Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 16:04

 

 

2-inscription-gouverneur-de-province.jpg

 

PATRIMOINE DE LA BOURGEOISIE DE SION

 

Cette inscription est brisée sur tous ses côtés et son type ne peut être déterminé avec exactitude.

 

…]s sédunois € Sa […

…Co]nstitutus, gouverneur (de la province) […

 

L’aiguière est un symbole associé au pouvoir divinatoire impérial et la couronne de lauriers est un attribut des généraux victorieux. Avec la présence du surnom du Gouverneur Constitutus en fin de texte, cette inscription pourrait commémorer des bienfaits de l’empereur ou du gouverneur.

 

Le surnom Constitutus est relativement rare et se trouve plus fréquemment dans les Balkans mais un gouverneur portant ce surnom est connu à Martigny au troisième siècle après J.-C.

 

Cette inscription était signalée avant 1863, comme encastrée dans le mur d’une maison non précisée.

 

GTell, Ville de Sion et Bourgeoisie de Sion.

Repost 0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 17:38

 

 

Inscriptions du vestibule de l’Hôtel de Ville

 

PATRIMOINE DE LA BOURGEOISIE DE SION

 

Bon, il ne fallut pas longtemps pour trouver plus d’informations que celles qui étaient dans le vieux guide touristique en ma possession. En effet, l’information était sur un site qui parlait surtout des inscriptions latines retrouvées et scellées dans les murs de l’Abbaye de Saint-Maurice, qui venaient d’un peu partout autour de l’Abbaye, et au passage dans le texte, il fait mention de la célèbre inscription de Pontius Asclepiodotus en l’an 377. Elle se cache à l’Hôtel de Ville de Sion. Je suis allé photographier la plaque en question et aussi pris la documentation offerte à tous.

 

En premier, je vais mettre la photo que j’ai faite aujourd’hui pour illustrer mon travail et par la suite, je pense demain, une recopie du document édité par la Bourgeoisie de Sion de la plaquette et des autres inscriptions.

 

Ma photo

Ma photo

 

Chrisme

Le chrisme

 

 

Traduction :

 

Exemplaire par son dévouement,

Pontius, préteur, (chrisme)

a reconstruit ce bâtiment impérial,

beaucoup plus prestigieux qu’il ne l’était auparavant.

Cherche de tels hommes, République !

Sous le quatrième consulat de notre seigneur l’empereur Gratien, et sous celui de Mérobaude,

Pontius Asclepiodotus, homme très parfait,

Gouverneur de la province, en a fait le don.

 

Commentaire :

 

Cette inscription commémore la réfection d’un bâtiment officiel par le gouverneur de la province, Pontius Asclepiodotus. La nature et la fonction du bâtiment restauré ne sont pas évidentes et on ne peut déterminer s’il s’agissait d’un palais ou d’un autre type de bâtiment étatique, voire d’une église.

 

Si l’on admet que le chrisme (XP pour CHRistos entre l’Alpha et l’Omega, première et dernière lettres de l’alphabet grec), en fin de deuxième ligne, fait dès l’origine partie de l’inscription, celle-ci serait la plus ancienne inscription chrétienne connue de Suisse, et Pontius Asclepiodotus serait volontairement affiché comme chrétien.

Cette inscription a été découverte dans le courant de la première moitié du XVIIe siècle, dans une cave dont on ignore l’emplacement.

 

Références :

 

Corpus Inscriptionum Latinarum XII, 138

Corpus Inscriptionum Medii Aevi Helvetiae I, n° 1.

Wiblé (F), „Inscrpitions latines sur pierre de la Vallis Poenina (Haute vallée du Rhône) », in : Migliario (E) et Baroni (A) (a cura di), Epigrafia delle Alpi, Bilanci e prospettive, Trento, 2007, p. 174.

Walser (G), Römische Inschriften in der Schweiz III, Wallis, Tessin, Graubünden, Meilensteine aus der ganzen Schweiz, Berne 1980, ip. 24.

 

GTell, Ville de Sion

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 18:35

 

En 377

 

A Sion, le gouverneur de la province des Alpes Poenines, Pontius Asclepiodotus, fait graver une inscription portant un signe chrétien; il s'agit de la plus ancienne inscription chrétienne datée, trouvée sur le sol suisse.

 

inscription-latine-chretienne.jpg

 

 

Petite photo dans un petit livre de présentation des « trésors » de la ville de Sion qui a une certaine importance pour le pays, mais malheureusement aucun texte en clair ni de traduction. Pas encore trouvé malgré mes recherches sur Internet. J’espère trouver quelques indices sur cette pierre au Musée d’histoire de Sion. Dès que possible vous en saurez un peu plus sur le sujet.  

 

 

GTell, Internet.

Repost 0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 17:23

 

 

louis-napoleon.jpg

 

 « Le seul Suisse à régner sur la France »

 

GTell

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 18:18

 

 

 

Georges Oltramare ou Charles Dieudonné ou Géo (GO)


Sur Wikipédia ici


Archives TSR ici

 

suisse-aussi.jpg

 

 

GTell, Internet

Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 17:56

 

 

Voici encore quelques communes ayant la Saint Jacques dans leur écu.

 

GRANDCOUR PRESINGE  SÉVERY TREY BÖSINGEN

 

GrandcourPresingeSéveryTreyBÖSINGEN


 

Il n’y a pas de raison autre que signaler le village portant la coquille aux Jacquets qui cheminaient l’Europe afin de rejoindre d’autres pèlerins allant tous à Santiago de Compostela dans la province de la Corogne, en Galice en Espagne.

 

GTell, Internet

Repost 0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:40

Montricher

Il est une commune du pied du Jura, dans le canton de Vaud, qui a pour armoirie : D’argent au chef de gueules, chargé de trois coquilles de St-Jacques d’or, MONTRICHER

 

Les chemins de Saint Jacques de Compostelle en Suisse, c’est ici

 

Sur le site de la commune de Montricher, je n’ai pas trouvé de références sur le sujet ! Ont-ils rejeté de leur mémoire le Chemin de Compostelle, signe trop Catholique en terre Protestante ?

 

Sur le site « Les Amis du Chemin de Saint Jacques » Association helvétique, la carte des tracés du Chemin de Saint Jacques en Suisse avec variantes, n’indique pas Montricher comme « étape », juste que le village est le point de départ d’une randonnée pour le Mont Tendre.

 

Le Mont Tendre (1679 m) est le point culminant du Jura suisse. À son sommet se découvre un magnifique panorama à 360 degrés

 

Une autre commune a pour armoirie : Partie de gueules et de sinople à la coquille de St-Jacques d’or, VANDOEUVRES, rive gauche du Léman, devait être village étape pour les pèlerins qui faisaient route par le sud du lac.

  Vandoeuvres

 

Même silence sur le site de la commune de Vandoeuvre.

 

Probable qu’il y a d’autres communes avec un tel signe distinctif que la saint Jacques, signifiant une étape du Chemin de Compostelle, en cherchant dans l’armorial suisse, on devrait trouver encore quelques communes avec un tel coquillage.

 

Par exemple : Goumoens-le-Jux, Senarclens,  

 

Goumoens-le-Jux-coat of arms.svgSenarclens

 

 

 

Probablement que si l’on reliait toutes les communes qui ont dans leur armoirie une coquille St-Jacques, on finirait par tracer un chemin, l’ancien chemin de Compostelle.

 

 

GTell, Internet

Repost 0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 18:09

 

Dès demain je vais vous parler, un peu de Montricher. Pour le moment, un extrait d’une chanson que quelques Jacquets ont chantés, soit sur le chemin de l’aller, soit sur celui de retour.


« Quand nous  fûmes au pont qui tremble

Bien étonnés

De nous voir entre deux montagnes

Si oppressés

D’ouïr les ondes de la mer

En grande tourmente

Compagnon nous faut cheminer

Sans faire demeurance

 

Quand nous fûmes dans la Galice

A Rivedieu  [Ribadeo]

On voulait nous mettre aux galères

Jeunes et vieux

Mais nous nous sommes défendus

De notre langue

Avons dit qu’étions Espagnols

Et nous sommes de France

 

Quand nous fûmes à Montjoie

Fûmes joyeux

De voir une si belle église

En ce saint lieu

Du glorieux ami de Dieu

Monsieur saint Jacques

Qui nous a tous préservés

Durant ce saint voyage

 

Quand nous fûmes à Saint-Jacques

Grâce à Dieu

Nous entrâmes dedans l’église

Pour prier Dieu

Aussi ce glorieux martyr

Monsieur saint Jacques

Qu’au pays puissions retourner

Et faire bon voyage. »


Extrait de la Chanson des pèlerins

 

GTell, Internet

Repost 0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:13

 

Là-haut sur la montagne, qu’avons-nous à faire avec l’esclavagisme ? Bien que la réponse semble lointaine, il fut un temps où il était plus que nécessaire de faire du commerce dans toute l’Europe. Au XVIIIe siècle comme au XIXe siècle, les grands commerçants et financiers suisses ont contribués au commerce très particulier des Noirs. À cette époque, personne ou si peu, ne s’offusquait de telles pratiques. La Suisse était très active sur les grands ports, Marseille, Bordeaux et Nantes, pour financer des entreprises les plus diverses, produits coloniaux de grandes nécessités pour la Suisse, chocolat, sucre, et l’exportation des textiles suisses aux colonies, ou financer des équipages et des navires, les assurer.

 

Pour rester informé sur le sujet, j’ai deux liens à vous proposer, un livre pour l’un et le site swissinfo.ch sur notre esclavagisme.

 

Le livre : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100894430

 

Le site : http://www.swissinfo.ch/fre/esclavage--3---la-suisse-n%C3%A9gri%C3%A8re-/3230172

 

navire_negrier.jpg

Navire négrier

 

 

GTell, Internet

Repost 0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 18:23

 

Extrait de la « Feuille officielle » du canton de Fribourg du 27 juillet 1848.

 

À vendre :

 

   L’Etat de Fribourg, par la réduction du nombre de ses districts, par la suppression immédiate de quelques couvents et par sa nouvelle organisation, qui le dispense de loger ses préfets, a une quantité considérable de châteaux, bâtiments divers, propriétés, domaines et vignes à vendre. Les châteaux, qui, pour la plupart, figurent dans l’histoire, pour avoir été la résidence des ducs et des comtes de Savoie, sont bâtis sur les points les plus culminants et les plus beaux sites de Gruyères, Bulle, Châtel-Saint-Denis, Rue, Romont, Corbières, Surpierre, Farvagny, Estavayer et Morat. Ces édifices, flanqués de tours, sont tous ornés de beaux jardins, vergers ; ils comprennent de vastes cours, remises, écuries, greniers à foin, fontaine ou puits, et offrent, en un mot, outre les points de vue les plus étendus et les plus variés, toutes les aisances désirables. Les autres bâtiments sont les monastères grandioses d’Hauterive, de la Part-Dieu ; les couvents des Augustins et des Ligoriens à Fribourg ; la belle maison de la Part-Dieu à Vevey ; la maison d’Hauterive, près l’hôtel des Merciers, à Fribourg ; l’ancienne résidence des préfets à Dompierre ; une grange avec verger audit lieu ; une tour du XIIIème siècle à Murist-La Molière ; un grenier au centre du village de Montagny, etc…

 

   Aux deux monastères, qui pourraient servir à un institut, école d’agriculture, fabrique, bains, etc., on ajouterait la quantité de terrain désirable, soit de une ou deux à quelques cents poses de terre contiguë.

 

   Les amateurs de ces immeubles pourront adresser leurs offres et prendre connaissance des conditions de vente au bureau de la Direction des travaux publics, à Fribourg, ou chez les préfets et receveurs des arrondissements respectifs.

 

fr.gif

 

un-siecle-d-histoire-fribourgeoise.jpg

 

GTell

Repost 0