750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rechercher Un Mot

Articles Récents

Liens

17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 16:59

Comme toujours il y a un premier, une première fois, puis des suivants ; Radio Lausanne fut la première, puis arrivèrent les autres et enfin on agglomère le tout et l’on obtient une entité commandée par Zurich, comme toujours.

De nombreuses conventions ont été nécessaires pour obtenir une Radio « nationale ».

« La diffusion des nouvelles par toutes les stations suisses indisposait l’Association suisse des éditeurs de journaux et l’Association de la presse suisse, qui craignaient de se voir supplantées. On parla de spoliation de la presse, notamment à la campagne. Les négociations entamées à ce propos aboutirent, le 23 mars 1926, lors d’une conférence présidée par M. Reinhold Furrer, directeur général des Postes, à une Convention sur la diffusion des nouvelles par TSF, qui fixait les modalités du service d’information radiophonique. En bref : deux bulletins de nouvelles par jour au maximum (l’un entre 13 et 14 heures, l’autre entre 21 et 22 heures) ; les informations à fournir par une agence ayant son siège en Suisse (en l’occurrence l’Agence télégraphique suisse) ; elles devaient être rédigées de manière à « susciter l’intérêt de l’auditeur sans le satisfaire, pour l’engager à chercher un complément dans la presse ». D’autres dispositions de la convention concernaient la neutralité politique et confessionnelle des nouvelles radiophoniques et, enfin, la prohibition de nouvelles à caractère publicitaire. Cette convention servit de base au service des nouvelles jusqu’à la fondation de la SSR en 1931. »

Radio Lausanne 1925, L’émetteur .

Radio Lausanne 1925, L’émetteur .

Pour rappel, le 21 juillet, le journal Le Matin, disparaitra sous sa forme papier pour être entièrement numérique… comment allons-nous lire notre journal du matin au bistro ?

Société Suisse de Radiodiffusion et Télévision 1931-1970 novembre 1971

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2018 1 09 /07 /juillet /2018 19:14

Aventuriers des villes

LAUSANNE La Ville a inauguré samedi son Terrain d’Aventure à Malley. Les enfants, dès 6 ans, peuvent venir y construire une cabane, faire du feu, bricoler, jardiner ou jouer dans ce nouveau coin de nature en ville, dont l’accès est gratuit. 20Minutes

Déjà, il y a plus de 50 ans on y jouait comme les enfants d’aujourd’hui. Peut-être un peu plus libre qu’aujourd’hui, car sans surveillance, nous faisions des cabanes, du feu, etc. Parfois le foot, quand un ballon de cuir était mis à disposition par l’heureux possesseur de la balle.

À un moment donné, les autorités de la ville, installèrent trois tipis, sans la toile. Ils avaient compris ce qu’il fallait pour que nos jeux soient encore plus réalistes.

exemple de tipi

exemple de tipi

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2018 2 09 /01 /janvier /2018 17:55

« Mieux vaut voir un voleur dans son grenier qu’un homme en chemise en janvier »

Tel était le dicton du jour dans un journal matinal. Comme on a tendance, en Suisse, de modifier ou changer quelque peu les mots ou les phrases de tels dictons, j’ai vérifié le dicton en question sur un site français.

« Il vaut mieux voir un voleur dans son grenier qu'un laboureur en chemise en janvier »

 

Ou…

 

« Au mois de janvier, mieux vaut voir le loup dans les champs, qu'un homme en chemise. »

Voilà donc deux dictons français, proche du nôtre, qui disent la même chose, mieux vaut un froid de janvier qu’à un autre moment de l’année.

 

Une autre variante française, qui comme tous ces dictons sont d’origine populaire et paysanne.

 

« Garde-toi du mois de janvier comme un voleur au grenier. S'il fait vent, nous aurons la guerre, et si l'on voit épais brouillards, mortalité de toute part. »

Que pourrait-on inventer comme dicton en ce début de XXIe siècle ?

 

« Janvier sans soldes, garde ton argent en poche. »

GTell

Partager cet article

Repost0
24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 15:23

Aujourd’hui, j’apprends, qu’un imam a des propos incendiaires. Ça surprend beaucoup de monde… parce que ça se passe en Suisse. Que cet imam est au bénéfice de l’aide sociale et qu’en treize ans, il a touché 600 000 francs, soit 46 153 francs par an et donc, 3 846 francs par mois.

 

Comment les autorités ont laissés faire ? Si l’on est à l’aide sociale, il serait bien de contrôler les personnes qui touchent autant. Le système est vicié, d’un côté un « réfugié » à droit à une aide, ce qu’il a bénéficié sans difficultés, semble-t-il. Puis, sans que l’on nous dise depuis quand, il exerçait l’activité d’imam, sans contrôle, sans surveillance, dans le climat actuel de terrorisme qui touche toute l’Europe, certes, sans que la Suisse en soit touchée. Cependant, il serait bon que l’on applique quelques surveillances sur les personnes susceptibles d’être un danger.

 

C’est un comble que de constater la défaillance du système et que l’on n’en fasse pas un scandale. Car ne vous-y trompez pas, on ne saura pas qui est coupable de cette situation ubuesque.

 

Mais c’est un fait, l’imam, a bel est bien craché dans la soupe, et je me demande qui doit manger cette soupe ?

 

Si cet homme « réfugié » peut voyager dans des pays arabes sans problèmes, c’est suspect et l’on peut se demander avec quel passeport ces voyages ont étés faits. Et l’administration ne dit rien !

Depuis de nombreuses années de « politiquement correct » et de laisser faire, on ose plus remettre à l’ordre ces gens qui abusent des systèmes, parce qu’ils sont musulmans et qu’il n’est pas bon aujourd’hui de dire du mal d’eux… pas ceux de l’intérieur, seul ceux de l’extérieur ont droit à l’opprobre, et les terroristes aussi bien sûr.

 

Et en plus, sachez que l’histoire se passe dans la ville de Bienne, celle du fameux Blancho qui, lui aussi est un personnage suspect.

Article et vidéo sur Swissinfo.ch

 

Pour Blancho le suisse islamiste, sur RTS.

 

GTell

Partager cet article

Repost0
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 16:02

J’aurai pu vous dire encore, qu’à chaque fois que les besoins ce faisaient sentir, la recherche d’une photo d’hôtel sur Internet, a toujours été un supplice enduré par la faute des publicités. Tapez le mot hôtel dans un moteur de recherche, vous aurez de nombreux sites commerciaux avant de trouver un site qui nous parle un peu de l’hôtel que vous recherchiez. De même avec le mot « restaurant », vous serez sollicité à vous exprimer sur votre expérience au restaurant X ou on vous dira que ce restaurant Y est juste à côté de chez vous, comme s’il n’y avait que cela qui nous intéresse. C’est agaçant et ça devient (Internet) un tas de foin quand l’on doit chercher une aiguille.

Grrrrrr

Partager cet article

Repost0
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 16:23

.

Un petit article sur notre Poste, le Géant jaune, qui engrange des millions de bénéfices, s’illustre comme toujours depuis ces dernières années, par l’annonce de fermeture d’office de poste un peu partout dans le pays.

 

Le journal du matin, a relevé pour nous la situation, avec humour.

C'est bien la Nôtre

C'est bien la Nôtre

.

L’organe de surveillance de La Poste, PostCom, a souligné hier que le géant jaune ne doit pas fermer ses offices uniquement pour des raisons de rentabilités.

 

Les chiffres sont effarants. Il y avait 3396 offices en 2001. 2424 en 2005. 1955 en 2010. 1323 l’an dernier. Selon nos projections en 2032 ou 2033, il ne devrait rester qu’un seul bureau de poste. Il sera à Zurich. L’attente sera monstrueuse. Mais rassurez-vous : on y vendra toujours des coques de smartphone avec des oreilles de Mickey.

Poste où vas-tu ?

.

Voilà qui est dit ! Préparez-vous à vous lever tôt pour prendre l’autoroute et aller à Zurich, poster une carte postale pour votre voisin. Et pas certain qu’elle sera délivrée, puisque toutes maisons isolées, la Poste ne passera pas et qu’il faudra retirer la carte postale à l’office de poste… donc à Zurich.

 

Absurde ? oui, il me semble en effet, mais alors que faisons-nous pour arrêter La Poste.

Mais quoi ?

Mais quoi ?

Partager cet article

Repost0
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 17:22

Souvent je vous ai dit que la Suisse moderne avait commencée en 1848 et c’est ce que dit aussi tout le monde politique et historien du pays. C’est une vérité que je ne conteste pas. Notre démocratie aujourd’hui cité en exemple, fait que nous nous convainquons de cette réalité et nous votons régulièrement en croyant faire acte démocratique et civique. Ça n’a pas toujours été le cas et quand la Suisse s’est affranchie des liens difficiles qu’elle entretenait avec ses voisins, ça n’a pas toujours été très démocratique et pas toujours pour le bénéfice du peuple, mais bien pour les privilégiés, ceux de l’ancien régime.

 

Le grand homme qu’était Alexis Tocqueville, grand observateur des démocraties, qu’elle soit grande comme les Etats-Unis ou petite comme la Suisse, il avait une opinion qui faisait foi.

Alexis Tocqueville

Alexis Tocqueville

Tocqueville place le mouvement démocratique suisse dans le cadre de l’évolution générale. « Si le théâtre est petit, le spectacle a donc de la grandeur ; il a son originalité par la multiplicité des races, des langues, des circonstances religieuses, des deux classes de société ».

.

La Révolution n’a pas laissé de profondes traces en Suisse ; l’effet produit par la Restauration y est d’autant plus grand. L’antagonisme entre les mœurs politiques de l’ancien régime et les tendances modernes amène des mouvements révolutionnaires plus violents que dans d’autres Etats. Depuis 1830, nombre de cantons ont évolué dans le sens démocratique, tandis que la Confédération en est restée à l’état de 1815. Or, les démocraties représentatives remplaceront les démocraties pures (Landsgemeinde).

.

« C’est le pouvoir judiciaire qui est principalement destiné, dans les démocraties, à être à la fois la barrière et la sauvegarde du peuple ». « La justice est une puissance de tradition et d’opinion qui a besoin de s’appuyer sur des idées et des mœurs judiciaires ». Or, celles-ci n’ont pas encore acquis, dans le peuple suisse, la place qui leur revient ; la justice n’y est pas encore assez indépendante.

Certes, la justice n’avait pas encore son indépendance, comme le peuple d’ailleurs. C’est une classe élevée, instruite et de privilégiés qui détenaient le pouvoir. C’est ces hommes qui firent la Suisse pour leur usage en premier lieu et par la suite le peuple fut gentiment intéressé.

.

Tocqueville est un bon observateur des mœurs politiques, mais était-il aussi bon observateur des mœurs du peuple ?

.

Il n’est pas dit qu’il voyagea dans nos vallées et nos cols, qu’il alla à la rencontre des gens, bergers et vachers de nos alpages, qu’il visita les villages les plus miséreux que pouvait donner à voir la Suisse d’alors.

.

Le peuple n’ayant pas droit à la parole et surtout pas les femmes (c’est en 1971 que celles-ci ont obtenu le droit de vote.), les droits fondamentaux et démocratiques sont-ils bien les mêmes, entre ceux de 1848 et ceux d’aujourd’hui ?

Ce lundi, premier jour de l’entre-deux tours des élections présidentielles française, on constate que le bipartisme traditionnel n’est plus là. Ce n’est plus la Gauche contre la Droite, c’est le Centre contre l’extrême-droite. En Suisse, le même scénario n’est pas possible, puisqu’il n’est question que de compromis chez nous. Le compromis qui fait notre force et qui est détesté ailleurs. La paix du travail (1937) étant le plus important, semble-t-il chez nous, qu’il a fallu toujours discuter ensemble, autour de la table, le haut et le bas, le patronat et les ouvriers, la gauche et la droite, et ainsi sortir un compromis utile à tous. La question est : « le compromis politique et social est-il le meilleur système ? ».

G.Tell, Libre opinions

Extraits de La France et la Suisse de 1848 à 1852, par H. Bessler 1930

Partager cet article

Repost0
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 16:16

Bien des fois, dans ma boîte aux lettres, j’avais un petit papier sur lequel était imprimé : « Monsieur Tafa, mondialement connu – 25 ans. », avec une liste de ce que ce monsieur fait de ses pouvoirs, pour vous. On parle de voyance, de désenvoutement, de procédure pour le retour des êtres aimés et comme toujours, le pouvoir sexuel revenu, etc.

.

Chaque fois le papier était jeté. Sauf la dernière fois, par curiosité, je me suis dit que s’il disait être mondialement connu, regardons sur Internet si c’est vraiment le cas.

.

Surprise, une fois ma demande écrite, le premier lien arrivé en tête de liste est celui de « Monsieur Tafa, Grand voyant Marabout.

Bon, il s’agit d’une communauté de Marabouts qui font leur publicité. Le site est dénommé : « Les Marabouts africains : Médium, Voyant, Marabout, Astrologue ». Comme sur tous les sites, on peut sélectionner sa région et l’on découvre les Marabouts que l’on peut contacter. Bien sûr, Paris (Ile de France) est l’endroit où ils sont le plus nombreux. La liste est longue des marabouts qui exercent ainsi, hors d’Afrique, dans nos villes. Principalement, ils sont présents en grand nombre à Paris, mais l’on peut choisir, le Luxembourg, la Suisse, le Portugal, l’Espagne et la Belgique.

.

Toujours par curiosité, je clique sur le lien « Suisse » et découvre tous les Marabouts suisses, il me semble qu’il y en a beaucoup. Je les ai comptés : 189 Marabouts.

.

Ça sent que l’argent est là. 189 Marabouts chez nous, petit pays non coloniale et qui n’a que peu d’Africains sur son territoire en fin de compte. Et l’observation de ces Marabouts dit « Suisse », montre que l’on retrouve ces Messieurs dans divers endroits, à Paris, Marseille ou Lausanne. Donc la liste des Marabouts sensés êtres suisse, ne l’est pas.

Je découvre un monde que je ne connais pas, celui de la voyance et des promesses de richesses pour gogos. Cette facette est africaine, mais je suis aussi démarché par téléphone par des « Cabinets de voyances », qui me font réagir de grossière façon, je raccroche après leur avoir demandé s’ils n’avaient pas vu dans leurs boules de cristal, que je n’étais pas intéressé. Ça ne suffit pas que les petites annonces des journaux soient nombreuses, il faut encore être appelé à la maison.

.

Il faut croire que ça marche pour eux, qu’ils ont de nombreux clients pour être si présent partout.

.

Est-ce une économie parallèle ou sont-ils tous déclarés officiellement comme activités soumise à l’impôt ?

Cet aparté qui n’a rien à voir avec le contenu habituel du blog est nécessaire comme exutoire à ma colère engendrée par ces démarches, qui sont pour moi, presque du charlatanisme.

.

Voulez-vous rire ou vous énerver ? Je vous donne le lien de Monsieur Tafa et lisez sa page d’accueil, les fautes de français impardonnables sont présentes, soit pour nous amuser, soit pour nous énerver.

.

http://voyantmarabout.com/marabout?pays=France&marabout_id=263

GTell

Partager cet article

Repost0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 18:57

Aujourd’hui je fête les dix ans de mon blog. Comme le temps passe vite.

10 ans

Merci à ceux qui me suivent régulièrement et j’espère que vous trouvez votre satisfaction dans mes publications.

GTell

Partager cet article

Repost0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 17:38

.

Hier, aujourd’hui et certainement demain, le temps est propice aux promenades.

Aujourd’hui j’ai branché la batterie du scooter et mis en marche de celui-ci. Ça marche, mais au début juste au premier essai, ça été difficile, le ralenti ne tenait pas. Mettre des gazes dans ces conditions, le moteur s’éteint. Donc redémarrage, laisser le ralenti un bon moment pour que chauffe le moteur et puis enfin le plaisir de rouler, juste de quoi faire le tour du pâté de maisons et m’assurer qu’il roule bien.

Temps de printemps

.

Demain, promenade en scooter pour le décrasser.

.

Peut-être qu’en mars il faudra remettre la batterie au chaud si l’hiver revient.

Partager cet article

Repost0