trois ans au plus et d'une peine pécuniaire pouvant atteindre six rémunérations annuelles.


II


Les dispositions transitoires de la Constitution fédérale sont complétées comme suit:


Art. 197, ch. 8 (nouveau)


8. Disposition transitoire ad. art. 95, al. 3


D'ici à l'entrée en vigueur des dispositions légales, le Conseil fédéral édictera, dans un délai d'une année après l'acceptation de l'art. 95, al. 3, par le peuple et les cantons, les dispositions d'exécution nécessaires.

 

Repost 0
Published by G.Tell - dans Actualité
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 16:31

 

Un don de 10 millions de francs pour l’Asile des aveugles de Lausanne, telle est la somme généreuse promise.

 

Ingvar Kamprad, décrit par certains comme étant « pingre », perpétue ainsi l’action charitable des fondateurs de cette institution lausannoise qu’est l’Asile des aveugles.

 

Comme je vous ai déjà parlé de l’Asile des aveugles, je vais seulement rappeler les noms des fondateurs : Elisabeth-Jane de Cerjat, Frédéric Recordon, William Haldimand, le pasteur Espérandieu qui mettra en relation les deux premier avec William Haldimand.

 

Ingvar Kamprad aura certainement une plaque de bronze rappelant son geste généreux, sur l’un des murs de l’asile.

 

jpg.jpg

 

GTell, Internet

Repost 0
Published by G.Tell - dans Actualité
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 17:48

  Pendant les négociations qui eut lieu à Rion-Bosson, Clavel avait prié Louis Reymond de lui indiquer quelles étaient ses intentions, celles des troupes qu’il commandait et ce qu’ils avaient à demander au gouvernement ou à ses représentants. Le chef des Bourla-Papey lui remit, en réponse, et par l’intermédiaire du citoyen Warnery, une note qui renferme à ce sujet les indications les plus précises. En voici l’essentiel :

  « Il [Reymond] demande, au nom de sa troupe, que l’on mette à sa disposition tous les titres quelconques, quel que puisse en être le nom, relatifs aux droitures féodales, quel que puisse être le dépôt de ces titres, qu’ils existent dans les archives de Lausanne ou dans d’autres archives publiques ou particulières, ou enfin dans tous les autres lieux où il pourraient en être découvert ; les représentants du gouvernement s’engagent de mettre de même à sa disposition tous les titres qui pourraient avoir été transportés hors du canton ou hors de l’Helvétie… ; que ceux déposés dans les archives quelconques de Lausanne lui soient remis dès demain matin et que tout le reste suive avant le licenciement de ses troupes, et qu’il espère obtenir une fois ces conditions remplies. – Il demande, en outre, qu’amnistie générale soit prononcée pour tous les citoyens quelconques qui ont pris part à cet armement. Il demande, enfin, que réponse leur soit donnée à minuit sur les objets pour lesquels il accorde un délai… »

  Le chef des Bourla-Papey fit encore plus et mieux. Lorsqu’il apprit, le 7 mai, que le gouvernement central avait envoyé, dans le Canton du Léman, un Commissaire, il se hâta de s’adresser à ce dernier pour lui soumettre les causes du soulèvement, les griefs des paysans, et les résolutions qu’ils avaient prises. Cette lettre de Louis Reymond au citoyen Kuhn fait penser aussitôt à la fameuse adresse aux autorités du Canton du Léman. Elle constitue, en quelque sorte, le manifeste de l’insurrection de 1802, mais un manifeste aussi habile que net et énergique. C’est le document politique principal de cette Jacquerie vaudoise. Il est daté de St-Saphorin-sur-Morges, le 7 mai. Le voici :

  « Le Commandant des troupes vaudoises des divers districts du Canton de Vaud, au citoyen ministre de la Justice et de la Police, actuellement Commissaire du gouvernement de la République Helvétique dans le Canton de Vaud,

  « Citoyen Ministre :

  « Organe des braves troupes sous mes ordres, je n’ai pu qu’être satisfait, ainsi que tous les braves citoyens que j’ai l’honneur de commander, du choix qu’a fait le Gouvernement de votre personne, pour vous rendre dans ce canton ; la pleine confiance que l’on a en vos lumières et en votre intégrité les invite à mettre sous vos yeux tous les griefs qu’ils ont à former.

  « Vous le savez, Citoyen Ministre, au moment de la révolution, il fut promis aux agriculteurs la libération de toutes redevances féodales, et comment n’y auraient-ils pas cru, lorsque des proclamations du premier magistrat du canton, émanées pour ce jour solennel où ils furent appelés à prêter serment en face de l’Etre suprême, leur assuraient qu’il n’existerait plus pour eux de seigneurs et, par conséquent, de redevances seigneuriales. Pendant deux ans ils jouissent des effets de ces promesses ; mais la troisième année arrivée, ils voient des arrêtés rigoureux et injustes dans leurs formes sortir d’une autorité provisoire, et qui empiraient leur sort. Fondés sur des arrêtés pareils, les propriétaires de ces redevances, tous ennemis du nouvel ordre des choses, s’en sont prévalus pour tyranniser leurs vassaux, auxquels tous moyens de se faire entendre étaient enlevés à raison des formalités que prescrivaient ces arrêtés. Il y a plus, c’est qu’outre le payement de ces redevances féodales arréragées, on exige d’eux des impôts continuels partant d’autorités auxquelles un tel pouvoir, ne peut et ne doit jamais être attribué, de manière que tous ces impôts, tant directs qu’indirects, réunis au payement des censes et des dîmes anéantissent toutes leurs ressources et les ont jetés dans le désespoir.

  « D’où il résulte : I° que le mouvement auquel ils se sont portés n’a d’autre cause que la manière dure et tyrannique dont on les traite depuis quelque temps, l’exaction rigoureuse des dîmes et des impôts répétés, la menace de nouveaux impôts plus insupportables encore ; par la mise en exécution d’un système d’imposition aussi oppressif qu’absurde, la ruine, enfin, de plusieurs agriculteurs, qui ne peuvent plus suffire au payement de leurs intérêts. – 2° Que loin de mériter les qualifications odieuses dont ils savent qu’on les décors, loin d’être des rebelles, ils ne sont que des infortunés réduits au désespoir et qu’on cherche à flétrir, mais tout malheureux qu’ils sont, ils donnent au gouvernement actuel l’assurance positive de leur attachement inviolable, de leur disposition absolue de défendre le gouvernement et de l’appuyer si cela était nécessaire, contre les manœuvres de ceux qui voudraient le renverser pour ramener un ordre des choses qu’ils ne verraient qu’avec horreur. – 3° Qu’ils sont assez convaincus de la sagesse du gouvernement pour croire qu’il n’écoutera, dans le parti, qu’il a à prendre en ce moment, aucune des suggestions perfides des ennemis de toute liberté, des partisans des privilèges, de ces caméléons politiques toujours au service du pouvoir qui domine, toujours se pliant à tous les événements, toujours portés aux mesures violentes, tout en se répandant en paroles mielleuses.

  « Enfin, Citoyen Ministre, si séduit par les conseils perfides de ces hommes qu’on vient de vous dépeindre, vous ordonniez des moyens de rigueur et des voies de fait pour opposer au projet invariablement pris par mes troupes, elle vous déclarent qu’outre la résistance que vous trouverez en elles, elles émettront incontinent un vœu de réunion à la République française, sous la protection de laquelle elles se mettent dès cet instant et dont elles arborent déjà les couleurs-

  Agréez, etc.                                                                                                       (Signé) REYMOND.

 

GTell, Internet, Aigle.

Repost 0