750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

17 mai 2019 5 17 /05 /mai /2019 17:00

Documents d’Histoire Suisse 1240 – 1516

Le comté de Gruyère, divisé en cinq bannières ou mandements militaires, s’étendait des sources de la Sarine jusqu’à La Tour-de-Trême et à Montsalvens. Il était la possession de petits dynastes avant de passer, en 1244, sous la suzeraineté de la maison de Savoie. En 1349, le comte de Gruyère se nomme Pierre IV ; son bouffon, Girard Chalamala, « considérant que la mort est inévitable et son heure incertaine », rédige un testament. Il nous apparaît comme un gentilhomme campagnard à qui la fortune a souri. Nous reproduisons son testament d’après les pp. 74-77 de Fr. Reichlen, le testament de Girard Chalamala, bouffon du comte de Gruyère, pp. 73-89 de la Revue historique vaudoise, 29e année, Lausanne, 1921, 384 p.

Par Michel Salamin – Collection Recueils de Textes d’Histoire Suisse

                Au nom de Dieu, amen. Moi, Girard dit Chalamala, bouffon d’illustre et puissant seigneur Pierre, comte et souverain de Gruyère, étant par la grâce de Dieu sain d’esprit et de corps, considérant que la mort est inévitable et son heure incertaine, désirant ne pas mourir intestat, j’ai dicté mes dernières volontés dans les conditions suivantes, qui sont l’expression de ma détermination intime. En premier lieu je recommande mon âme à Dieu tout-puissant.

                J’institue héritier de tous mes biens meubles et immeubles, présents et futurs, acquis et à acquérir, et cela à titre universel, mon frère Michel, dit Brisizom, pareillement bouffon. Je veux que mes dettes, mes legs se payent sans récriminations le jour de mon décès, par l’intermédiaire des exécuteurs testamentaires nommés. Je choisis pour lieu de ma sépulture la chapelle de Saint-Nicolas, en l’église paroissiale de Gruyère, où je désire reposer avec la grâce de Dieu. Je donne à cette chapelle, une fois pour toutes, 26 sols de Lausanne de cens et pour la fondation d’une messe, pour laquelle je donne 20 sols de Lausanne. Je donne et lègue à l’église paroissiale de Saint-Théodule de Gruyère 60 sols de Lausanne. Je donne et lègue une fois pour toutes à la même église 10 sols de Lausanne pour le repos de l’âme de Blier, bouffon d’Aarberg et celui de ses ancêtres. Je donne et lègue, une fois pour toutes, à l’abbaye de Marsens pareillement, une vache. Item je donne aux pauvres malades assistés de l’hôpital de Notre-Dame de Fribourg 10 sols de Lausanne, plus quatre draps de lit. Item aux Augustins, de Fribourg, 10 sols de Lausanne. A ma femme Reynaude, je lui donne et lègue, sa vie durant, l’usufruit de la moitié de ma maison située à Gruyère, contiguë à celle de Mermet Moret, voiturier, d’un côté, et mon jardin duquel il en sera fait deux parts, ainsi que la moitié de mes autres biens meubles et immeubles, le jour de mon décès. J’assigne à Jordanne, ma fille naturelle, femme de Girard Jolivete, bouffon, 18 livres de Lausanne, à prélever au cas où la dot serait revendiquée, à prendre sur l’autre moitié de ma maison ainsi que sur l’autre moitié de mes biens meubles et immeubles. Je veux et j’ordonne qu’en cas de revendication ma fille conserve son trousseau ainsi que les donations entre vifs. Item je donne aux douze prêtres qui assisteront à mes funérailles et célébreront la messe, à ceux qui pourront s’y rendre, 30 deniers de Lausanne. Si le nombre ne peut être atteint, on fera une distribution aux prêtres qui s’y rendront peu après. Item je donne aux pauvres clercs qui serviront la messe, le jour de mes obsèques, 15 sols de Lausanne pour être distribués par le curé de Gruyère. Pour le luminaire, je donne 15 sols de Lausanne. Je donne et lègue au curé de Gruyère 15 sols de Lausanne ou une vache. Item je donne et lègue à la léproserie des Vernez, près de Gruyère, 2 sols de Lausanne. Je veux et ordonne que mon argenterie serve à faire un calice pour la chapelle de Saint-Nicolas ; s’il manque de la matière, on la prendra sur l’ensemble de mes biens. Je veux que mes tuniques soient distribuées à mes parents pauvres par l’intermédiaire des exécuteurs testamentaires, lesquels sont : mon seigneur le comte précité, seigneur Anselme de Arano, curé de Gruyère, dame Marguerite, femme du noble seigneur Jean de Wolgiswyl, chevalier, et Aymon de Wallier, notaire de mon seigneur comte indiqué.

Testament de Girard Chalamala, bouffon du comte de Gruyère (1349)

Eh bien voilà des volontés bien rédigées. Preuve aussi que la profession de bouffon était une bonne place et enrichissante. La question aujourd’hui est de savoir combien valait/vaut, une Sol de Lausanne.

Partager cet article

Repost0

commentaires