750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Archives

Articles Récents

Liens

31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 17:57

.

Les 23 victoires en grand chelem Serena Williams sont éclipsées pas les 18 de Roger Federer, comme c’est bizarre.   

Normale me direz-vous, chez les hommes c’est plus difficile, etc. Vous avez certainement raison, mais n’empêche que la gloire recouvre Serena Williams et qu’elle est aujourd’hui au sommet, seule, avec un palmarès unique et ce n’est pas fini pour cette grande dame du tennis.

Serena Williams
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 16:47

.

Voilà, depuis quelques mois, j’ai remarqué que les people et autres sportifs, utilisent « voilà » à chaque réponse, en début de phrase, au milieu et à la fin, voilà.

.

« Euh, voilà, en face de nous nous avions une équipe solide, voilà. Et je… voilà, ils ont gagné, voilà ! »

 

« Voilà, le film est une œuvre personnelle, voilà, on joue comme si, oui voilà, c’est juste, avec beaucoup de sentiments ! »

Voilà, voilà, acteurs, sportifs, animateurs et gens de la rue, tous utilisent ce « Voilà » qui n’a rien à y faire. Je préfère encore le « euh », court ou long, qui débute les phrases, qui lui a un plus long passé.

Le « euh » est plus sympa, il marque un temps de réflexion avant de donner une réponse intelligente ou pas. Mais ce « Voilà » n’est qu’une aberration, il n’a pas lieu d’être dans la conversation. D’où vient-il ? Pourquoi est-il ainsi employé à tout moment. Heureusement que les journalistes s’abstiennent de l’utiliser. Quoique le temps passant, il fort possible qu’un jour ou l’autre, un journaliste se croira obligé de parler comme le reste de son entourage.

D’autres que moi l’on remarqué : c’est ici !

GTell

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 17:35

À mes suiveurs, à ceux qui par hasard passent sur mon blog ces jours, je vous souhaite tous mes vœux habituels que l’on s’applique à émettre presque automatiquement, sans la sincérité qui serait de mise, si l’on avait un peu de religion. De nos jours, ce sont les commerçants qui bénéficient de toutes nos faiblesses que l’on a envers nos proches, qui recevront cadeaux et formules depuis longtemps apprises et ressorties sans réfléchir : Joyeux Noël et Bonne Année !

Vœux de fin d’année 2016

Et cette pause de fin d’année est la bienvenue. Oui, j’ai dit « pause », qui signifie bien un arrêt temporaire qui annonce en même temps une reprise, qui une fois passé les fêtes, sera certainement tout aussi intéressante que précédemment.

GTell

P.S. J’ai pris rendez-vous pour une opération de l’œil gauche en janvier, j’espère que ma vision nouvelle sera plus aigüe en 2017 et mes articles plus clairs.

Partager cet article
Repost0
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 17:18

.

Le 30 juin 2014, je publiais un article avec ce titre, « Question »

Un marin est un navigateur sur la mer, il peut être pêcheur, solitaire, militaire ou plaisancier, mais sur un lac… comment appelle-t-on celui qui navigue ainsi ?

Comme personne n’a trouvé réponse à ma question, j’ai fini par demander à l’Académie française s’il existait un terme spécifique pour désigner le navigateur d’eau douce.

Voici leur réponse.

Un tel terme n'existe pas. Mais il est fréquent dans la langue qu'un terme d'étymologie particulière prenne une acception générique : le plus célèbre étant alpinisme, qui se dit non seulement pour toutes les montagnes de France, mais même du monde !

Donc dans la langue française, tous ceux qui naviguent sur l’eau, qu’elle soit salée ou douce, sont des MARINS.

Du dictionnaire

Du dictionnaire

Je peux ainsi me retirer cette question lancinante de mon cerveau.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 16:24

C’est l’été, le « Monde » est en vacances. Enfin, en cette saison les programmes de nos médias tournent au ralenti, particulièrement la télévision.

Si l’on n’est pas sorti le soir venu, pour siroter un thé glacé à la terrasse d’un établissement public avec des amis, vous aurez peut-être l’envie d’allumer votre télévision. Là, en ce moment sur les chaînes habituelles, vous aurez droit à des rediffusions de programmes déjà vu et aussi les « grands classiques » du cinéma. Les nouveautés sortiront sur nos écrans à la rentrée.

Alors dans ce contexte, j’ai dernièrement revu un film du début des années 80, qui m’a rappelé des souvenirs, Dressé pour tuer. Le film est inspiré du roman de Romain Gary, Chien blanc.

Chien blanc

Le fameux récit de Romain Gary, publié en 1970, roman qui dénonce tous les racismes. Sulfureux, l’auteur dénonce le racisme blanc envers les noirs américains et de l’usage des chiens dressés pour tuer, ce qui engendre, du coup, le racisme noir envers les blancs. Bien sûr le contexte de cette époque, l’assassinat de Martin Luther King, le Vietnam et la lutte des noirs Américains pour leurs droits civiques, font que le livre peut être considéré comme un brûlot. [Extrait de Chien blanc]

Chien blanc

Le film de Samuel Fuller raconte le sauvetage par une jeune fille d’un Berger blanc suisse accidenté. La jeune fille s’attache à l’animal et très vite s’aperçoit que le chien en question est dressé pour tuer. Le déshabituer de son vice est un gros labeur et surtout non garanti. A la fin, le chien attaque un blanc et l’on doit abattre l’animal.

Alors, mis à part ces histoires de chiens tueurs, qui ont étés exploités par les forces de l’ordre dans les Etats du sud contre les noirs et que l’on peut imaginer aujourd’hui encore de tels dressages des deux côtés, je me suis penché sur la race du chien utilisé dans le film, le Berger blanc suisse.

Berger blanc suisse

Berger blanc suisse

Le chien en question à ses origines en Allemagne, la Suisse à ses bergers Bouvier bernois et les Saint-Bernard, ce qui est pas mal pour notre petit pays.

Pour vous informer et comprendre pourquoi ce chien s’appelle Berger blanc suisse, je vous conseille de suivre le lien ici.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 17:26

Je vais passer au système d’exploitation Windows 10 et voir si je m’y retrouve avec mes habitude et si la nouvelle version est pratique ou pas.

Windows 10

Je vais donc devoir délaisser un peu mon BLOG pendant ce temps d’apprentissage. Je sais déjà que je vais perdre un programme qui ne fera pas le transit du Seven au 10. Pourtant Media Center est un programme de Windows (télévision TNT), ce qui voudrait peut-être dire que ce qui était gratuit ne doit pas se retrouver sur la version la plus « mercantile » que l’on nous offre gratuitement.

L’appât est toujours gratuit, pour après payer pour tous les services qui nous seraient utiles.

GTell

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 16:27
Libre propos sur la perception du monde Musulman

« Comparé à la traite des Noirs organisée par les Européens, le trafic d'esclaves du monde musulman a démarré plus tôt, a duré plus longtemps et, ce qui est plus important, a touché un plus grand nombre d'esclaves », écrit en résumé l'économiste Paul Bairoch (*). Cet auteur note qu'il ne reste plus guère de trace des esclaves noirs en terre d'islam en raison de la généralisation de la castration, des mauvais traitements et d'une très forte mortalité, alors que leurs descendants sont au nombre d'environ 70 millions sur le continent américain. (Hérodote.net)

Il est étrange pour moi de constater qu’il existe toujours une forme d’esclavage dans le monde musulman, mais qu’il est pratiquement interdit aujourd’hui de le dire. Pire est la situation des pays de l’Afrique noire, qui est musulman et au nom de Dieu, mettent en esclavage d’autres communautés, plus faibles, les femmes, chrétiens minoritaires et les enfants. Ces peuples noirs ont oublié qui, autrefois les mettaient en esclavage, pour aujourd’hui faire la même chose.

Les corvéables d’aujourd’hui dans le monde musulman est parfois assimilé, à nos yeux, à l’esclavage. Ce n’est pas les princes arabes qui vont se salir les mains au travail et c’est l’engagement de pauvres bougres venus du sud-est asiatique qui en font les frais. Pour un salaire de misère, ces miséreux sont le moteur de certains royaumes musulmans afin de réaliser les mégalo-constructions de ces princes.

On trouve sur Internet des pages bien plus incendiaires à ce sujet des « esclaves », puisque l’on ajoute très souvent la prostitution dans l’esclavage chez les musulmans, ce qui est pour bien des arabes, « normal » et est la continuité des harems tels qu’ils se l’imaginent. Et dans ce cas, toutes les dérives sont possibles et l’on n’exclue pas les excès qui aboutissent à la mort.

De Gaul disait l’incompatibilité du monde Musulman avec le sien et c’est l’une des raisons qu’il lâcha l’Algérie française.

Comme l’on côtoie au quotidien des musulmans sans pour autant le savoir, du moins jusqu’à ce qu’ils s’expriment, on est obligé de constater qu’il y a plusieurs mondes Musulman. Les moins visibles, sont probablement ceux qui nous viennent des Balkan, qui n’ont pas de signes extérieurs de leur religion et qui sont les plus laïcs dans leurs propos et actes. Par contre leurs femmes sont toutes voilées, comme pouvait l’être les italiennes jusqu’à un récent passé.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 17:06

Aujourd’hui comme hier le soleil brille avec un vent pour un semblant de fraîcheur sur la ville. Encaissée comme elle est, la ville de Sion profite comme souvent des meilleurs conditions d’ensoleillement, à tel point que dès qu’il fait beau et chaud, ses habitants quittent la ville pour se rafraîchirent à la montagne dans les mayens, leurs résidences secondaires.

Vue de Sion classique.

Vue de Sion classique.

Vieux mayens.

Vieux mayens.

Donc il suffit de dire qu’il fait beau pour ne plus voire personne ou pour entendre la météo annoncer des orages pour le lendemain. Ce qui est le cas prévu demain. C’est ça l’été.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 16:30

J’ai lu un livre, Histoire imagée de l’école vaudoise, passionnant dans son récit, des origines moyenâgeuse, jusqu’au XXe siècle.

J’apprends des tas de choses que j’ignorai forcément, moi qui n’ai pas aimé l’école.

Et soudain, au fil de ma lecture, le récit d’un fait divers d’une époque bien lointaine, puisqu’il date de 1553. Voici que je vous le copie pour vous.

Étranglés et brûlés

Il s’agit de la triste aventure survenue à cinq écoliers qui avaient fait leurs études à Lausanne. Les archives concernant la Réformation nous ont transmis ce précieux écrit.

Leurs noms méritent d’être conservés : Martial Alba, natif de Montauban ; Pierre Ecrivain, de Boulogne, en Gascogne ; Bernard Séguin, de La Réole, en Bazadois ; Charles Favre, de Blausac, dans l’Angoumois ; et Pierre Navihères, de Limoges. Ils nous ont laissé la relation de leur arrestation et de leur jugement.

« Après avoir demeuré, écrivent-ils, plus ou moins longtemps à Lausanne et nous être adonnés à l’étude des lettres tant divines qu’humaines, avant la fête de Pâques, nous arrêtâmes entre nous de nous en aller, Dieu aidant, vers nos pays, selon les lieux d’où chacun de nous est natif, et ce pour servir à l’honneur et à la gloire de Dieu, et communiquer le petit talent que Dieu a donné à chacun de nous, en particulier, à ses parents, pour tâcher de les amener à la même connaissance que nous avons reçu de son fils Jésus-Christ, et aussi à ceux que notre bon Dieu eût voulu appeler à la foi et à la connaissance de sa vérité par notre moyen. » Leur résolution ayant été approuvée par l’Eglise de Lausanne, ils se mirent en route en passant par Genève ; mais dès le lendemain de leur arrivée à Lyon, ils furent tous cinq arrêtés par les soins du prévôt de cette ville. Toutes les démarches possibles furent faites pour les sauver. Le roi de France promit leur liberté ; l’évêque de Tournon, qui s’était engagé à s’intéresser en leur faveur, contribua activement à faire prononcer leur condamnation. Leur procès fut long : après un an de prison, ils furent exécutés, c’est-à-dire étranglés et brûlés, le 16 mai 1553.

Les bûchers de l'Inquisition (1559)

Les bûchers de l'Inquisition (1559)

Je ne sais pas si vous avez comme moi un vide, en arrivant à la fin du texte, un manque de quelque chose. Une information me manque, vous manque-t-elle à vous aussi ?

Après une longue réflexion, plusieurs jours, je pense, après une relecture, avoir trouvé le « problème », de la chose manquante dans le texte ; Quelle est l’accusation ? Les indices qui permettent de comprendre de quoi ils sont accusés, sont l’époque (1553), qu’ils viennent de Lausanne (Réformé) et qu’ils se font arrêter à Lyon. En claire, des Protestants venant de Lausanne, se trouvant en terre Catholique (Lyon), donc des hérétiques condamnés au bûcher. Pourquoi cela n’est-il écrit en toutes lettres, « motif, être Protestants. »

Le texte ci-dessus est un éclairage lié au sujet du livre, l’école vaudoise, et tel qu’il est déposé dans le récit, veut témoigner de l’enseignement que l’on pouvait obtenir à l’Académie de Lausanne et des risques que l’on encourait en témoignant de sa foi en terre catholique. Les faits ont été cités dans le martyrologe protestant de Crespin, à chaque édition, grossi de détails certainement faux.

En faisant des recherches sur Internet, cependant, je découvre qu’il y a deux « vérités » qui s’opposent, l’une, celle décrite ci-dessus, point de vue Protestant des faits, cinq écoliers allant du point A au point B et arrêtés et exécutés ; et celle qui est le point de vue des Catholiques, qui affirment que les cinq « écoliers » prêchèrent et faisaient du prosélytisme, ce qui justifiait l’arrestation et la condamnation. En ayant donc les deux récits, la deuxième version semble plus probable et même la seule vérité possible.

Le livre Histoire imagée de l’école vaudoise est clairement orienté, ce qui est logique, puisque la Réforme est passée par là, mais pourquoi donc, ne pas être plus précis dans une relation aussi lointaine que ces faits décrits d’une justice qui n’a plus aujourd’hui de raisons d’exister ? N’est-ce pas une forme d’orientation et d’influence, qui agirait sur le lecteur ? Les guerres de religions ne seraient-elles pas finies ? D’autant que se livre n’est pas très vieux, puisqu’il a été écrit en 1990.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 18:22

.

Vaste sujet que celui des ponts et des bâtisseurs célèbres de ponts célèbres. Et la Suisse a beaucoup fait pour qu’ingénieurs et ponts soient une spécialité bien de chez nous.

Partager cet article
Repost0